Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Fausses déclarations de décès Covid : Fake news ou réalité ?

Fact-checking


Rédigé par Hajar LEBABI le Dimanche 4 Octobre 2020

Les rumeurs accusant certaines structures médicales d’établir de fausses déclarations de décès dus à la Covid se font nombreuses. Selon les professionnels, elles sont dénuées de tout fondement. Face à cela, les médecins s’indignent.



Fausses déclarations de décès Covid : Fake news ou réalité ?
La Toile a été envahie, ces derniers jours, par des rumeurs concernant de fausses déclarations de décès Covid. Les témoignages se sont multipliés, accusant ainsi des cliniques et des hôpitaux de fausses déclarations de décès par Covid 19, alors que ce n’est pas le cas. Face à ces allégations, les internautes se sont acharnés sans se soucier de la véracité de ces propos. 

Les hypothèses qui tentaient de justifier ces rumeurs sont nombreuses. Certains avançaient le fait que les cliniques et hôpitaux traitant les malades atteints du Covid-19 profiteraient de subventions, octroyées par le ministère de la Santé. Pour chaque mort, ces structures auraient reçu la somme de 5000 dhs. D’autres internautes justifiaient cela par le fait que les hôpitaux tentaient d’éviter «des frais et des charges supplémentaires». Tandis que d’autres criaient haut et fort que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) payait les Etats pour chaque mort.

Pour avoir plus d’éclaircissements sur ces rumeurs et leur véracité, nous nous sommes renseignés auprès du milieu médical. 

Des accusations invraisemblables 
Selon le professeur Jaâfar Heikel, épidémiologiste et spécialiste en maladies infectieuses, «il y a des gens qui disent beaucoup de choses, mais, je n’ai aucune connaissance de ce sujet-là. Personnellement, je trouve que c’est illogique et je ne comprends pas pourquoi il y aurait de fausses déclarations». 

Le professeur Heikel attire l’attention sur un élément déterminent négligé par les internautes lorsqu’ils se sont lâchés sur leurs claviers. « Le plus intéressant est de voir qui sont les personnes mortes à cause de la Covid, et celles qui sont porteuses du virus décédées pour d’autres raisons. Il ne faut pas oublier qu’il y a des gens qui sont atteints mais leur décès est dû à d’autres maladies », insiste le professeur.

Cela va sans dire que les structures de santé disposent d’un protocole de traçabilité consacré spécialement aux malades atteints du Coronavirus. Cette traçabilité s’étale sur plusieurs niveaux et va de l’identification des malades Covid à leur suivi et, quand les circonstances l’exigent, jusqu’à leur mort. 

Enfin, il serait illogique de concevoir le fait que le ministère de la Santé, qui se félicitait à chaque occasion de ses réalisations, même à des moments critiques, choisirait de gonfler le nombre des décès pour bénéficier de subventions. Une telle posture nuirait fortement à l’image du Royaume en matière de gestion de la pandémie. Ce n’est pas une coïncidence si le corps soignant, en première ligne de la lutte contre le virus, s’indigne contre ces rumeurs.

Hajar LEBABI

3 questions à Allal Amraoui

Allal Amraoui
Allal Amraoui
« Déclarer morts au Covid des personnes qui ne l’étaient pas est insensé »

Chirurgien, député istiqlalien, ancien Directeur régional de la Santé, Président du Centre marocain des études et recherches en politique de santé, Allal Amraoui nous livre ses réflexions sur ces rumeurs.
 
- Le débat sur les dessous de fausses déclarations de morts Covid fait polémique dernièrement. Qu’en pensez-vous ?
- Ces rumeurs ont été déclenchées en raison de plusieurs confusions. Ce débat est surtout soulevé lorsqu’il s’agit de certaines personnes atteintes du virus, et qui souffrent d’autres pathologies. Il faut savoir que s’il n’y avait pas le virus, elles ne seraient pas mortes de leur pathologie. Automatiquement, ces décès sont comptabilisés comme des morts par Covid-19. Quand les gens écoutent ce genre de discussions, ils ne comprennent pas le véritable sens. Ceci dit, c’est vraiment un non-sens que quelqu’un cherche à déclarer « morts par Covid » des personnes qui ne l’étaient pas.

- Certains spécialistes défendent l’idée que le taux des décès liés à la Covid déclaré officiellement est sous-estimé. Est-ce que l’inverse est possible ?
- On ne peut se prononcer sur ce sujet maintenant. Ce n’est que plus tard qu’on pourra faire une étude sur la mortalité globale. Donc, ce n’est pas aujourd’hui qu’on pourra en tirer des conclusions. La mortalité due à la Covid est déclarée quand un défunt a été testé positif suite à un test PCR. 

- Quel est le message que vous souhaitez adresser aux personnes qui diffusent de fausses informations mettant en doute les efforts fournis par le personnel médical ? 
- En général, la société doit normalement rester prudente face à l’information et se poser les bonnes questions. Nous sommes actuellement dans une période où les Fake news fleurissent, partout dans le monde. Par esprit de citoyenneté et de civisme, les gens doivent faire la part des choses, avant de participer à la diffusion de ces informations qui peuvent être néfastes pour l’ensemble de la population.
 
Recueillis par H. L.

Repères

Une rumeur qui circule au Canada
Au Canada, une allégation rapidement devenue virale ces derniers jours affirme que les médecins reçoivent 3000$ lorsqu’ils constatent un décès attribuable à la Covid-19. Ceci dans le but d’augmenter le nombre de morts liés à la pandémie. Or, il n’existe aucune subvention pour les décès causés par le Coronavirus au Québec. La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) et la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) ont toutes deux signé des documents d’entente avec le gouvernement du Québec au début de la pandémie déterminant les modalités de rémunération propres à ce contexte sanitaire particulier. En consultant lesdites ententes, il n’existe aucune mention de prime au décès d’un patient atteint de la Covid-19.
En France, une erreur fausse le nombre de décès
Dans son bilan quotidien sur la situation épidémiologique du Covid-19, Santé Publique France établissait le vendredi 18 septembre le nombre de nouveaux décès en 24 heures à 123. La veille, elle en dénombrait 50. Si cette augmentation subite a pu inquiéter, elle est en grande partie due à la transmission tardive de dossiers par un hôpital de l’Essonne. Un retard qui a eu une incidence directe sur le bilan quotidien.