L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






Actu Maroc

FSR : Une journée portes ouvertes de sensibilisation sur les changements climatiques


Rédigé par Safaa KSAANI le Vendredi 25 Février 2022

Ce vendredi 25 février, la Faculté des Sciences de Rabat (FSR) a ouvert ses portes à la sensibilisation sur la pollution atmosphérique et les changements climatiques, au profit d'élèves du primaire, du collège et du lycée.



FSR : Une journée portes ouvertes de sensibilisation sur les changements climatiques
La journée portes ouvertes de sensibilisation sur la pollution atmosphérique et les changements climatiques s'inscrit dans le cadre de l'école d'hiver internationale sur la chimie atmosphérique, gaz à effet de serre et polluants, et sur les méthodes théoriques et computationnelles, spectroscopiques et photochimiques utilisées à cet effet, organisée par la Faculté des Sciences de Rabat du 21 au 26 février. Cet événement rentre dans le cadre d'un projet européen H2020 coordonné par le CSIC (Espagne) et dont l'acronyme est ATMOS.  

"La journée portes ouvertes, orientée vers les élèves du primaire, du collège et du lycée, a pour objectif de leur faire comprendre des phénomènes atmosphériques induisant les changements climatiques, et les sensibiliser à ces problématiques, puisqu'ils risquent de subir beaucoup plus que nous les effets de la dégradation de l'atmosphère. On espère pouvoir y trouver une solution pour éviter ce scénario catastrophique aux futures générations", nous explique le doyen de la Faculté des Sciences de Rabat, Mohamed Regragui.

Cette rencontre était l'occasion d'exposer la situation environnementale au Maroc et les effets du changement climatique sur les espèces, étant donné que la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (MENA) est l'une des moins polluantes, mais parmi les régions les plus touchées par le changement climatique, notamment en termes de ressources en eau, qui étaient déjà très limitées.

Dans son intervention, le Professeur Mohamed Salah, de l'Université Chouaib Doukkali d'El Jadida, et membre associé du laboratoire de recherche à l'Université Mohammed V, a souligné que l'effet de serre est une arme à double tranchant. "L'effet de serre est nécessaire dans le sens où il assure une température moyenne de 15° à la surface de la terre. On a donc besoin de cet effet. Le problème est qu'une fois cet effet est accentué, il peut générer un réchauffement climatique et empirer la situation", a-t-il martelé. 

De son côté, Anas Atmani, responsable du Laboratoire National des Etudes et de Surveillance de la Pollution (LNESP), a mis en exergue le rôle de cet instrument scientifique dans le contrôle de la pollution pour accompagner la mise en oeuvre des programmes nationaux. "En 2014, 7 millions de décès ont été enregistrés au niveau mondial à cause de la qualité de l'air, selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Au Maroc, malgré l'insuffisance des données relatives à la qualité de l'air, le nombre des décès varie entre 2.200 et 6.000".  Et d'ajouter qu'en 2017, la Commission nationale a validé le programme national qui a 4 volets principaux, dont le renforcement et l'extension du réseau national de surveillance de la qualité de l'air.