Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Conso & Web zone

Cure de magnésium : pourquoi, quand et comment la faire ?


Rédigé par Meryem EL BARHRASSI le Dimanche 23 Mai 2021

Fatigue, paupières qui tremblent, manque de sommeil... En plus de repos, vous avez probablement besoin d’une cure de magnésium.
Quant à savoir quand en prendre et sous quelle forme, les choses se compliquent. Réponses de notre experte.



Cure de magnésium : pourquoi, quand et comment la faire ?
Le magnésium est l’un des minéraux les plus présents dans le corps. Cet oligoélément participe à tous les grands métabolismes, celui des glucides, des lipides et des protéines, qu’il transforme en énergie. En matière de compléments alimentaires, le magnésium est un grand classique. Tout travailleur normalement constitué pioche au moins une fois par an dans sa boîte de gélules ou de comprimés pour faire sa cure. L’objectif ? Choyer, entre autres, son système nerveux, comprenez ralentir la cadence et apaiser stress et fatigue.

« Il contribue au bon fonctionnement de différents tissus et organes, parce qu’il est impliqué dans de nombreuses réactions enzymatiques, avec une affinité particulière pour les muscles, y compris le coeur, ainsi que pour le cerveau et ses synapses par lesquelles se transmettent les influx nerveux. Le magnésium se révèle aussi un allié incontournable dans les périodes de stress », explique Dr. Yousra Moustafid, nutritionniste.

Pourquoi faire une cure de magnésium ?

Le magnésium est un minéral essentiel au bon fonctionnement du corps. « Il joue un rôle dans 300 réactions du métabolisme. Il agit sur les muscles, les nerfs, la désintoxication du corps ou encore la digestion », indique la nutritionniste. « Il est considéré comme le catalyseur de la production d’énergie », ajoute-t-elle.

Un minéral d’autant plus indispensable au quotidien, que le corps ne le fabrique pas seul et qu’il faut le puiser dans l’alimentation et l’eau pour assurer son quota journalier (environ 375mg par jour). Pour certains, les carences résulteraient d’ailleurs en partie du contenu de nos assiettes : « Aujourd’hui nos sols sont tellement pauvres que notre alimentation, aussi équilibrée soit-elle, ne suffit plus à combler nos besoins en magnésium », précise Dr. Moustafid.

Autre origine des carences : le stress. « Il abuse et met à rude épreuve nos circuits nerveux, or il faut du magnésium pour la bonne santé de ces derniers», souligne la spécialiste. Une alimentation trop acide (causée notamment par le sucre) peut aussi faire fuiter le magnésium du corps. L’excès de café participe également au déficit en magnésium. « Je le prescris aux personnes très stressées et angoissées mais aussi à celles qui débutent un sevrage tabagique, le manque de nicotine générant un stress important », dit Dr. Moustafid.

Les signes ne trompent pas

Pour identifier un manque, mieux vaut s’écouter. Vous dormez mal et êtes fatigué avant même d’avoir posé un pied dehors ? Vous manquez d’énergie alors que vous mangez équilibré et assurez un minimum de sport? « Les crampes, la fatigue, les vertiges, les fourmillements, les nausées matinales alors que l’on n’est pas enceinte et l’irritabilité sont aussi des signes avant-coureurs », détaille la nutritionniste.

Quand et comment faire sa cure ?

Beaucoup profitent des changements de saison pour s’y mettre; avant l’hiver pour prévenir les baisses de régime, à la sortie pour nettoyer son corps des toxines accumulées. Dr. Moustafid conseille, quant à elle, de la débuter lorsque l’on ressent des signes avant-coureurs. « On peut aller jusqu’à trois cures par an, d’un mois minimum et de trois mois idéalement », précise la nutritionniste. Si aucun surdosage n’est possible, inutile d’être sous magnésium 365 jours par an : « À force, le corps s’habitue et ne devient plus réactif », rappelle Dr. Moustafid. Sans oublier que la prise ne doit jamais dépasser 100mg. Le corps ne peut pas en absorber plus, on risque de se garantir des problèmes gastriques. Pour les éviter, on répartit les prises sur toute la journée.
Avant de filer en pharmacie, commençons par nous intéresser aux causes en regardant le contenu de nos assiettes. Une alimentation déséquilibrée peut, en partie, expliquer une carence.

Pour y remédier, « on met l’accent sur les mines de magnésium : légumes, légumes à feuilles (épinards, brocolis…), bananes, avocat, germes de blé, chocolat noir, graines de pépins de courge ou encore de sésame », conseille la nutritionniste.
Pour se supplémenter, Dr. Moustafid recommande en premier lieu le magnésium sous sa forme naturelle et plus particulièrement le magnésium marin, qu’il soit en comprimés, gélules ou ampoules.

Quelles contre-indications ?

Presqu’aucune, sauf pour les personnes ayant des reins qui fonctionnent mal. « C’est un minéral essentiel pour tous les êtres humains, il est impossible de présenter des allergies ou des intolérances », explique Dr. Moustafid. En revanche, par précaution, on ne supplémente pas les enfants de moins de 7 ans.

Le magnésium se prend à au moins 2 heures de distance en cas de fortes doses de calcium (qui gênent son absorption digestive) et de certains médicaments (hormones thyroïdiennes ou certains antibiotiques dont l’absorption peut être réduite). Il n’y a pas de risque de surdosage sauf en cas d’insuffisance rénale : une supplémentation nécessite alors un avis médical pour adapter la posologie. En cas de surdosage, l’excès de magnésium peut provoquer des diarrhées, des vomissements et une chute de la tension artérielle.

  


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 22 Juin 2021 - 13:47 Bac : les filles se démarquent