Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Entreprises High-tech : Enquête sur l’acquisition de Fitbit par Google


Rédigé par Nabil LAAROUSSI le Vendredi 7 Août 2020

L’acquisition de Fitbit par Google renforcerait la position de Google en matière de publicité et inquiète l’Union Européenne.



Entreprises High-tech : Enquête sur l’acquisition de Fitbit par Google
Dans un communiqué publié mardi 4 août, la Commission européenne a annoncé l’ouverture d’une enquête approfondie sur le projet d’acquisition par Google de Fitbit, spécialiste des objets connectés pour les activités physiques, pour 2,1 milliards de dollars.

Cette opération qui avait été annoncée en novembre 2019, a suscité les craintes de l’Exécutif européen quant à la dominance du premier moteur de recherche mondial en matière de publicité :« L’opération proposée renforce encore la position de Google sur les marchés de la publicité en ligne, en accroissant le volume de données déjà important que Google pourrait utiliser pour personnaliser les publicités qu’elle propose ou qu’elle affiche ». Des inquiétudes justifiées au vu de la position dominante sur le marché de la fourniture de services de publicité en ligne et de la position de force sur le marché de la fourniture de services de technologies de la publicité dans nombre de pays d’Europe. Selon Margrethe Vestager, viceprésidente exécutive chargée de la politique de concurrence, cette enquête vise à « garantir qu’à l’issue de l’opération, la maîtrise de Google sur les données collectées au moyen de dispositifs portables ne faussera pas la concurrence », expliquant que les données fournies par l’utilisation des objets connectés procurent des informations sur la vie et la santé des utilisateurs de ces dispositifs. 

L’enquête examinera également la capacité de Google à dégrader l’interopérabilité des dispositifs portables de ses concurrents avec son système d’exploitation Android, ainsi que les effets de la combinaison des bases de données et des capacités de Fitbit et de Google dans le secteur des soins de santé numériques.

La proposition rejetée de Google

Pour répondre aux craintes de la Commission européenne, Google a proposé de s’engager à la création d’un silo de données (stockage virtuel de données) contenant certaines données, recueillies sur des dispositifs portables, qui seront tenues séparées des autres séries de données détenues par Google et qui seraient interdites d’exploitation pour des fins publicitaires. La Commission a cependant rejeté cette solution, considérant que «l’engagement concernant le silo de données proposé par Google est insuffisant pour lever complètement les doutes sérieux en ce qui concerne les effets de l’opération», et expliquant que «cette solution ne couvre pas toutes les données auxquelles Google aurait accès à l’issue de l’opération et qui seraient précieuses à des fins de publicité».

La Commission dispose à présent de 90 jours ouvrables, soit jusqu’au 9 décembre 2020, pour prendre une décision.

Nabil LAAROUSSI