Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Chronologie des déclarations et actions de l’OMS depuis l'apparition de la Covid-19


Rédigé par La rédaction avec AFP le Vendredi 3 Juillet 2020

Voici les principales actions et déclarations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis l'apparition du nouveau coronavirus fin décembre en Chine.



L'agence sanitaire de l'ONU est mise en cause par les Etats-Unis qui l'accusent de complaisance envers la Chine, qu'ils soupçonnent d'avoir dissimulé l'émergence du virus.
 
Le 31 décembre 2019, le bureau de l'OMS en Chine notifie son référent régional de cas de "pneumonie virale", après avoir pris connaissance d'une déclaration pour les médias sur le site de la Commission de la santé de la municipalité de Wuhan à ce sujet.
 
Le même jour, le service de renseignement sur les épidémies de l'OMS récolte une autre information de presse transmise par le système international de veille épidémique ProMed sur le même groupe de cas de "pneumonie de cause inconnue" à Wuhan.
 
A la même date, les autorités sanitaires de plusieurs pays dans le monde contactent l'OMS pour avoir des informations supplémentaires.
 
Le 1er janvier 2020, l'OMS demande aux autorités chinoises des informations sur ces cas de pneumonie atypique signalés à Wuhan, et active à son siège à Genève une cellule de gestion de crise, "plaçant l'organisation en mode urgence".
 
Le 2 janvier, le représentant de l'OMS en Chine écrit à la Commission nationale de la Santé chinoise pour réitérer la demande d'informations.
 
Le 3 janvier, des responsables chinois fournissent à l'OMS des informations sur le groupe de cas de "pneumonie virale de cause inconnue" à Wuhan.
 
Le 4 janvier, l'OMS signale sur les réseaux sociaux "l'existence d'un foyer de pneumonie - sans décès - à Wuhan", et le 5 donne son premier bulletin d'information sur le virus.
 
Le 9 janvier, l'OMS annonce que les autorités chinoises ont déterminé que l'épidémie est causée par un nouveau coronavirus.
 
Le 10 janvier, l'OMS publie un guide technique à l'intention de ses 194 Etats membres pour savoir comment dépister, tester et gérer des cas potentiels. A ce moment-là, les données scientifiques laissent croire "qu'il n'y a pas de transmission interhumaine ou que celle-ci est limitée", selon l'OMS.
 
Le 11 janvier, l'OMS annonce avoir reçu la séquence génétique du virus du Covid-19. Les médias chinois font état d'un premier mort.
 
Le 13 janvier, la Thaïlande annonce le premier cas importé sur son territoire.
 
Le 14 janvier, l'OMS reconnaît au cours d'une conférence de presse une possible "transmission entre humains limitée" et qu'il existe un risque de propagation. Une observation reposant sur 41 cas confirmés.
 
Les 20 et 21 janvier, des experts de l'OMS de Chine et de la région Pacifique occidentale se rendent à Wuhan.
 
Le 21 janvier, le bureau régional de l'OMS pour le Pacifique occidental indique dans un tweet qu'"il est maintenant très clair, d'après les dernières informations, qu'il y a une certaine transmission interhumaine".
 
Les 22 et 23 janvier, le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, convoque un comité d'urgence, constitué d'experts indépendants, pour savoir s'il faut déclarer une "urgence de santé publique de portée internationale". Le comité ne parvient pas à trouver de consensus et convient de se retrouver dans un délai de dix jours.
 
Le 28 janvier, M. Tedros rencontre à Pékin le président chinois Xi Jinping. Ils se mettent d'accord pour dépêcher sur place une équipe de scientifiques internationale.
 
Le 30 janvier, l'OMS déclare l'épidémie de nouveau coronavirus "urgence de santé publique de portée internationale".
 
Le 11 février, l'OMS baptise la maladie causée par le nouveau coronavirus Covid-19.
 
Du 16 au 24 février, une mission scientifique incluant 25 experts des Etats-Unis, de Chine, d'Allemagne, du Japon, de Corée du Sud, du Nigeria, de Russie, de Singapour, du Canada et de l'OMS va à Wuhan.
 
Le 25 février, une équipe d'experts de l'OMS et de l'ECDC (Centre européen de prévention et de contrôle des maladies) se rend en Italie, qui va devenir, après la Chine, l'épicentre de l'épidémie dans le monde.
 
Le 11 mars, l'OMS déclare que l'épidémie est désormais une pandémie, mais souligne que des pays ont démontré que le virus, qui a fait plus de 4.000 morts, en majorité en Chine, peut être "supprimé ou maîtrisé".
 
Le 6 avril, l'OMS assure que les masques seuls ne sont pas "la solution miracle" et juge que leur usage généralisé n'est justifié que si les autres mesures barrière sont difficiles à mettre en place.
 
Le 9 avril, l'OMS publie une première chronologie de ses déclarations pour répondre aux critiques lui reprochant d'avoir tardé à sonner l'alarme.
 
Le 24 avril, l'OMS lance un appel à ses pays membres pour accélérer le développement, la production et la distribution de traitements et de vaccins et garantir un accès universel des thérapeutiques.
 
Le 27 avril, l'OMS exhorte les pays qui amorcent leur déconfinement à tester, isoler et traiter tout en s'assurant que les mesures de distanciation physique soient respectées, sous peine de devoir affronter une seconde vague de contaminations.
 
Le 14 mai, l'OMS estime que le nouveau coronavirus pourrait "ne jamais disparaître" et devenir une maladie avec laquelle l'humanité devra apprendre à vivre.
 
Les 18 et 19 mai, les 194 Etats membres de l'OMS se réunissent à distance lors de l'Assemblée mondiale de la santé, organe décisionnel de l'agence onusienne. Ils approuvent une résolution prévoyant une "évaluation indépendante" de la réaction de l'OMS pendant la pandémie. M. Tedros assure, peu avant, qu'il lancera une enquête "indépendante (...) au moment approprié".
 
Le 5 juin, l'OMS recommande les masques dans les lieux très fréquentés des régions très touchées par le Covid-19.
 
Le 13 juin, l'OMS indique que les autorités chinoises ont fourni des informations sur un groupe de cas de Covid-19 à Pékin. Elle offre son soutien aux autorités chinoises et demande des informations complémentaires.
 
Le 17 juin, l'OMS annonce avoir renoncé aux essais cliniques sur l'hydroxychloroquine car le médicament ne réduit pas la mortalité des patients hospitalisés.
 
Le 26 juin, l'OMS estime que plus de 30 milliards de dollars sont nécessaires pour développer vaccins, tests et traitement au cours des 12 prochains mois.
 
Le 29 juin, M. Tedros annonce l'envoi en Chine dans les prochains jours d'une équipe préparatoire en vue d'envoyer une mission pour enquêter sur l'origine du virus.

  


Dans la même rubrique :
< >