Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Emploi : Une chute brutale avant même l'apparition du Covid-19


Rédigé par A. Channaje le Mercredi 6 Mai 2020

Avant la crise sanitaire liée à Covid-19, le taux de chômage a augmenté de 10,5% au 1er trimestre 2020, contre 9,1% la même période de l’année 2019.



Ahmed Lahlimi Alami, Haut Commissaire au Plan
Ahmed Lahlimi Alami, Haut Commissaire au Plan
Ce volume résulte d’une création de 80.000 postes en milieu urbain et d’une perte de 3.000 en milieu rural, souligne le Haut-Commissariat au Plan (HCP) dans sa note d’information relative aux principaux indicateurs du marché du travail au 2ème trimestre 2020. L’enquête, arrêtée le 20 mars, ne tient pas compte des effets de l'état d'urgence sanitaire et du confinement sur l'emploi.

Les secteurs ayant contribué plus à la création de l'emploi durant cette période sont ceux, des services et de l’industrie y compris l'artisanat avec respectivement, 192.000 et 23.000 postes. Par contre, les secteurs de "l’agriculture, forêt et pêche" et des BTP ont enregistré une perte de 134.000 et de 1.000 postes d’emploi respectivement. Dans ce contexte, avec une hausse de 165.000 personnes en milieu urbain et de 43.000 en milieu rural, le nombre total de chômeurs a augmenté de 208.000 personnes au niveau national, s’établissant à 1.292.000 chômeurs.

Le taux de chômage est ainsi passé de 9,1% à 10,5% au niveau national, de 13,3% à 15,1% en milieu urbain et de 3,1% à 3,9% en milieu rural. Sans surprise, les taux de chômage les plus élevés sont relevés, en particulier, parmi les femmes (14,3%s contre 9,3% parmi les hommes), les jeunes âgés de 15 à 24 ans (26,8% contre 8,2% parmi les personnes âgées de 25 ans et plus) et les détenteurs d’un diplôme (17,8% contre 3,6% parmi les personnes n’ayant aucun diplôme).

Selon le type d’emploi, le HCP souligne que 112.000 postes d’emploi rémunérés ont été créés au cours de la période, 97.000 en milieu urbain et 15.000 en milieu rural. L’emploi non rémunéré, composé d’environ 96% d’aides familiales, a en revanche enregistré une baisse de 35.000 postes, 18.000 en zones rurales et 17.000 en zones urbaines.