Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Confédération des TPE-PME : Les petites structures victimes des délais de paiement


Rédigé par Mamady SIDIBE le Dimanche 16 Mai 2021



Confédération des TPE-PME : Les petites structures victimes des délais de paiement
A la Confédération des TPE-PME, c’est d’abord un questionnement qui a accueilli la publication du premier rapport de l’Observatoire des délais de paiements. Car, « tout d’abord je trouve bizarre et non-innocent la création des deux Observatoires en 2016 par les mêmes institutions qui ont partagé leurs gestions. Je fais allusion à l’Observatoire Marocain des TPME présidé par Banque Al-Maghrib (BAM) et l’Observatoire des Délais de Paiement présidé par le ministère d’économie et des finances (MEFRA) », explique d’emblée Abdellah Fergui, président de la Fédération.

La réponse est claire : « notre Confédération marocaine de TPE-PME commence à les déranger et elles ont un programme pour la faire taire », fait-il remarquer. nLe décor est planté. Mais M. Fergui estime cependant que du point de vue chiffres et statistiques « il y a eu des évolutions dans la gestion de ce dossier ».
Toutefois, ajoute-t-il, « si on le compare à la réalité, il est loin de refléter la souffrance des TPE-PME qui n’arrive pas à re-cevoir leurs paiements dû par les établissements et entreprises publiques (EEP), collectivités territoriales (CT) et les grandes entreprises (GE) ». D’autant plus que, fait remarquer notre interlocuteur, c’est tout à fait vrai et démontré, que 40% des entreprises qui font faillite (en majorité des TPE-PME) c’est à cause de délais de paiement.

Dans son explication, le président de la Confédération fait savoir que « le problème se pose lorsqu’il s’agit des TPE-PME. Spécialement les TPE. Car c’est le maillon faible ». Pour lui donc, si « le gouvernement et ses partenaires veulent résoudre ce problème sérieusement et appliquer les directives royales, ils peuvent le faire simplement en mettant fin à cette discrimination bien programmée. »

Il se base, d’ailleurs, sur le rapport de l’Observatoire qui démontre que les délais de paiements sont défavorables aux petites structures. « Les grandes entreprises poussent nos TPE-PME aux faillites en refusant de les payer en avançant la question de la crise économique causée par Coronavirus.
L’administration reste spectatrice devant ce massacre des TPE surtout de la part des EEP, CT et les GE », déclare-t-il.

Protéger les plus faibles

Pour ce qui est des observations de la Fédération à propos de ce premier rapport annuel, M. Abdellah Fergui est on ne peut plus clair :« Comme je le dis très souvent, au Maroc nous avons plusieurs lois dans divers domaines surtout dans ce secteur. Mais il n’y a ni réelle volonté ni vraies décisions pour appliquer ces lois à tout le monde, petit et grand, public et privé ».

Selon lui, le patronat doit faire un effort et que les membres de la CGEM puissent payer les TPE-PME à temps. « Malheureusement, les GE se financent grâce aux TPE-PME. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Il y a un déficit interentreprises de 400 milliards de Dh.

Dans tous les pays du monde, ce sont les gouvernements de ces pays qui protègent les plus faibles devant les abus des plus grands. Au Maroc, les TPE doivent confronter seules les grandes entreprises, EEP, CT, les banques, etc. », fait-il remarquer.
 
 
 

  


Dans la même rubrique :
< >