Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Comment se préparer aux Jeux Olympiques ? Une expérience de deux médecins anciens champions sportifs


Rédigé par Rachid MADANI le Mercredi 4 Août 2021



Comment se préparer aux Jeux Olympiques ? Une expérience de deux médecins anciens champions sportifs
La pression est très forte, mais l'enthousiasme et la motivation dépassent même le travail accompli au cours des cinq dernières années. Pendant les 17 jours que durent les jeux, les athlètes devront montrer que leur effort en valait la peine.
 
         Deux médecins anciens champions de l’élite sportive
 
Miguel Ángel Prieto et José Luis Doreste en savent beaucoup à ce sujet. Bien que maintenant leur engagement soit différent, ils ne peuvent oublier les années où ils faisaient partie de l'élite du sport mondial.
Actuellement, Prieto est chef du service de réadaptation et de médecine sportive de l'hôpital universitaire Quirónsalud de Madrid, mais avant cela, il participait à la modalité de marche de 20 kilomètres.
Dans cette discipline, il a remporté le bronze à la Coupe du monde de Stuttgart 86 et a ensuite participé aux Jeux de Barcelone 92 et s'apprêtait également à participer aux Jeux de Londres 2012 à l'âge de 47 ans. José Luis Doreste est médecin du sport à l'hôpital universitaire Dexeus de Barcelone, mais beaucoup se souviennent encore de lui pour avoir été l'un des représentants de la voile à plusieurs Jeux Olympiques, et, surtout, pour cette médaille d'or à Séoul 88, en Finlande.
 « Pour un athlète, participer aux Jeux Olympiques, c'est atteindre le zénith de sa carrière. Le travail d'un athlète commence dès le plus jeune âge, lorsque vous participez à des compétitions et que vous ajoutez des expériences avec des événements internationaux. Tout ce travail quotidien et ce dévouement ont lieu à un certain moment, lorsque vous participez aux Jeux Olympiques », explique Miguel Ángel Prieto.
Pour ce marcheur, "la pression des athlètes participant à Tokyo est brutale et celui qui est capable de gérer cette situation avec solvabilité, détermine en grande partie le résultat". José Luis Doreste souligne également que la pression est l'élément clé qui définit la participation à certains matchs. "Vous jouez tout le travail de 4 ans en très peu de temps, certains en 10 secondes. A mon époque, il n'y avait pas beaucoup de préparation spécifique, mais aujourd'hui il est prévu d'atteindre le point optimal sur les dates prévues, et beaucoup de psychologiques le travail est fait pour décharger les tensions", assure le marin.
 
                                      Dévouement absolu
 
 S'il est une caractéristique qui a marqué l'évolution des athlètes ces dernières années, c'est bien celle de la professionnalisation. Le niveau de dévouement qui exige actuellement d'assister à des Jeux Olympiques est incompatible avec toute autre activité. Le championnat est préparé sur le plan physique, technique, stratégique et psychologique, et la prestation est absolue, presque obsessionnelle. "L'une des choses les plus difficiles dont je me souviens n'est pas que vous soyez physiquement dévasté par tant d'entraînement, mais que mentalement votre vie est réduite à l'entraînement, à l'alimentation et au sommeil", explique Prieto. En plus de la préparation difficile, la nourriture et le repos sont essentiels pour la performance des athlètes. C'est ce qu'on appelle la « formation invisible », et ces dernières années un accent particulier a été mis sur sa prise en charge. Un sommeil réparateur et une alimentation équilibrée seront deux piliers fondamentaux pour la récupération de l'athlète et donc, des éléments déterminants pour sa réussite sportive. Pour Doreste, la spécialité sportive est ce qui détermine si une charge plus élevée en protéines ou en glucose est nécessaire. « Il existe des régimes très spécifiques selon l'activité sportive : certains rechercheront de meilleures performances aérobies tandis que d'autres demanderont plus de puissance. Cela doit s'accompagner d'un bon repos qui permettra la régénération après une charge d'entraînement ». L'échauffement et les étirements avant et après la compétition sont des facteurs décisifs pour la récupération de l'athlète. Pour Prieto, ce sont les caractéristiques individuelles et l'expérience personnelle qui définissent ces lignes directrices. "Tout olympien a sa propre routine d'échauffement et d'étirement avant et après la compétition".
 
           Chaleur et humidité : Les conditions météorologiques
 
Les athlètes qui assistent aux Jeux de Tokyo vont trouver des conditions météorologiques extrêmes qui conditionneront leurs résultats et leurs performances, telles que des températures élevées et une grande humidité. Des éléments qui influenceront surtout dans les compétitions de plus longue durée. C'est pourquoi il est important que les athlètes travaillent sur l'acclimatation, reproduisant autant que possible les conditions qui vont se retrouver en compétition. Les Jeux Olympiques sont particuliers, notamment parce que tous les pays du monde y participent et que la couverture médiatique est massive. « Dans des sports comme le nôtre, où la participation à une Coupe du monde passe inaperçue, l'énorme médiatisation des JO nous affecte beaucoup en termes de pression. En général, tous les athlètes subissent une plus grande pression aux Jeux Olympiques, mais ceux qui participent à des sports minoritaires davantage », explique José Luis Doreste.
Doreste et Prieto conseillent sans hésiter aux athlètes qui assistent pour la première fois aux Jeux de profiter au maximum de l'expérience. « C'est une opportunité unique dans laquelle vous êtes avec des athlètes d'autres spécialités avec qui vous partagez le même rêve. Cela se traduit par une atmosphère très particulière de coexistence, de cérémonies et de compétition ».
 

Comment se préparer aux Jeux Olympiques ? Une expérience de deux médecins anciens champions sportifs

  


Dans la même rubrique :
< >