Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Conseil de gouvernement : Le taux de croissance pourrait se situer entre 5,5% et 5,8% en 2021


Rédigé par Safaa KSAANI le Mardi 27 Juillet 2021

Le Conseil de gouvernement, réuni ce mardi par visioconférence, a examiné le bilan d'exécution de la loi de Finances jusqu'à juin 2021 et les perspectives d'élaboration de celle de 2022.



Le ministre de l'économie et des finances a présenté, lors du Conseil de gouvernement de ce mardi, un exposé autour du bilan d'exécution de la loi de Finances jusqu'à juin 2021 et les perspectives d'élaboration de celle de l'année prochaine. Dans son exposé, le ministre a fait état de l'évolution de la situation économique du Royaume, notant la probabilité d'un taux de croissance entre 5,5% et 5,8% pour l'année 2021. Cependant, cette croissance dépendra de l'évolution de la situation épidémiologique au Royaume marquée par la propagation du variant "Delta", a-t-il affirmé.
 
Les recettes ont marqué une progression de 10,8 milliards de dirhams (MMDH) par rapport au 1er semestre de l'année 2020, résultant d'une hausse des recettes fiscales de 8,3 MMDH et des recettes non fiscales de 1,5 MMDH a annoncé également la même source.

Quant aux dépenses ordinaires, elles ont connu une hausse de 6,6 MMDH, tandis que les dépenses d'investissement ont quasi stagné à 31,8 MMDH.
 
Le Conseil de gouvernement s'est également penché sur huit projets de décret, dont celui portant le n° 2.21.590 modifiant le décret n°2.21.507 relatif à la prorogation de la durée d'effet de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national pour faire face à la propagation du coronavirus, a précisé le département dans un communiqué.
 
Il a été également question de souligner les priorités du projet de la loi de finances 2022, à savoir la consolidation des bases de la relance économique, le renforcement des mécanismes d'intégration et de généralisation de la protection sociale, le renforcement du capital humain et la réforme du secteur public et la consolidation des mécanismes de gouvernance.

  


Dans la même rubrique :
< >