Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Droits de l’Homme: Le rapport des Etats-Unis rend justice au Sahara marocain


Rédigé par Hajar LEBABI le Mercredi 31 Mars 2021

L’intégrité territoriale du Royaume se réaffirme de plus en plus. Le nouveau rapport des Etats-Unis sur les droits de l’Homme consacre une seule section au Maroc, et y inclut le Sahara.



Nouvelle gifle pour les ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume. Le rapport du département d’Etat américain sur les droits de l’Homme, rendu public mardi 30 mars 2021, a fait table rase de la section "Western Sahara", à la faveur d’une seule et unique section réservée au Maroc.
 

Le rapport annuel du département américain sur les droits de l’Homme, très attendu par la communauté internationale, permet de dresser un bilan sur les thématiques liées à la liberté d’expression, à la liberté de religion ainsi qu’à d’autres éléments tout aussi importants pour la société.

Le rapport de l’année 2020 revêt une dimension assez spéciale pour le Royaume puisqu’il s’agit du premier rapport publié sous le mandat du président Joe Biden et de son secrétaire d’Etat, Antony Blinken. En effet, l’édition de cette année permet de lever le voile sur la position du gouvernement Biden sur la question du Sahara marocain. D’ailleurs, dans une conférence de presse, tenue le 30 mars à Washington, Blinken a étalé plusieurs éléments du rapport qui ne peuvent que conforter les attentes du Maroc et décevoir les séparatistes.

Pour une accélération de la nomination d’un nouvel envoyé

Contrairement aux années précédentes, le très attendu document ne sépare plus le « Sahara occidental » du Maroc et aucun chapitre n’y est spécifiquement réservé. Ceci dit, les éléments survenus dans cette zone sont relayés dans la partie dédiée au Royaume. Il est donc clair que l’Administration Biden n’établit aucune rupture avec la reconnaissance proclamée, sous le mandat de Donald Trump, de la souveraineté marocaine sur le Sahara.

Quelques jours avant la publication du rapport, le secrétaire d'État américain Anthony Blinken a exhorté l'ONU à accélérer le processus de nomination d'un nouvel envoyé pour le Sahara.

Blinken a fait sa demande lors d'une réunion virtuelle avec le Secrétaire Général de l'ONU, Antonio Guteres, lundi.

L'ONU a déclaré à plusieurs reprises qu'elle était à la recherche d'un nouvel envoyé pour le Sahara à la suite de la démission de Horst Kohler en mai 2019. Ce dernier avait cité des raisons de santé pour sa démission au milieu de développements importants dans le conflit.

L'ancien envoyé spécial pour le Sahara avait réussi à convaincre l'Algérie, la Mauritanie, le Maroc et le Front Polisario de s'asseoir à la même table de négociation en prélude à une solution politique «basée sur le compromis».

Les parties au conflit ont eu deux tables rondes à Genève, qui ont opéré une percée potentielle dans l'impasse diplomatique entourant la question du Sahara.

Il y avait des espoirs perceptibles que d'autres pourparlers suivraient les réunions de Genève, seulement Kohler a jeté brusquement l'éponge et entamé son enthousiasme quant à la capacité du processus politique dirigé par l'ONU à engager les parties à une solution politique mutuellement acceptable et durable.

Pendant ce temps, l'ONU a rassuré à plusieurs reprises la communauté internationale. Lorsqu'on leur demande pourquoi il faut si longtemps pour trouver un nouvel envoyé au Sahara, les responsables de l'ONU soulignent généralement que le poste est «critique» et que la recherche est toujours en cours pour un remplaçant approprié de Kohler.

Hajar LEBABI