L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   
Conso & Web zone

Crise Ukrainienne : La Russie interdit Facebook et Instagram pour « extrémisme »


Rédigé par La rédaction le Jeudi 24 Mars 2022

Les deux réseaux sociaux sont déjà bloqués depuis plusieurs jours dans le pays. Depuis le début de l’invasion militaire de l’Ukraine, Moscou resserre sa mainmise sur le Net.



Crise Ukrainienne : La Russie interdit Facebook et Instagram pour « extrémisme »
Un tribunal russe a interdit, lundi 21 mars, les réseaux sociaux Facebook et Instagram sur le territoire de la Russie pour « extrémisme ». Une décision qui va dans le sens des demandes formulées par les autorités, qui cherchent à resserrer leur contrôle de l’information en pleine invasion militaire de l’Ukraine.

Cette interdiction ne vise cependant pas l’application de messagerie WhatsApp, qui appartient aussi à Meta, le tribunal ayant estimé qu’elle ne servait pas de moyen de « diffusion publique d’informations ». Il s’agit là d’une décision symbolique : Facebook et Instagram étaient déjà bloqués depuis plusieurs jours par les fournisseurs d’accès à Internet russes, de même que de nombreux autres sites, dont certains médias.

Le 11 mars, les autorités russes avaient demandé que Meta soit classé comme une organisation « extrémiste », l’accusant d’avoir assoupli son règlement pour permettre la publication de messages violents contre l’armée et les dirigeants russes en lien avec l’offensive militaire en Ukraine.

Facebook avait en effet annoncé, le 10 mars, qu’il allait faire preuve d’« indulgence » dans sa modération de certains messages hostiles aux troupes russes et aux actions russes en Ukraine. Selon l’agence de presse russe TASS, un représentant de Meta a déclaré, lundi à l’audience, que l’entreprise avait depuis modifié son règlement pour bannir « la russophobie et les appels à la violence ». Une décision qui pourrait faire école : la semaine dernière, Roskomnadzor, le régulateur russe des télécommunications, a accusé l’entreprise américaine Google et son service vidéo, YouTube, d’activités « terroristes », première étape vers un possible blocage.

Les autorités ont parallèlement introduit, au début de mars, deux nouvelles infractions pénales : l’une pour la diffusion d’informations « discréditant » l’armée russe, l’autre pour la diffusion d’informations « mensongères » sur les troupes russes.

Cette dernière infraction prévoit des peines allant jusqu’à quinze ans de prison. Elle inquiète particulièrement les opposants et les médias indépendants, qui craignent des poursuites pour toute dénonciation de l’offensive. Au moins trois personnes, qui avaient publié des messages dénonçant la guerre en Ukraine, sont déjà poursuivies pour ce motif. 



Dans la même rubrique :
< >





🔴 Top News