Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Covid-19 : Mise en quarantaine d’un quartier à Hay Mohammadi


Rédigé par Kenza AZIOUZI le Jeudi 13 Août 2020

Dans le cadre des efforts déployés pour limiter la propagation de la pandémie du nouveau Coronavirus, les entrées des zones cibles ont été interdites.



Ph. KAMAL
Ph. KAMAL
Ce quartier industriel qui accueille de nombreuses entreprises de la capitale économique du Royaume a dû être fermé en raison du chiffre élevé des cas actifs. Le quartier «  Al Machrou3  » de Hay Mohammadi, lieu emblématique qui a fait connaître plusieurs célébrités, telles que Nas El Ghiwane, est fermé. Les autorités ont bloqué les accès, l’après-midi du 11 août de cette zone qui abrite de nombreux foyers d’infection. En effet, en quelques semaines, au niveau de la préfecture de Aïn Sebaa-Hay Mohammadi, le nombre de cas actifs a grimpé de 21 cas le 6 juin à 296 cas le 9 août. D’ailleurs, selon le bilan épidémiologique de ce mardi à 18 h, la région de Casablanca-Settat se positionne en tête du classement régional avec 391 cas sur les 1.132 cas détectés ces dernières 24h. D’où le renforcement drastique des mesures sanitaires.

Appel au renforcement de la médecine du travail dans les entreprises

En raison de la croissance très marquée de la région Casablanca-Settat ces derniers temps, un webinaire s’est tenu, mardi 11 août, en ce sens. Organisé par la Société Marocaine des Sciences Médicales (SMSM), en collaboration avec le ministère de la Santé, le ministère du Travail et de l’Insertion professionnelle, la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) et l’Agence Marocaine de Presse (MAP), le thème de ce webinaire porte sur la situation épidémiologique «  difficile  » de la région.

Lors de cette rencontre, le wali de la région de Casablanca-Settat, gouverneur de la préfecture de Casablanca, Saïd Ahmidouch, a affirmé que la situation épidémiologique liée au Covid-19, est relativement préoccupante. 

Il a également relevé que le diagnostic de la pandémie de la région indique une hausse du nombre des personnes touchées par le virus, at-il dit, en précisant que la région a enregistré dernièrement près de 400 cas par jour. 

Par ailleurs, le gouverneur a également fait remarquer l’arrivée tardive des personnes infectées dans les établissements de soins, soulignant que les patients sont souvent admis dans les hôpitaux dans un état plus ou moins grave.

En ce sens, le wali de la région a considéré que les patrons ont l’obligation d’instaurer la pratique de la médecine du travail dans leurs établissements, estimant que celleci «  doit fonctionner encore plus aujourd’hui qu’hier afin de s’assurer que les chefs d’entreprises couvrent leurs employés  », de sorte à permettre non seulement aux autorités sanitaires de prendre en charge les patients, mais aussi à l’entreprise de continuer à fonctionner.

Les cliniques privées sont, à leur tour, appelées à jouer un rôle « plus important  » dans le combat contre cette pandémie, a-t-il relevé, soulignant « le besoin de réorienter la stratégie de dépistage en vue de détecter le plus rapidement possible les cas positifs ». 

Kenza AZIOUZI

  


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Septembre 2020 - 21:59 Tanger-Assilah: Reprise des cours en présentiel