Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Covid-19 : La probabilité d'incrustation de nouveaux variants reste réduite


Rédigé par S.M le Dimanche 27 Février 2022

Suite aux informations relayées sur les réseaux sociaux quant à l’émergence de nouveaux variants, Tayeb Hamdi a démenti ces propos infondés qui visent à semer l’inquiétude au sein de la population. Détails.



Après avoir plaidé pour un retour à la vie normale, le médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé, Tayeb Hamdi, a écarté la probabilité de l’émergence de nouveaux variants, spécialement en raison du taux élevé de vaccination contre le Covid-19 et le nombre « très réduit » des cas enregistrés quotidiennement au Maroc. Dans une mise au point, le Pr Hamdi a démenti les informations relayées sur les réseaux sociaux « qui prétendent que nous nous attendons à ce que de nouveaux variants émergent dans notre pays dans les semaines à venir ». 

« Grâce au contrôle et à la maîtrise de la propagation du virus, dont témoigne le nombre très limité des nouveaux cas qu’enregistre le Maroc, même durant les vagues de l’épidémie comparativement à d’autres pays, la probabilité de l’émergence de nouveaux variants dans ce contexte épidémiologique maîtrisé reste très réduite », a-t-il indiqué.

Ainsi, il a expliqué que « l’émergence de mutations est fortement liée à la propagation et à la reproduction du virus », illustrant ses propos par le cas de certains pays moins vaccinés et victimes d’une forte propagation virale, à savoir la Grande-Bretagne avant le début de la vaccination, le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud à deux reprises. 

Au Maroc, les deux tiers de la population générale sont vaccinés contre le Covid-19, soit plus de 80% de la population cible a reçu au moins deux doses, et plus de cinq millions et demi ont reçu la troisième dose, a-t-il fait savoir.

Vers un retour à la vie sans masque

Sur la base des déterminants épidémiologiques et scientifiques, le chercheur en politiques et systèmes de santé a suggéré l’initiation à partir de début mars d’un assouplissement des restrictions sanitaires relatives aux voyages internationaux, la levée de l’obligation du port des masques dans les espaces ouverts, et l’autorisation progressive des grands rassemblements en plein air, y compris les prières « Taraouih » durant le mois de Ramadan prochain, les fêtes, les rassemblements, les funérailles et les stades.

Il est important toutefois de continuer à recommander fortement aux personnes âgées et aux personnes vulnérables, même si elles sont vaccinées, d’éviter autant que possible les espaces clos et les grands rassemblements, de porter des masques et respecter la distanciation, à chaque fois qu’il est nécessaire, a-t-il ajouté.

La protection sera de plus en plus une approche individuelle plutôt qu’une affaire collective, a souligné Pr Hamdi. « La protection relèvera de la responsabilité individuelle, et chacun aura à choisir les outils qui composent son pack de protection et le degré de celle-ci en fonction de ses besoins personnels, en tenant compte des personnes vulnérables de son entourage dont l’immunité ne répond pas convenablement aux vaccins », a-t-il expliqué.