Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Enquête : La moitié des Marocains navigue sur Internet


Rédigé par A. CHANNAJE le Mercredi 15 Juillet 2020

Un Marocain sur 2 surfe sur le web. De plus, la moitié des internautes se connecte sur internet au minimum une fois par jour, selon une nouvelle enquête du groupe Sunergia, spécialiste des études de marketing au Maroc.



Enquête : La moitié des Marocains navigue sur Internet
Intitulée : « Profils sociodémographiques des internautes marocains: qui sont-ils? », l’enquête a été réalisée pendant la période de confinement imposée par la pandémie du Coronavirus. « Comme on peut le lire parfois, cette crise qui touche encore l’humanité toute entière a été un vecteur de changement incroyable, en particulier sur la transformation digitale. Que ce soit au niveau des entreprises publiques ou privées, il ne fait nul doute aujourd’hui que tous se tournent vers les Marocains connectés », souligne Sunergia.

L’enquête met l’accent sur l’exhaustivité des profils sociodémographiques des Marocains connectés à travers les réponses de 13.568 internautes (les moins de 18 ans ont été exclus de cette étude) répartis sur l’ensemble du Royaume.

Par rapport à la population marocaine en général, Sunergia s’attend tout de même à ce que les internautes soient plus jeunes que la moyenne. Pour ce qui est de la catégorie la plus jeune, les 18-24 ans, elle représente 23% des internautes. À titre de comparaison, le dernier recensement du HCP (Haut-Commissariat au Plan) indiquait que cette tranche d’âge représentait environ 25% de la population générale qui n’est donc pas surreprésentée sur internet au vu de cette faible différence.

Par contre, poursuit la même source, ce n’est pas le cas pour les Marocains âgés de 25 à 34 ans. Cette tranche d’âge représente 22% de la population, selon les données du recensement, et est largement surreprésentée chez les internautes marocains. En effet, ces personnes constituent quasiment un tiers (32%) des internautes marocains.

Les internautes significativement plus masculins

Cependant, les personnes de plus de 65 ans représentent environ 4% des internautes marocains. En comparant de la même façon, ils représentent en réalité 9% de la population. En ce qui concerne la catégorie des 55 à 64 ans, la représentativité est quasiment parfaite puisqu’on retrouve là une proportion d’environ 10% pour les deux populations!

Il apparaît donc que les personnes plus âgées ne sont pas si mal représentées dans le paysage du web.

En matière de distribution urbaine / rurale, Sunergia estime que les âges sont globalement distribués de manière égale à l’exception des internautes de plus de 65 ans. Ces derniers sont davantage dans les campagnes (18%) en comparaison avec les autres tranches d’âge (8%). Toujours selon les derniers chiffres du recensement, les proportions sont plus équilibrées. Il y a normalement 51% de femmes pour 49% d’hommes. 

La population connectée est donc significativement plus masculine à l’échelle du pays, est-il souligné.

« Cependant, on peut noter qu’on retrouve un équilibre presque parfait si on s’intéresse aux internautes de moins de 35 ans dont le niveau de scolarisation est universitaire et qui vivent dans l’axe Casa-Rabat », ajoute la même source. 

20% des internautes sont des étudiants

Autre résultat de l’enquête : presque un cinquième des internautes sont des étudiants. En dehors de la part d’employés qui ne surprend pas trop, les cadres (13%) et les chefs d’entreprises (4%) sont relativement nombreux parmi les internautes. Si la première catégorie est plutôt équitable dans la distribution des genres, les chefs d’entreprises qui surfent sur le web sont une population masculine à 75% et jeune car un tiers d’entre eux ont moins de 35 ans.

Il y a donc, toujours selon Sunergia, 25% de femmes chefs d’entreprise, cela peut sembler peu mais les femmes ne représentent que 10 à 12% des entrepreneurs au Maroc. Par conséquent, leur présence sur le web est au contraire très forte en proportion.

Sunergia note, par ailleurs, que le profil scolaire de l’internaute marocain est majoritairement universitaire. 

Autrement dit, les internautes ont fait ou effectuent encore actuellement un cycle d’enseignement supérieur. Ils sont donc instruits et c’est une des grandes différences évidentes avec la population générale. Sunergia indique que 6,1% pour la proportion de Marocains ont un niveau scolaire dit supérieur, contre 75% pour les internautes. « Pour rappel, ces mêmes données indiquent “néant” pour la scolarisation de 37% de la population, ce qui représente de toute évidence une part négligeable des internautes », relève-t-on dans l’analyse des données de l’enquête.
 
A. CHANNAJE

Repères

Un quart des internautes ont des revenus supérieurs à 12.000 DH
D’après Sunergia, presque un quart des internautes ont des revenus supérieurs à 12.000 DH par mois dans leur foyer. Seuls 20% des ménages ont des revenus supérieurs à 6650 DH par mois. Les internautes marocains sont donc sans aucun doute la moitié la mieux lotie de la population marocaine, estime la même source. Pour finir sur les revenus, il est intéressant de noter que les plus élevés ne sont pas associés aux chefs d’entreprise mais aux cadres. Un peu plus de 6% des internautes déclarent avoir des revenus supérieurs à 25 .000 DH par mois. Parmi eux, 32% sont des cadres et seuls 14% sont chefs d’entreprise. En ce qui concerne les internautes aux revenus les plus faibles, soit moins de 2 000 DH par mois, ce sont essentiellement des étudiants, des travailleurs de l’informel et des ouvriers.
Le profil-type de l’internaute marocain
S’il fallait caricaturer un profil moyen de l’internaute marocain en grossissant le trait, ce serait donc, selon Sunergia, un homme célibataire qui a entre 25 et 34 ans. Il n’a pas encore d’enfant mais il est sur le point de se marier et ça ne saurait tarder. Il habite en ville, plutôt dans le grand Casablanca. Il a un abonnement prépayé chez Maroc Télécom et il est instruit puisqu’il est allé à l’université. D’ailleurs, il vient de finir ses études et sur le plan professionnel, il est employé dans une entreprise structurée (non informelle) où il reçoit entre 2 000 et 4 000 DH par mois.