Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Football : Il était une fois le FC Corona de Tanger


Rédigé par Rachid Madani le Vendredi 12 Juin 2020

Corona n'est pas qu'un nom de virus, c'est aussi celui d'un club mythique du Nord du Royaume qui évolue aujourd'hui en troisième division. Portrait du FC Corona de Tanger qui vient de fêter cette semaine, en toute discrétion à cause du confinement, son soixante-sixième anniversaire.



FC Corona
FC Corona
« Vive Corona, Allez Corona ! », bien avant l’actuelle pandémie du coronavirus et la hantise que le mot corona inspire aujourd’hui, ce chant d’encouragement résonnait depuis la moitié des années 1950 dans le stade Marshane à la gloire de l’un des plus anciens clubs de la ville du détroit. Il s’agit du FC Corona, équipe historique de Tanger, encore plus mythique que l’IRT, la RST ou l’ASPT, les actuels grands clubs représentatifs de la ville du Nord du Royaume.             

Corona célèbre son 66ème anniversaire                                           
Cette semaine, Corona vient de souffler sa 66ème bougie et son anniversaire est passé sous silence complet à cause du Covid-19. Pourtant, il s’agit de l’une des équipes les plus emblématiques de Tanger. Fondé en 1954 par un groupe d’habitants du quartier Dradeb, le FC Corona avait pour père spirituel Mustafa Bouziane Karti (Chico) qui chapeautait un glorieux effectif dans lequel on retrouvait Muhammad Radi (oncle de Ahmed Radi de la Ligue du Nord), Abdelkader Bouhlal et Mohamed Al-Hedan du scoutisme Achourouk (le premier président de l'Histoire de l'équipe).

Les deux premières années après sa naissance, le club a participé au championnat hispano-marocain qui avait pour siège fédéral Sebta. Il a rejoint ensuite la Ligue du Nord en 1956. Disputant les barrages d’accès en deuxième division en 1962, il a été battu par Nadi Al Kasri (2-1). En 1966-67, le FC Corona a remporté la Ligue de la Coupe du Nord. En 1970, il a disputé les 32èmes tours de la Coupe du Trône après une difficile élimination par le Stade Marocain de première division.                           

Le président Moustafa Bouziane a joué un rôle majeur dans la préservation de l'équipe toujours active dans la troisième division de la Ligue du Nord. Sur le banc de touche de Corona plusieurs entraineurs se sont succédé : Mohamed Akalay, Abdelaziz Omari, Ahmed Ghali et Salem Aissaoui (Salem). Parmi les joueurs les plus connus issus de ce club, figurent Abdelhak Bakhat, directeur du journal de Tanger, et Pedro Ben Ali, entraîneur de l’IRT.                                                                                    

En plus de son nom aux intonations hispaniques qui résonne aujourd’hui comme un clin d’œil à l’actuelle pandémie, le club se distingue par son logo où figure une couronne. Il est ainsi la troisième formation au Maroc à disposer de cet emblème dans son logo aux côtés des FAR et du FUS de Rabat. Emblème choisi en allusion au nom espagnol du club qui renvoie à ce symbole de majesté qu’est la couronne.

Noyau de la résistance
Au-delà de sa vocation purement sportive, le FC Corona était comme nombre de clubs marocains tels que le Raja et le Wydad de Casablanca, un noyau de résistance durant la période du protectorat. Ses anciens dirigeants profitaient du couvert sportif pour organiser des réunions interdites à l’époque lors desquelles étaient discuté l’avenir et l’indépendance du pays.

Lors de la visite historique du Roi Mohammed V à la ville du Détroit, ils étaient ainsi les premiers à l’accueillir. Ils étaient même présents à la Mendoubia au cours de l’audition du discours Royal qui évoquait pour la première fois le mot « indépendance ». C’était en 1947, sept années avant le lancement du FC Corona dont ils murissaient déjà le projet de création.

En 1954, à deux années de l’indépendance du Maroc, le club voit le jour et est officiellement inscrit à la Ligue du Nord et à la FRMF sous le nom aujourd’hui honni de Corona. «Je n’oublierai jamais cette section de football. J’y ai fait mes débuts de footballeur avec beaucoup d’amis. Mes camarades et moi, nous étions vraiment en famille », se remémore aujourd’hui Pedro Ben Ali, entraineur actuel de l’IRT et ancien du FC Corona.