Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Environnement

Flambée du braconnage durant le confinement


Rédigé par Hajar Lebabi le Mercredi 20 Mai 2020

En cette période marquée par la pandémie du coronavirus, les activités de braconnage de la faune sauvage sont en hausse remarquable dans plusieurs régions du Royaume. 49 infractions ont été enregistrées et 16 armes de chasse saisies depuis le début du confinement.



Flambée du braconnage durant le confinement
Un communiqué du Ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts diffusé mercredi vient confirmer l’information publiée il y a un mois par l’Opinion  quant à l’augmentation du braconnage en période de confinement. Ce communiqué fait état de plusieurs actes de braconnage constatés dans différentes régions du pays, perpétrés par des chasseurs profitant du contexte actuel.

Depuis le début de l’état d’urgence sanitaire, plusieurs formes de délits ont été enregistrés, notamment la chasse en dehors du calendrier réglementaire, chasse avec des moyens prohibés, chasse en temps de nuit, chasse dans des réserves et chasse d'espèces protégées.

La mobilisation et la vigilance des agents forestiers appuyés par plusieurs associations de protection du patrimoine naturel, ont permis de réprimer plusieurs actes de délits de chasse : 49 infractions ont été enregistrées avec la saisie de 16 armes de chasse. Ainsi, des poursuites judiciaires ont été engagées à l’encontre des auteurs de ces actes.

Parmi ces personnes, quatre utilisant des chiens de chasse dans une réserve ont été interceptées, le 31 mars, par des agents des Eaux et Forêts de Marrakech, suite à un appel téléphonique dénonçant cet acte illégal.

Deux armes de chasse appartenant à deux braconniers ont été saisies, le 3 avril, par des agents des Eaux et Forêts du Centre de Conservation et de Développement des ressources forestières de Tifelt.

Des braconniers ont été surpris aux environs de 3h du matin par l'unité de surveillance et de contrôle de la faune sauvage des Eaux et Forêts, le 14 avril, au niveau du Centre de Conservation et de Développement des ressources forestières de Tifelt, qui ont pris la fuite puis identifiés et poursuivis le lendemain.

Un braconnier provenant de Casablanca avec quatre complices a été appréhendé en flagrant délit, chassant des lièvres pendant la nuit, le 11 avril, dans la région d’El Jadida.

Un braconnier identifié sur Facebook, le 20 avril, exposant un lièvre qu’il a capturé dans la région d’El Kelaa des Sraghnas a également été poursuivi.

Dans les montagnes à Tafraout (province de Tiznit), les agents des Eaux et Forêts en coordination avec la Gendarmerie Royale et les autorités locales ont réussi dans la nuit du 04 au 05 mai 2020, à arrêter trois individus ayant chassé 2 gazelles de cuvier. Leur poursuite en état d’arrestation est toujours en cours.
Dans la même région, deux autres contrevenants ont été appréhendés, le 7 mai, pour tentative de chasse illégale dans une réserve. Les deux braconniers sont en état d’arrestation.

Dans les environs du barrage d’Ahmed El Hansali, des agents forestiers de la province de Khénifra, ont saisi le 10 avril, une dizaine de filets et des équipements de pêche installés par des braconniers.

Au niveau du barrage Ait Mesoud dans la région de Béni Mellal, deux personnes ont été interpelées, le 6 mai, pour délit de pêche avec des moyens prohibés, en dehors du calendrier réglementaire de la pêche.
Dans la localité de Zemrane–Ouest relevant de la Province d’El Kelaa des Sraghnas, les agents des eaux et forêts ont constaté le 9 mai, un délit de capture de chardonnerets. Ces oiseaux ont été mis immédiatement en liberté et les moyens prohibés utilisés dans cette opération ont été saisis.

Il y a lieu de souligner que le Maroc est doté d’une richesse faunistique importante qui permet de drainer des revenus au profit des populations locales à travers l’écotourisme, le tourisme de vision, la chasse organisée et la valorisation des produits de terroirs.

Bien que la situation du braconnage au Maroc soit fortement contrôlée, la protection de la biodiversité de manière générale demeure une préoccupation nationale qui nécessite une vigilance accrue et un engagement collectif.

A cet effet, le Ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts remercie toutes les ONG et les citoyens qui participent à contrer le braconnage et le prélèvement illégal de la faune sauvage et appelle tous les partenaires à coopérer pour lutter efficacement contre ce fléau qui porte atteinte au Patrimoine naturel commun des Marocains.

  


Dans la même rubrique :
< >