L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   
Conso & Web zone

Crèmes solaires : plus dangereuses que le soleil ?


Rédigé par Meryem EL BARHRASSI le Dimanche 12 Juin 2022

Faut-il se méfier de certaines composantes présentes dans les crèmes solaires ? En réalité, le plus grand danger reste bel et bien celui des rayons UV pouvant provoquer des cancers de la peau, et desquels ces cosmétiques sont censés nous protéger.



Une bonne crème solaire est essentielle pour protéger sa peau des rayons UV. Le bon réflexe : adopter une protection solaire adaptée à son phototype et à l’ensoleillement pour éviter les coups de soleil et préserver sa santé. Chaque année, de nombreuses personnes s’interrogent sur le danger que feraient courir les produits de protection solaire (PPS). Les filtres anti-UV présents dans les formules sont en effet accusés d’être turbulents et imprévisibles. Ils seraient même, selon certains experts, à bannir. Mais qu’en est-il réellement ? Les crèmes solaires ont-elles de quoi susciter de l’inquiétude ?

Les données scientifiques sur les ingrédients contenus dans les crèmes solaires semblent insuffisantes. Plusieurs études qui mettent en doute la sécurité de certaines substances contenues dans les produits solaires ont été faites en laboratoire. On ne connaît donc pas encore l’impact réel de ces ingrédients sur la santé humaine. « Le soleil nous apporte chaleur, bonne humeur et teint hâlé, mais ses rayons sont de dangereux adversaires de notre santé et personne n’est à l’abri d’un cancer de la peau dû à une exposition irresponsable au soleil. D’où l’importance d’appliquer une protection solaire, un seul bouclier qui protège la peau des UVA/UVB et des coups de soleil, tous deux responsables du vieillissement cutané », explique Dr Fatiha Salhi, dermatologue.

Un produit pas anodin

« Les PPS ne sont pas des produits cosmétiques anodins. Ils sont même considérés comme des médicaments en Australie et en Amérique du Nord. Au contraire au Maroc, ce sont des produits cosmétiques qui n’ont donc pas besoin d’une autorisation de mise sur le marché, car ils contiennent majoritairement des parabens, PEG, EDTA, dérivés d’aluminium, phénoxyéthanol et d’autres ingrédients dont les effets toxiques ont été décrits ces dernières années », explique Dr Salhi.

D’un autre côté, « le soleil sur la peau en quantité modérée est excellent pour synthétiser la vitamine D, une vitamine liposoluble qui possède de nombreux bienfaits pour la santé », souligne la spécialiste. « Donc, s’exposer au soleil serait bon pour la vitamine D mais il faut se méfier des rayons UV. D’aucuns diront qu’ils appliquent de la crème solaire et le tour est joué, ils sont protégés. Si seulement c’était si simple ! », ajoute-t-elle.

La dermatologue explique que « se protéger avec les crèmes solaires ne doit pas inciter à être moins responsable dans son exposition solaire : plus de crème solaire ne doit pas vouloir dire soleil à outrance et déboucher sur une explosion de la survenue de cancers ». La protection totale contre le soleil n’existe pas. Le soleil, avec ou sans crème solaire n’est pas bon pour la peau, lorsque celle-ci est soumise à une exposition trop longue et/ou intense.

Crème solaire : comment la choisir ?

Que ce soit une crème solaire teintée ou normale, en spray, lait, huile ou gel, le point le plus important reste le choix de l’indice, qui est généralement proposé entre 15 et 50+, en fonction de son phototype et de l’ensoleillement.

L’indice de protection : « Les peaux noires doivent opter pour un indice solaire compris entre 15 et 25, les peaux mates pour un indice 30 et les peaux claires doivent compter sur un indice 50 ou 50+ », recommande Dr Salhi. Pour un bronzage uniforme et surtout pour préserver la jeunesse de sa peau, « il est essentiel de choisir une crème qui filtre les UVA et UVB et de toujours penser à l’appliquer toutes les deux heures et après chaque baignade si la crème solaire n’est pas résistante à l’eau », souligne-t-elle.

La texture : Dans notre sac de plage, on retrouve les traditionnelles crèmes et sprays solaires, mais aussi de nouvelles textures et produits innovants : mousse fraîcheur, brume anti-sable, gel peau mouillée ou encore huile bi-phase perfectrice de peau.

L’avis des scientifiques

La communauté scientifique s’accorde pour dire que les filtres chimiques contenus dans les crèmes classiques ne sont pas nocifs à un faible niveau, selon les normes européennes. Des interrogations demeurent toutefois concernant la pénétration de ces substances dans le corps et concernant les nanoparticules. Ces crèmes sont donc sous surveillance.

N’oubliez pas : la protection totale contre le soleil n’existe pas. Avec ou sans crème, une exposition prolongée et/ou intense au soleil est néfaste pour la peau. Pour obtenir une protection optimale, assurez-vous que votre crème protège contre les UVA et les UVB.



Meryem EL BARHRASSI


La crème solaire bio : une fausse alternative
 
La crème solaire classique est composée de deux filtres : le premier, chimique, est fait de substances organiques qui absorbent les rayons Ultraviolets (UV) du soleil et les convertit en chaleur. Le deuxième est physique et se compose de minéraux réflecteurs (oxyde de zinc ou titane) qui diffusent et renvoient les UV.

Pour notre santé et pour l’environnement, il faudrait bannir les crèmes solaires classiques, à cause de la toxicité des filtres et des additifs. Il nous resterait alors une alternative, les crèmes solaires biologiques ?
Pour Dr Salhi « il n’y aucune crème dite bio qui protège bien ». « Il n’existe pas de bons filtres solaires bio ».

De plus, dans la composition des crèmes biologiques, même si elles ne contiennent pas de nanoparticules, on retrouve également « des conservateurs et des produits chimiques ». Pour notre dermatologue, mieux vaut utiliser une crème solaire classique, avec des filtres solaires efficaces.

 



Dans la même rubrique :
< >





🔴 Top News