Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Tribune libre

Fête du Trône : Roi et peuple pour le Maroc du troisième millénaire


Rédigé par Mohamed BELMAHI le Mardi 28 Juillet 2020

Faire du Maroc un Etat moderne et démocratique en mesure d’affronter les défis du 21ème siècle et d’exploiter, au mieux, les nombreuses opportunités de développement, voilà l’ambition que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a nourrit pour Son peuple. Dans le Maroc que le Souverain veut voir ainsi émerger, droits sociaux et liberté d’entreprendre seraient dûment garantis.



Effectivement, chose promise, chose due. SM le Roi Mohammed VI, en promettant aux Marocains, le 30 juillet 1999 lors de son intronisation, « Nous souhaitons que le Maroc, sous notre règne, aille de l’avant sur la voie du développement et de la modernité, et qu’il accède au troisième millénaire, doté d’une vision prospective, en parfaite cohabitation et en entente réciproque avec nos partenaires…», adepuis Son accession au Trône de Ses glorieux ancêtres, continué à donner des orientations pour la mise en œuvre effective de politiques sectorielles, de façon à permettre au Maroc d’occuper demain et pour toujours, dans le concert des nations, la place que lui assignent son Histoire, le génie de son peuple et ses énormes potentialités. 
 
Et pour paraphraser Bernard Lugan, « Au Maroc, le pari du modernisme n’a été gagné que parce que les assises nationales sont millénaires et que rien n’a été abandonné de ce qui constitue l’âme de la Nation ».  
 
La Fête du Trône, qui coïncide cette année 2020 avec le 21ème anniversaire de l’intronisation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, reste marquée par le développement du Maroc, dans tous les domaines, et surtout par le souci constant du Souverain de renforcer le bien-être du citoyen marocain, y compris le secteur social qui   a bénéficié d’une attention particulière et d’une grande sollicitude de la part du Guide de la Nation.  
 
La vision Royale est donc citoyenne. Elle « privilégie la continuité que seule la Monarchie garantit » et vise la construction du Maroc d’aujourd’hui et de demain, la consolidation des acquis démocratiques et l’institutionnalisation de l’Etat de droit et de l’alternance démocratique dont les partis politiques restent les acteurs importants. 
 
C’est qu’il s’agit, pour Sa Majesté le Roi, de rendre irréversible et effective, à tous les niveaux de pouvoir, la philosophie de la nouvelle gouvernance qui, seule, peut rendre pérenne l’édifice à réaliser. Cela passe par l’application de mesures concrètes marquant ainsi l’avènement du nouveau concept Royal de développement. 
 
De ce fait, un pacte existe et consacre, dans sa portée et ses significations, l’engagement du Roi envers le peuple marocain, dont sa jeunesse. Ce potentiel humain, qui représente plus de 65 % de la population du Royaume, laquelle jeunesse est considérée comme le principal bénéficiaire des apports de la nouvelle ère comme en témoigne la nouvelle démarche qui le responsabilise tout en lui offrant des droits. 
 
Cela a permis au Maroc d’envoyer un signal au monde entier, par lequel il montre qu’en l’espace de vingt et une années après l’intronisation de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, se cristallise l’image d’un Maroc jeune, en voie de modernisation et déterminé à franchir le seuil du 3ème millénaire avec assurance et détermination. 
 
Sa Majesté Mohammed VI, de par son caractère populaire et fédérateur, s’est volontiers prêté aux bains de foules de Son peuple. C’est ainsi qu’il se distingue en sortant du cadre du protocole royal. D’ailleurs, il n’hésite pas à prendre des photos ou même des “selfies” avec son peuple, où qu’il soit dans le monde.  Même dans les moments les plus délicats, le Roi Mohammed VI reste tourné vers son peuple. Et les épreuves n’ont pas manqué. Attentats terroristes, mouvements sociaux, Coronavirus... À chaque fois, la monarchie a réagi en engageant des réformes de fond. Pour contrer les attentats par exemple, le Roi Mohammed VI a mis en place l’institut Mohammed VI de formation des imams, qui enseigne un islam de tolérance et de paix. Lorsque le Covid-19 s’est abattu sur l’ensemble des pays, Sa Majesté n’a pas hésité à fermer les frontières nationales, pour protéger Son peuple, en dépit des impacts économiques, puisqu’il a privilégié le citoyen à l’économie.  C’est dans ce même élan que le Souverain avait lancé, en 2005, le chantier du Trône : l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH), dont il a eu l’idée au cours d’une visite dans un orphelinat de Casablanca.  
 
En effet, après les signaux forts et les actions de proximité entreprises par le Roi, une mise à niveau des secteurs socio-économiques au Maroc devait être décrétée dans laquelle le social occupe une place de choix. L’INDH a été déclinée et traduite le 18 mai 2005 par la proclamation d’une démarche mise en évidence par le rapport de réflexion et de débat sur l'évaluation rétrospective du développement humain au Maroc depuis son indépendance : « 50 ans de développement humain au Maroc et perspectives pour 2025 ». C’est ce style de gouvernance qui a conféré au Royaume une stabilité politique qui le caractérise dans sa région, malgré toutes les difficultés socio-économiques.  
 
Le Souverain n’a-t-il pas appelé « tous les citoyens à participer à l'édification du Maroc moderne, celui du progrès et du développement, de l'ambition et de l'engagement responsable, fait de sérieux, d'imagination et d'ardeur au travail » ? Un appel qui sous-entend la rupture avec le passé tout en enrichissant le présent et le futur par les us et coutumes de la monarchie marocaine, toujours au diapason. 
 
Dans cet échafaudage, une place privilégiée a été réservée aux droits socio-économiques.  Pour cela, le Souverain a opéré les ajustements à même de prémunir ce domaine qui concerne une de ses richesses qu’est l’élément humain. Dans cette perspective, Sa Majesté le Roi a ébauché une refonte touchant des secteurs clés. Les réformes vont se succéder à un rythme effréné pendant les deux dernières décennies. Le Souverain va s’occuper du champ religieux, de l’habitat, de l'enseignement, de la justice, de l'emploi… et bien évidemment de la famille et de la jeunesse et du sport.   
 
Durant les 21èmes années de son règne prospère, le Souverain n’a jamais hésité à briser le carcan de l’immobilisme et à confronter les vrais défis à surmonter sur les fronts économiques, social et politique. Il poursuit sans faiblir les réformes indispensables à l’aboutissement du projet sociétal et moderniste visé par le Royaume. La vision clairvoyante de Sa Majesté le Roi est gagnante. Elle est forte et s’articule autour d’un plan d’avenir basé sur des principes inaliénables et des objectifs à la hauteur des aspirations d’une grande nation : le Maroc. 
 
C’est pourquoi, l’agenda royal programme, en plus du règlement définitif de la question de notre intégrité territoriale, le choix de la vision partagée, la promotion des valeurs de la citoyenneté, la lutte contre la pauvreté et le sous-développement, la renaissance culturelle, la paix sociale, le développement du monde rural et la consolidation des assises de l’économie nationale. 
 
Car n’oublions pas que dès les premiers jours de Son règne, SM le Roi avait, en effet, privilégié le contact direct avec son peuple, en sillonnant le Royaume de bout en bout, du Nord au Sud, d'Est en Ouest, allant à la rencontre de Son peuple jusqu'aux contrées les plus lointaines, notamment le Sahara marocain qui a vu sa renaissance et son développement s’affermir sur tous les plans, sous l’ère glorieuse de SM Mohammed VI. 
Le but est de prendre le pouls du peuple, d'écouter directement ses doléances et ses attentes. La démarche royale a empli les cœurs de joie, car, le train marocain du développement, de la croissance, de la répartition équitable des richesses, ne manquera aucune station et s'arrêtera à toutes les gares, à la campagne, comme en ville.   
 
Réinventer la confiance et  le génie marocains, transformer  profondément les structures  de  production, moderniser le pays et instaurer plus d’équité et de solidarité sociale, réhabiliter et redonner une vigueur effective à la  jeunesse  marocaine, asseoir un développement harmonieux et équilibré, ouvrir les chantiers d’emplois et de formation, en un mot construire une société démocratique moderne et donner une raison d’être au citoyen marocain, tels sont les principaux axes du programme Royal défrichés par Sa Majesté le Roi Mohammed VI au cours  de l’année 2020.  
 
C’est pourquoi  cette célébration du 21ème  anniversaire de l’intronisation  de Sa Majesté le Roi Mohammed VI s’identifie à celle de la réussite, dans un pays sans grandes ressources naturelles, qui  s’empresse à  édifier  la société du bien-être, équilibrée et solidaire, à tonifier le développement et la propagation du progrès et de la prospérité,  pour vivre dans un Etat de droit,  jouissant de justice indépendante, de diplomatie rayonnante, de consensus social, d’école, de santé, de logement et d’emploi pour tous et  d’une société du savoir en pleine mutation. Soit un Etat où la dignité du citoyen, sa liberté et sa pleine jouissance des attributs de la souveraineté trouvent, dans le cadre d’un processus démocratique pluraliste, d’un tissu associatif imposant et d’un système législatif bicaméral, une expression totale de la citoyenneté et des valeurs citoyennes que le Maroc de l’ère nouvelle, d’aujourd’hui et de demain, s’attache à construire et à consolider avec assurance et fidélité. 
 
L’emploi productif, le développement économique, l’enseignement utile et le logement décent, concrétisé par la philosophie de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH), ont continué à constituer les secteurs clés de l'Agenda Royal. Ils ont, du coup, enclenché la stratégie royale de proximité partout au Maroc, d’écoute et de relance de nombreuses opportunités d’avenir concernant l’élément humain en tant qu’investissement générateur de valeurs qui, depuis des siècles, font du Royaume une des grandes nations, respectée et respectueuse de la dignité humaine.  
 
Plusieurs chantiers ont ainsi été ouverts, concernant le renforcement de démocratisation des institutions, la libération des énergies des Marocains, la lutte active contre la pauvreté et l’ignorance, le renforcement des nouvelles technologies de l’information et la restructuration de l’action de la société civile à travers la constitution de Fondations opérant dans les différents secteurs. 
 
C’est sous cette lumière qu’il faut comprendre les actes forts initiés par le Souverain dont les actions quotidiennes de plus en plus proches de son peuple, témoignent indéniablement d’une fibre patriotique inégalée. 
 
La Haute sollicitude Royale et l’intérêt particulier accordé par le Souverain aux localités déshéritées, lointaines, la préoccupation des conditions de vie des Marocains et de nos ressortissants à l’étranger, ne cessent de forcer l’admiration du peuple disposé à s’ouvrir sur le progrès et la modernité.  
 
 La Sollicitude accordée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI aux sportifs, à la femme, conjuguée à celle dont le Souverain entoure notre communauté vivant à l’étranger, constitue la manifestation suprême d’une volonté Royale déterminée à s’occuper de la jeunesse et à instaurer un nouvel ordre du jour axé sur le rapprochement, la cristallisation du génie des futures générations et la mise en valeur de toutes les potentialités du pays. 
Le signal fort de cette volonté de renouveau a été plus que significatif, puisqu’il a concerné les différentes provinces où le Souverain a lancé, inauguré et s’est enquis d’importants projets de développement économique et socioculturel, notamment le TGV reliant Tanger/Casablanca, le chantier de l’autoroute Marrakech/Agadir, la station Nour de Ouarzazate consacrée à l’énergie solaire, le chantier Tanger Med, principal port d'infrastructure au début du règne du Roi Mohammed VI. Valorisant le positionnement géostratégique dans le détroit de Gibraltar, ce projet d'envergure est toujours en cours de développement, ce qui favorise sa contribution au développement économique du Maroc. Ce principal port africain reste le véritable catalyseur logistique de l'écosystème industriel africain, qui est de plus en plus ouvert à toutes les régions du monde.  
 
Le secteur agricole, créateur d’emplois dans le monde rural, a également bénéficié de l’attention royale qui lui a consacré une importance particulière qui a permis un meilleur rendement en vue d’une autosuffisance alimentaire. Il en va de même pour l’eau et les secteurs des nouvelles technologies de communication (NTIC).  
 
Le Maroc a consolidé ses rapports diplomatiques avec l’Union Européenne, le Moyen-Orient, les États-Unis d’Amérique, tout en élargissant son influence diplomatique à de nouveaux territoires comme la Chine, les pays de l’Amérique latine, la Russie… Africain, il a réintégré l’Union Africaine qu’il avait quittée en 1984 ce qui a permis une ouverture de son action diplomatique et économique au sein du continent. Le Royaume a renforcé ses relations bilatérales avec les pays africains en érigeant la coopération Sud-Sud. C’est d’ailleurs dans ce prolongement que s’est inscrite la décision royale d’apporter de l’aide médicale à 15 pays africains, le 15 juin dernier, en vue de lutter contre le Covid-19. 
 
Le Maroc est aujourd’hui un pays nourrissant une grande ambition, celle de rejoindre, d’ici peu, le peloton des pays avancés, un pays où le progrès économique va constamment de pair avec un essor social dans une société équilibrée et dynamique. 
 
Pragmatique donc est le Roi, réfléchi est son style de règne qui s’émeut moins des manchettes que des grands travaux qui ont pour nom : "le rééquilibrage social fondé sur la croissance, mais aussi sur le réalisme et l’équité".   
 
Communion complémentaire et parfaite avec un peuple, le sien, qu’il aime profondément et avec lequel il partage ses moments de bonheur et de joie, Sa Majesté le Roi Mohammed VI s’embarque dans le XXIème siècle et s’attaque au quotidien aux problèmes des ruraux, des analphabètes, des jeunes, des handicapés et de toutes les composantes de la société marocaine pour lesquelles il aborde les défis en écoutant d’abord et en appréciant ensuite avant de décider et d’agir.
 
 « Dans le Maroc démocratique et moderne qu'il nous appartient de faire émerger, le citoyen doit s’épanouir individuellement au sein d’une société que le progrès n’a pas privé de son âme ».  C’est qu'aux yeux du Souverain, autant la démocratie est fragile sans le développement économique autant celui-ci est précaire s’il ne comprend pas une dimension sociale et ne se traduit pas par l’amélioration des conditions de vie du plus grand nombre.  
 
C’est l’image claire d’un Royaume qui gagne sans armement, sans grandes richesses naturelles, mais avec un Roi dynamique, écouté et respecté et qui consacre sa vie à faire aboutir les chantiers engagés dans la bataille de développement durable et intégré. En définitive, un Monarque qui aujourd’hui parle aux grands de ce monde, impose le Maroc dans la cour des nations leaders, un Roi qui a fait de son peuple, un peuple debout, et de son pays, une nation respectée, respectueuse et ouverte sur le futur.
 
Mohamed BELMAHI

  



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Août 2020 - 10:13 Face à la Covid-19, nous sommes tous en sursis