L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






Actu Maroc

Education et égalité des genres : Meilleures en lecture, les filles au Maroc égalent les garçons en maths


Rédigé par A. CHANNAJE le Vendredi 29 Avril 2022

Dans le monde en général et au Maroc en particulier, les performances des filles en mathématiques sont désormais égales à celles des garçons, selon l’UNESCO.



En mathématiques, l'écart entre les genres en faveur des garçons dans les petites classes disparaît progressivement, selon un nouveau rapport de l’UNESCO sur l’état de l’éducation dans le monde, réalisé sur les écoles primaires et secondaires de 120 pays, dont le Maroc.

Intitulé « Approfondissant le débat sur ceux qui sont encore laissés pour compte », le rapport montre, en premier lieu, que pendant de nombreuses années, le niveau des garçons était supérieur à celui des filles en mathématiques, mais ces inégalités de genre ont disparu par la suite. « Même si les filles rattrapent leur retard en mathématiques dans le deuxième cycle de l'enseignement primaire et secondaire, les garçons sont beaucoup plus susceptibles d'être surreprésentés parmi les élèves les plus performants en mathématiques dans tous les pays », écrit l’UNESCO.

L’agence onusienne spécialisée souligne, en outre, que l'écart entre les genres en matière d'apprentissage s'est réduit même dans les pays les plus pauvres. Et dans certains pays, l'écart s'est maintenant inversé. A titre d’exemple, en 8e année, l'écart est en faveur des filles en mathématiques de 7 points de pourcentage en Malaisie, de 3 points au Cambodge, de 1,7 point au Congo et de 1,4 point aux Philippines.
 
Et au Maroc ?
 
Dans les pays à revenu intermédiaire et élevé, dont le Maroc, les filles du secondaire obtiennent des résultats significativement plus élevés en sciences. « Malgré cet avantage, les filles sont encore moins susceptibles d'opter pour des carrières scientifiques, ce qui indique que les préjugés sexistes pourraient encore constituer des obstacles à la poursuite d'études supérieures dans les domaines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques», constate l’UNESCO.

Le rapport de l’UNESCO, de 82 pages, révèle, par ailleurs, que les filles, même si elles réussissent bien en mathématiques et en sciences, elles réussissent encore mieux en lecture. L'écart le plus important dans l'enseignement primaire se situe en Arabie saoudite avec  77 % de filles , mais seulement 51 % de garçons en 4e année qui atteignent une compétence minimale en lecture.

Au Maroc, souligne l'UNESCO, les filles dépassent les garçons en lecture de 10 points de pourcentage.

« La plupart de ces données ont été publiées au cours des 18 derniers mois, mais se réfèrent à la situation juste avant que la pandémie ne frappe. Nous savons que les résultats d'apprentissage ont été durement touchés dans les pays qui ont fermé des écoles pendant de longues périodes et n'ont pas été en mesure d'offrir des possibilités d'apprentissage à distance à la majorité de leurs élèves…Il faudra un certain temps avant que nous ne puissions avoir une image vraiment globale sur l'impact à long terme de la pandémie, y compris son impact sur le genre », estime l’UNESCO.


A. CHANNAJE