Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Covid-19 : Le risque de burnout guette les professionnels de la Santé


Rédigé par Siham MDIJI le Mardi 5 Octobre 2021

Chez les travailleurs de la santé, la prévalence du syndrome d’épuisement professionnel s’élève à 83,4%. C’est ce qui ressort d’une étude menée dans l’hôpital provincial de Settat.



Covid-19 : Le risque de burnout guette les professionnels de la Santé
Compte tenu du combat qu’ils mènent au quotidien contre le Covid-19, les professionnels de Santé ont désormais un risque plus élevé de faire un burnout, à en croire une étude baptisée « Burnout des professionnels de santé au Maroc : impact de l’activité physique et les facteurs liés au travail pendant le Covid-19 ».

Un constat fait par une étude menée par cinq chercheurs marocains dans l’hôpital provincial de Settat. Ces derniers sont issus des Universités Hassan 1 de Settat et Mohammed V de Rabat et de l’Institut supérieur des professions infirmières et des techniques de santé (ISPITS) de Béni Mellal.

Risque élevé du syndrome d’épuisement professionnel

Ladite étude, approuvée par la délégation provinciale du ministère de la Santé et le comité local d’éthique de la recherche compétent, a indiqué qu’il s’est avéré que le syndrome d’épuisement professionnel était élevé de 83,4% chez les médecins et les infirmiers qui sont en première ligne dans la lutte contre cette pandémie.

Sur le total des participants, 101 sont des femmes, dont 92 sont âgées de 21 à 40 ans, a fait savoir l’étude basée sur un questionnaire élaboré à l’aide du Test de Maslash Burn out Inventory (MBI test) et du test d’auto-évaluation de Ricci et Gagnon.

La même source a ajouté qu’une grande proportion (79%) des participants sont des infirmières et 54% d’entre elles suivent un système de travail de garde, tandis que 23,5% des participantes travaillaient dans un centre de santé, 16,5% dans une maternité, 13,8% dans une salle d’opération, et que 59,3 % des professionnels en soins avaient travaillé plus de 10 ans à l’hôpital provincial de Settat.

Quid de l’épuisement émotionnel et de la dépersonnalisation

Malgré le fait qu’aucun épuisement n’a été signalé chez 24 des participants (16,6 %), les chercheurs ont indiqué qu’en termes d’épuisement total, 46 personnes (31,7%) présentaient un épuisement faible, tandis qu’un épuisement modéré a été constaté chez 59 d’entre eux (40,7%) et un burnout sévère chez 16 participants (11%).

En ce qui concerne l’épuisement émotionnel, un niveau élevé a été constaté chez 94 participants (64,8 %), modéré chez 21 (14,5 %) et un faible niveau pour 30 participants (20,7 %), a fait remarquer l’étude. Pour ce qui est de la dépersonnalisation, 70 des participants (48,3 %) présentaient un niveau élevé, 41 (28,3 %) un niveau modéré et seulement 34 (23,4 %) un niveau faible, tandis que pour ce qui concerne l’accomplissement personnel, 47 des participants ont montré un niveau faible (32,4 %), 43 (24,8 %) un niveau modéré et 55 (37,9 %) un niveau élevé.


Siham MDIJI