Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Doukkala : La jellaba Saïssia, symbole d’authenticité et de créativité


Rédigé par Mohamed LOKHNATI le Mardi 24 Novembre 2020

Métier ancestral, la djellaba Saïssia est un symbole de l’authenticité marocaine et de la créativité de la femme dans les Doukkala.



Par son originalité, ce pur produit de Zaouiat Saiss attire chaque année un grand nombre de visiteurs au Maroc. Son appellation s’apparente à celle de la Zaouiat Saïss qui est un centre spirituel. Les origines de l’étoffe «kharqua saïssiya» remontent très loin dans le temps. Au début, l’étoffe était tissée exclusivement à partir de la laine. Ce n’est qu’à partir du XVIe siècle que la soie a été introduite dans le tissage de cette étoffe sous la direction du saint Moulay Abdallah Ben Hssaïn El Mghari, nous explique une ancienne artisane. La qualité du tissage a été de ce fait développée pour concurrencer les tissus importés et commercialisés à l’époque par des commerçants portugais, s’enorgueillit-elle. L’originalité de la «kharqua saïssiya» émane de la manière avec laquelle est préparée la laine utilisée dans le tissage et de son mixage avec les fils de soie. Il s’agit de la sélection de la peau lainée, du lavage de la laine brute, du délainage, peignage, filage, dévidage, lavage des écheveaux, blanchiment, renvidage et dévidage du fil et de l’ourdissage, précise pour sa part Hajja Fatima, ajoutant que le tissu de l’étoffe est exécuté sur un métier à tisser en bois. Deux tisseuses s’entraident pour la fabrication durant 15 jours à raison de 8 heures de travail par jour, devait-elle affirmer.

La palme du mérite pour la pérennisation et le développement de ce patrimoine artisanal dans les Doukkala, revient tout d’abord aux artisans ayant bravé toutes les difficultés pour défier le temps, mais aussi aux élus, certaines ONG, notamment l’Association des Doukkala et la délégation provinciale de l’artisanat d’El Jadida. L’aménagement en 2009 du complexe artisanal de Dar Lamalma Saissia, corrobore parfaitement cette thèse. L’amélioration des conditions de vie des artisans et des techniques de travail est le principal objectif du ministère, nous a-t-on précisé de sources responsables.

Entièrement dédiée aux femmes tisserandes, cette infrastructure a été construite et équipée pour près de 1,4 million de DH au niveau de la commune rurale de Zaouiat Saiss. Le complexe se compose d’un écomusée, d’une salle de production et de formation comprenant 2 métiers à tisser et d’un espace d’exposition. Dar Lamaâlma a pour premier objectif l’amélioration des conditions de vie de la femme rurale, indique une source proche du secteur artisanal. La vocation est surtout de sauvegarder la tradition du tissage d’une étoffe très originale connue sous le nom de «kharqua saïssiya».

Mohamed LOKHNATI 

  


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 26 Juillet 2021 - 16:18 Youssoufia / INDH: Contribution remarquable