Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Economie circulaire: Un antidote potentiel contre le marasme du Covid


Rédigé par Hajar LEBABI le Mercredi 21 Avril 2021

Aujourd’hui plus que jamais, l’économie circulaire s’avère une nécessité, pour les Etats, afin de sortir de la crise. Le Maroc n’est pas écarté de l’équation.



Economie circulaire: Un antidote potentiel contre le marasme du Covid
Plusieurs engagements pour parvenir à une économie circulaire mondiale ont été pris lors des deux jours du Forum mondial sur l'économie circulaire + climat (WCEF + Climat) de haut niveau. Le ministre néerlandais de l'Environnement, Stientje van Veldhoven, a déclaré  : "Avec ce sommet, nous avons veillé à ce que la circularité soit considérée dans le monde entier comme une partie inextricable de la résolution de la crise climatique".

La conférence était organisée conjointement par les Pays-Bas et le fonds finlandais pour l'innovation Sitra. Parmi les participants figuraient des ministres de dizaines de pays, des représentants de haut niveau des Nations Unies et des représentants de grandes entreprises et de start-ups. "Nous devons dissocier la croissance économique des émissions et de la surconsommation climatiques. Nous avons besoin d'une collaboration mondiale, sur la voie de l'automne et du Forum mondial de l'économie circulaire 2021 à Toronto, ainsi que de la COP26 de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Glasgow, dans le cadre d'une transition circulaire vers une économie à faible émission de carbone et à l'épreuve du climat », a déclaré Jyrki Katainen, président du Fonds finlandais pour l'innovation Sitra.

Le WCEF + Climate a clairement démontré les efforts mondiaux en faveur d'une économie circulaire pour atteindre les objectifs climatiques. Sans économie circulaire, il est difficile d'atteindre les objectifs de l'Accord de Paris. Une utilisation plus intelligente des matières premières, une plus grande réutilisation des marchandises et un meilleur recyclage pourraient représenter une réduction de 20% des émissions de CO2 dans le monde.

Un apport important pour le Royaume

Le Roi Mohamed VI a initié un nouveau paradigme de pensée mobilisant l’ensemble des acteurs publics, privés et de la société civile : l’élaboration et le déploiement d’un Nouveau Modèle de Développement pour le Royaume. Cette vision ambitieuse et résolument réformatrice a permis d’ouvrir le champ à de nouvelles pensées mais surtout des propositions de développement orienté vers la durabilité et la préservation des ressources naturelles, sociales et humaines.

L’économie circulaire prend ainsi toute sa place dans la réflexion et pourrait être une voie nouvelle sur laquelle le Maroc pourrait s’engager. En effet, depuis 2009, le Maroc présentait déjà de grandes ambitions dans sa stratégie énergétique et environnementale. Axée essentiellement sur les énergies renouvelables, cette vision s’est enrichie depuis 2018, à l’initiative de l’ensemble des autorités, afin d’élargir le champ à l’efficacité énergétique.

En parallèle, les collectivités locales doivent entamer une sérieuse réflexion afin de revoir leur schéma de gestion environnementale et notamment relative aux déchets. En effet, la société marocaine produit actuellement près de 7,5 millions de tonnes par an de déchets ménagers en milieu urbain avec une estimation de 11 millions de tonnes à l’horizon de 2030. Les autorités marocaines jugent qu’aujourd’hui l’ère de l’enfouissement des déchets, coûteuse et polluante, est désormais révolue au profit d’une stratégie orientée vers l’économie circulaire répondant aux besoins environnementaux du Royaume et orientée vers l’efficacité et l’optimisation énergétique.

La valorisation énergétique des déchets, au même titre que la Biomasse, pourrait être considérée aujourd’hui comme une solution durable et performante qui permettrait au Maroc de surmonter le double défi : la gestion optimale des déchets et la préservation de l’environnement.

Sur le plan économique, la valorisation énergétique des déchets permet d’économiser de manière drastique l’utilisation de combustibles fossiles polluants (gaz, fioul, charbon, etc.).  Elle permet ainsi, à travers la commercialisation de l'énergie produite, de réduire d'au moins 20 % le prix de traitement des déchets urbains. De même, la masse et le volume des déchets diminuent considérablement, soit une moyenne de 80%.

Sur le plan sanitaire, elle participe à la destruction des microbes, des virus et des germes infectieux propagateurs d'épidémies, notamment à travers le process de combustion à 850°. Sans oublier qu’une bonne partie des résidus solides peuvent être destinés à la construction de routes tandis que l'essentiel des ferrailles et autres métaux peuvent être récupérés et recyclés.

 

​3 questions à Eline Stiphout

«D'énormes montagnes de plastique ne sont pas recyclées. Nous y avons vu une opportunité»


La directrice générale de «Siphout Plastics», Eline Stiphout, livre des détails sur son entreprise et sur l’importance de l’économie circulaire.

- Quelle est la mission de «Stiphout Plastics» et quelle est sa relation avec l’économie circulaire ? 

- L'économie circulaire encourage la réutilisation continue des matières premières pour minimiser les déchets. Stiphout Plastics est un pionnier dans ce domaine. L'entreprise est basée dans la ville de Montfort, dans la province du Limbourg, dans le Sud des Pays-Bas, et dispose d'un laboratoire à Eindhoven. Elle utilise une technologie propre et durable pour recycler les déchets plastiques. En 2020, l'entreprise a reçu un financement de l'Union Européenne (UE) pour développer ses activités. Nous voulons rendre le monde un peu plus durable. D'énormes montagnes de plastique ne sont pas recyclées. Nous y avons vu une opportunité.

- Qu’en est-il de la gestion des déchets de plastique ?

- Selon les chiffres publiés par le Forum économique mondial (WEF) en 2020, le monde produit plus de 400 millions de tonnes de plastiques par an. La majeure partie de ces éléments est mal gérée après utilisation, ce qui cause des dommages à l'environnement et aux sociétés. Seuls 14 à 18% de ces déchets plastiques sont officiellement recyclés.
Les déchets ménagers contiennent de nombreux types de plastique. Leur séparation est technologiquement compliquée. Ce plastique est également sale et doit être nettoyé. C'est pourquoi, jusqu'à récemment, le plastique était généralement brûlé, générant beaucoup d'émissions de CO2. Nous pensons que séparer et nettoyer le plastique pourrait être plus facile. Nous avons développé une solution innovante pour cela, et ainsi nous contribuons à réduire les émissions de CO2 et à atteindre les objectifs de l'Accord de Paris sur le climat.


- Comment est votre processus de recyclage des déchets plastiques ? 

- Ce problème a incité Stiphout Plastics à développer un processus entièrement automatique de tri des déchets plastiques en vue de leur recyclage. Les plastiques sont déchiquetés, lavés, séparés, séchés et emballés dans des sacs pesant une tonne chacun. Les plastiques pollués qui ne peuvent pas être traités sont prélavés. Nous traitons déjà 12.000 tonnes de plastique par an et l'année prochaine, ce nombre passera à 20.000 tonnes. Notre objectif est de traiter 30.000 tonnes par an en trois ans.

  


Dans la même rubrique :
< >