Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Frais de scolarité : le droit à l’éducation est supérieur aux considérations financières.


Rédigé par Anass Machloukh le Dimanche 20 Septembre 2020

Le bras de fer entre les parents et les écoles privés continue de faire couler beaucoup d’encre, le conflit qui remonte à la période du confinement prend une tournure judiciaire.



Frais de scolarité : le droit à l’éducation est supérieur aux considérations financières.
Après un conflit inlassable entre les parents d’élèves et les partons des établissements scolaires privés sur le paiement des frais d’inscription relatifs aux trois mois du confinement, les tribunaux sont entrés en ligne suite au refus de quelques écoles de livrer les attestations de transfert, autrement appelés "certificat de radiation" aux parents n’ayant pas payé leurs dus. Ces deniers avaient demandé une réduction de 50% sur les frais scolaires pendant les mois où les cours en présentiel avaient été suspendus.
 
Face à l’incompréhension des écoles, plusieurs parents ont voulu transférer leurs enfants aux écoles publiques, or, plusieurs écoles ont refusé de leur livrer les attestations de transfert ce qui a poussé quelques uns à saisir la justice.
 
Des dizaines de décisions judiciaires semblent donner raison aux parents, le tribunal de Tanger a émis un verdict favorable à une famille à laquelle une école a refusé de lui délivrer son attestation de transfert. Un autre tribunal à Marrakech s’est prononcé contre une école qui a omis de livrer le certificat de départ aux parents d’un élève, qui ne sera plus astreint de l’obtenir pour s’inscrire dans un autre établissement.
 
 
En donnant raison aux parents, la justice a exprimé ainsi la primauté du droit à l’éducation qui demeure un droit constitutionnel sur toute autre considération financière.