Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Edito & Chronique

Elections 2021 : le défi de la parité


Rédigé par Saâd JAFRI le Mercredi 7 Avril 2021


Elections 2021 : le défi de la parité

Une fois de plus, le Maroc se retrouve à la traîne dans le classement de Davos qui compare l'évolution du fossé entre les sexes, selon la participation et les opportunités économiques offertes par les Etats, le niveau d'instruction, la santé et bien évidemment l’autonomisation politique.
 

Comme vous le trouverez sur nos colonnes, la détérioration de la position du Royaume est (sans surprise) due en partie à l’écart politique grandissant entre les hommes et les femmes, montrant à quel point les multiples réformes mises en place par les pouvoirs publics, depuis deux décennies, peinent à porter leurs fruits. Un rempart invisible et infranchissable semble s’être érigé dans la sphère politique, entravant le parcours et les rêves de milliers de femmes souhaitant porter leurs voix à l’Hémicycle ou encore dans les communes.

Toutefois, si l’actuel gouvernement a échoué à résoudre la très compliquée équation de la parité, les prochaines échéances s’annoncent plus prometteuses suite aux nouveaux textes électoraux qui instaurent de nouveaux mécanismes, permettant d’accroître la présence féminine au sein des instances élues. Néanmoins, la réussite de cette approche de “discrimination positive” reste tributaire du principe de la parité entres les femmes elles-mêmes issues de différentes strates sociales, de sorte à promouvoir des compétences dignes de représenter les Marocains.

D’autant que l’Histoire de l’humanité a montré que les droits ne se donnent pas, ils se prennent, ils requièrent ainsi un réel engagement et volontarisme de la part de ces femmes, qui, aujourd’hui plus que jamais, doivent sortir de l’ombre et lever certaines barrières socio-culturelles qui les empêchent d’émerger.

Quant au prochain gouvernement, il aura le grand défi non seulement d’établir des lois favorables à la gent féminine, mais il devrait également et surtout éviter de tomber dans le piège du «laisser-faire» qui mène toute initiative vers l’échec.  
 

Saâd JAFRI
 

 


  



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 13 Juin 2021 - 16:02 L'Opinion : Désunis jusqu’à la fin !

Jeudi 10 Juin 2021 - 18:03 L'Opinion : Un vote à double tranchant