L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


L'Opinion

Du poisson sans mercure, s’il vous plaît !


Rédigé par Houda BELABD le Dimanche 9 Juillet 2023



Du poisson sans mercure, s’il vous plaît !
Alors que le soleil nous offre ses plus intenses éclats et que la météorologie annonce des degrés de chaleur intolérables, les récents cas d’intoxication alimentaire aux fruits de saison et à certaines variétés de poissons ont, encore une fois, remué l’opinion publique nationale.

Et une fois de plus, face à ce climat délétère, les experts pointent du doigt les mauvaises conditions de stockage et de conservation, et ce, même sur certains marchés de gros, censés être un modèle pour les petits souks de proximité.

Des fruits de saison exposés à longueur de journée, parfois à des heures où le soleil devient cuisant, ou encore de grandes variétés de poissons étalées à même le sol, dans des conditions qui rappellent les théories hollywoodiennes de la fin des temps, ont de quoi causer tous les problèmes de digestion qui puissent exister.

D’autant que l’organisation même des marchés de gros ne permet pas d’assurer la traçabilité des aliments vendus au consommateur et n’encourage nullement les producteurs à mettre en place un système à l’instar de celui instauré pour les produits destinés à l’exportation qui, eux, transitent obligatoirement par des stations de conditionnement. Un constat d’ailleurs relevé par la Cour des Comptes il y a quelques années de cela, mais en vain !

Ceci revient à dire que la supervision et le contrôle de qualité sont les maîtres-mots de l’attitude qu’il faudrait entreprendre en pareilles circonstances, au niveau des différents maillons de la chaîne alimentaire.  Mais là encore, il ne faudrait pas céder à la facilité en responsabilisant les départements de tutelle liés directement au secteur.

L’efficacité dépendrait de l’implication des acteurs qui pourraient paraître les plus improbables, mais dont le rôle dans la chaine de distribution pourrait être décisif. Il s’agit des collectivités locales dont relèvent les marchés de proximité, les autorités locales qui accordent les autorisations pour les points de vente, la Gendarmerie royale qui contrôle, entre autres, le transport routier, et donc tous les mouvements de produits alimentaires. Ceci sans évoquer l’implication des différents départements ministériels en charge du contrôle sanitaire des produits alimentaires du moment que cela relève de l’évidence.

Mais quels que soient les intervenants et leur niveau d’intervention, l’efficacité des actions qui doivent être entreprises reste évidemment tributaire des moyens humains et matériels qui leurs sont alloués.
 
Houda BELABD



Dans la même rubrique :
< >





🔴 Top News