Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Conso & Web zone

Facebook, Twitter, Instagram et Snapchat : Les réseaux sociaux sont-ils générateurs de dépression ?


le Lundi 21 Décembre 2020

Une nouvelle étude américaine révèle que les jeunes qui utilisent davantage les médias sociaux sont également plus susceptibles de développer une dépression dans les six mois.



Facebook, Twitter, Instagram et Snapchat : Les réseaux sociaux sont-ils générateurs de dépression ?
Les jeunes adultes qui ont augmenté leur utilisation des réseaux sociaux étaient beaucoup plus susceptibles de développer une dépression dans les six mois, selon une nouvelle étude publiée par le Brian Primack, doyen du College of Education and Health Professions à l’Université de l’Arkansas.

Menée en 2018, Primack et ses collègues de l’Université de Pittsburgh ont échantillonné plus de 1000 adultes américains âgés de 18 à 30 ans, qui utilisent, à des degrés différents, Facebook, Twitter, Instagram et Snapchat. Principal résultat dégagé  : les jeunes adultes qui utilisaient plus de 300 minutes par jour sur les réseaux sociaux étaient 2,8 fois plus susceptibles de devenir déprimés en six mois.

L’étude est la première grande étude nationale à montrer un lien entre l’utilisation des médias sociaux et la dépression au fil du temps. «  Nous savons d’après d’autres grandes études que la dépression et l’utilisation des médias sociaux ont tendance à aller de pair, mais il a été difficile de déterminer laquelle est venue en premier. Cette nouvelle étude met en lumière ces questions, car une utilisation initiale élevée des médias sociaux a entraîné une augmentation des taux de dépression. Cependant, la dépression initiale n’a conduit à aucun changement dans l’utilisation des médias sociaux, a déclaré Primack, rapporte EurekAlert, une plateforme américaine de distribution de communiqués de presse à but non lucratif.

Réseaux sociaux vs relations sociales
« L’une des raisons de ces découvertes peut être que les médias sociaux prennent beaucoup de temps  », a déclaré Cesar Escobar-Viera, professeur adjoint de psychiatrie à l’Université de Pittsburgh et co-auteur de l’étude. « Le temps excessif passé sur les réseaux sociaux peut remplacer la création de relations personnelles plus importantes, la réalisation d’objectifs personnels ou professionnels, ou même simplement des moments de réflexion précieux ».

Les auteurs suggèrent que la comparaison sociale peut également sous-tendre ces résultats. «Les médias sociaux sont souvent organisés pour mettre l’accent sur les représentations positives», a déclaré Jaime Sidani, professeur adjoint de médecine à l’Université de Pittsburgh et co-auteur de l’étude.  «  Cela peut être particulièrement difficile pour les jeunes adultes qui se trouvent à des moments critiques de la vie liés au développement de l’identité et qui ont le sentiment de ne pas être à la hauteur des idéaux impossibles auxquels ils sont exposés ».

Les résultats sont d’une importance particulière étant donné que la dépression a récemment été déclarée comme la principale cause mondiale d’invalidité par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et représente plus d’années de vie ajustées en fonction de l’incapacité que tous les autres troubles mentaux, est-il souligné.

 A. C.

  


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 4 Août 2021 - 17:04 Emmanuel Macron : Après président, influenceur