Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Fondation HEM: Les points forts de la 24ème édition de l’Université Citoyenne


Rédigé par Nabil LAAROUSI le Mardi 13 Avril 2021



Dans le cadre du lancement de la 24ème édition du cycle des séminaires de l’Université Citoyenne, organisée par la Fondation HEM, 9 séminaires en ligne ont eu lieu du 23 janvier au 20 mars derniers.

Animés par des experts et des professeurs de renom, les 9 séminaires de l’Université Citoyenne 2021, organisés par visioconférence, « ont compté la participation de près de 1.000 auditeurs de différentes nationalités », précise-t-on dans un communiqué de la Fondation HEM.

Les thématiques de ces 9 séminaires se sont articulées autour de sujets liés à la conjoncture socio-économique et politique actuelle, sous les thèmes « La Constitution : 10 ans après », « La Médecine Alternative », « Conseil de la concurrence : Dans les coulisses d’une institution », « Le rôle des médias dans la sensibilisation en temps de pandémie » … et la liste n’est pas exhaustive.

La question de l’éducation a également fait partie des thématiques traitées lors de cette édition. « Une question récurrente quand on parle de développement économique ou de croissance d’une nation », peut-on lire dans le communiqué.

Dans ce sens, le Directeur des Etudes Economiques à la CDG, Youssef Saâdani, a tout au long de son intervention insisté sur le fait qu’il existe une relation entre éducation et développement économique. « Nous gagnerons beaucoup à explorer le modèle des pays asiatiques », avance-t-il. Pour lui, « quand on parle de développement économique et d’éducation, s’il y a une région dans le monde où cette rencontre s’est réalisée en un temps record, d’une manière miraculeuse, c’est bien l’Asie ».

Le thème de « l’entrepreneuriat chez les jeunes » a également été abordé par Leila Mamou, Présidente de l’Association INJAZ Al Maghrib. A ce titre, Leila Mamou affirme que « l’entrepreneuriat est vraiment le sujet clé vers lequel la jeunesse doit se tourner pour la relève du Maroc ».

Par ailleurs, pour Najib Akesbi, économiste et enseignant-chercheur, la crise sanitaire que nous vivons aujourd’hui peut être perçue comme une formidable opportunité au lieu d’une calamité. C’est la raison pour laquelle il a sans cesse insisté, au cours de son intervention portant sur le thème « Economie marocaine : Au-delà de la relance, le développement ... », sur le fait qu’il était temps de repenser l’équilibre macroéconomique, de confirmer et conforter la politique d’import-substitution de préférence nationale, et de renégocier les accords de libre-échange avec tous les partenaires du Royaume. Selon lui, « cette crise a fait tomber des tabous et donc, par une interprétation optimiste, on pourrait voir les prémices pour l’évolution d’un changement majeur ».