Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Élection à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !


Rédigé par A.KITABRI le Mercredi 3 Mars 2021



Élection à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !
Hier, l'information a fait le tour des médias. La FIFA envisage de placer son candidat préféré à la tête de la CAF. Il s'agit du Sud-africain Motsepe.
La FIFA a réuni les candidats d'Afrique de l'Ouest à Rabat. Deux de ses représentants ont fait le déplacement et ont proposé aux 3 candidats, Senghor, Yahya et Anouma de se désister avant les élections du 12 mars. En contrepartie, les émissaires de la FIFA leur ont proposé les postes de premier vice-président, deuxième vice-président et conseiller spécial du président.
Mais de retour en Côte d'Ivoire, Jacques Anouma se serait rétracté. Il envisagerait de se présenter seul face au candidat de la FIFA contre "les ordres" de la haute instance du football international.
Pourquoi ce revirement ? Deux hypothèses sont avancées.
- Anouma ne serait pas satisfait du poste qui lui est destiné, à savoir conseiller du président lui qui veut devenir président.
-Ou bien, il voudrait montrer à tout le monde qu'il n'est pas aux ordres d'Infantino et qu'on peut compter sur lui pour débarrasser la CAF de la mainmise de la FIFA sur la Confédération Africaine de Football.
De façon plus simple : Il n'accepte pas de jouer le rôle d'un pion.
-La FIFA, déjà prévoyante, a fait sortir un dossier "douteux" contre le candidat ivoirien. Il lui a adressé une correspondance demandant des explications au sujet du financement de sa campagne.
-Des informations avaient circulé selon lesquelles le gouvernement ivoirien lui aurait avancé la somme de 15 millions d'euros pour le financement de sa campagne.
-Anouma a réagi  par un communiqué. Il se défend et rejette la teneur de l'information en expliquant que le seul soutien gouvernemental consiste en la promotion diplomatique et relationnelle de sa campagne par les autorités de son pays.
-La demande de la FIFA ainsi que le choix de la date de la faire ne sont pas innocents. C'est une façon de faire pression sur lui et lui signifier que c'est la FIFA qui tient les commandes. Affaire à suivre…