Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Conso & Web zone

Covid-19 et tabac : La nicotine protège-t-elle contre le virus ?


Rédigé par Meryem EL BARHRASSI le Dimanche 29 Novembre 2020

La nicotine pourrait avoir un effet protecteur contre l’infection en bloquant les portes d’entrée du virus dans les cellules. Mais si un fumeur contracte la Covid-19, il sera malgré tout plus à risque de formes graves.



Covid-19 et tabac : La nicotine protège-t-elle contre le virus ?
Le tabac est nocif pour les poumons, cela n’est plus à démontrer. La nicotine protèget-elle contre la Covid ? Cette question anime la communauté scientifique depuis le début de l’épidémie de Coronavirus.

En pleine pandémie, l’information n’est pas passée inaperçue : parmi les patients ayant contracté la Covid-19, il y aurait une proportion anormalement basse de fumeurs. Leur nombre est cinq fois moins élevé que chez les personnes de même âge et de même sexe dans la population générale, constate Dr. Fatimazohra Skalli, pneumologue.

D’autres avaient déjà établi le même constat. Comme si, étrangement - et de manière contre-intuitive -, les fumeurs, dont les poumons sont pourtant malmenés par le tabagisme, avaient été protégés du redoutable virus respiratoire. Protégés par le fait de fumer ? Non, répondent les chercheurs, plutôt par l’un des composants du tabac : la nicotine, une molécule présente dans les feuilles de tabac et, en moindre quantité, dans d’autres végétaux (aubergine, tomate…). 

Les portes d’entrée du virus bloquées
L’hypothèse la plus probable est que la nicotine protègerait de l’infection en empêchant le virus de pénétrer et de se propager dans les cellules. « La nicotine aurait des vertus préventives contre la Covid-19 », estime Dr. Skalli.

Selon les chercheurs, « les données récentes évoquent le rôle majeur de la nicotine dans l’effet observé et laissent anticiper un possible bénéfice de l’utilisation des substituts nicotiniques ». La pneumologue précise que les données épidémiologiques montrent un taux de fumeurs actifs significativement plus faible dans la population Covid-19 que dans la population générale. L’explication ? La nicotine serait responsable de cet effet protecteur en inhibant la pénétration et la propagation du virus dans les cellules. Elle pourrait ainsi avoir un rôle préventif.

Comment ? Pour infecter les cellules qu’il vise, « le SARSCoV-2 utilise les récepteurs cellulaires ACE2 (cellules pulmonaires impliquées dans la régulation de certaines fonctions cardiovasculaires, pulmonaires et rénales) comme porte d’entrée. Or la nicotine bloquerait ces récepteurs », explique Dr. Fatimazohra Skalli, pneumologue. Donc si les récepteurs sont bloqués, il n’y a pas de porte d’entrée ni d’infection.

Des poumons en mauvais état et fragiles
Malgré cet effet protecteur, les fumeurs restent des personnes à risque de formes graves du Coronavirus. En effet, si le virus infecte l’organisme malgré l’effet protecteur de la nicotine, il arrive dans des poumons en mauvais état, qui savent mal se défendre contre les pathogènes et qui sont donc plus sensibles aux infections. En cause : « le tabac, d’une part, qui réduit les défenses immunitaires au niveau des poumons et qui permet au virus de s’y installer plus facilement », souligne Dr. Skalli.

Pour la pneumologue, l’inhalation répétée de fumées entraîne une inflammation chronique des poumons et le rétrécissement des voies respiratoires. Les fumeurs ont donc des poumons plus fragiles et plus vulnérables aux infections, que présenteraient aussi les adeptes des cigarettes électroniques.

Des contaminateurs potentiels
En plus d’être plus susceptibles de contracter le virus sous une forme grave, les fumeurs pourraient être des vecteurs importants de contamination, selon le Guardian. Ceux-ci ne portent en effet pas de masque pendant qu’ils fument et expirent des particules de fumée susceptibles de transporter le virus, souligne le quotidien britannique.

Les particules de fumée, particulièrement fines, pourraient même aisément franchir les masques en tissus, constituant ainsi un risque supplémentaire de contamination.

Pas d’effet positif du tabagisme contre la Covid-19
L’effet protecteur supposé de la nicotine n’est donc pas une raison pour fumer des cigarettes ou pour vapoter en espérant être protégé de la Covid-19. « Le tabac tue beaucoup plus qu’il ne protège » et reste en 2020 « la première cause de mort évitable », indique Dr. Skalli. « Rien ne permet d’espérer un rapport risque/bénéfice positif du tabagisme dans la lutte contre la Covid-19 », ajoute-t-elle. Cette hypothèse n’est pas non plus une raison pour se ruer sur les substituts nicotiniques. Car même si elle n’est pas toxique, la nicotine crée une forte dépendance et son usage doit donc être strictement encadré.

Meryem EL BARHRASSI

  


Dans la même rubrique :
< >