Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Conso & Web zone

Ces vitamines qui ne nous veulent pas que du bien


Rédigé par Imane BROUGI (MAP) le Vendredi 8 Janvier 2021

Être en meilleure forme, avoir une bonne mine, perdre du poids sans régime ou sport, lutter contre le stress, pallier aux déficits nutritionnels… sans avoir à bouger le petit doigt: c'est notre rêve à tous. Mais existe-il vraiment un ingrédient miraculeux pour exaucer tous ces vœux ? Pour certains, la formule magique s'appelle les compléments alimentaires. Est-ce vraiment la meilleure solution?



Vitamines et compléments alimentaires se présentent aujourd’hui comme une solution de facilité, qui n’exige aucun effort à fournir. Avaler seulement une gélule avec un verre d’eau semble résoudre des problèmes bien épineux, mais à quel prix ?

Ce comportement s’est banalisé au point de devenir une partie intégrante de la routine de plusieurs, qui ont préféré remplacer un régime alimentaire sain et équilibré par des capsules, ampoules et sachets prêts à consommer.

Très accessibles et consommés sans modération et sans aucune consultation médicale, ces compléments qui se trouvent en vente libre dans les pharmacies, parapharmacies, en grandes surfaces, voire même dans les supermarchés ne sont pas à prendre à la légère.

Si leurs vertus avancées sont nombreuses, leurs risques sont tout aussi multiples. En effet, leur utilisation peut s’avérer bien nocive dans plusieurs cas, notamment si la posologie et la durée de "traitement" ne sont pas respectées. “Ce n’est pas un médicament, c’est un complément alimentaire pour améliorer ta santé”, c’est avec cette simple phrase en guise de conseil donné par une amie, que la galère de Meryem a commencé. Très jeune, elle va développer une forte addiction aux compléments alimentaires. Pour reprendre les choses en main, il lui a fallu des années de traitement.

“Je suis arrivée à un stade où toute mon alimentation s’est réduite en des prises de compléments. J’avais tout un programme: des comprimés pour le matin et d’autres pour le soir”, raconte à BAB cette trentenaire qui souffre jusqu’à présent de problèmes digestifs et allergiques à cause de la consommation abusive de ces compléments.

“Au fil du temps, mon état s’est empiré, j’étais consciente de leur impact néfaste sur ma santé mais j’étais incapable d’arrêter”, poursuit-elle.

Influencée au début par les publicités, les médias et certaines célébrités qui vantent les avantages de ces compléments sans avertir sur leurs dangers, Meryem déconseille désormais la consommation de ces compléments, sauf sur prescription médicale ou en cas de besoin vital (vitamines prescrites aux personnes âgées, aux femmes enceintes…).

Sur cette question, le nutritionniste Mehdi Aouad souligne à BAB que certains compléments ou bien suppléments alimentaires à base de produits stimulants peuvent provoquer une dépendance.

Dans ce cas, il conseille d’arrêter de prendre ces compléments sur une certaine période et de reprendre après une pause. “Par exemple, pour les probiotiques, il est recommandé de faire une cure d’un mois, d’arrêter un mois et de reprendre sur un autre mois plus tard; c’est toujours bien pour reposer son organisme et avoir le résultat souhaité”, explique-t-il.

Pour ce qui est des complexes multivitaminés, il a mis en garde contre la combinaison de deux ou plusieurs à la fois. Tout le monde peut s’en procurer. Il est facile d'en acheter, sans aucun contrôle et sans avis médical. C’est, justement, l’une des raisons qui poussent les gens à en abuser.

Selon le nutritionniste, les compléments alimentaires doivent être pris sous l’encadrement et la supervision du médecin, du nutritionniste ou bien du pharmacien, pour s’assurer qu’ils ne présentent aucun risque sur la santé.

“Prendre des compléments alimentaires sans prescription médicale peut s’avérer dangereux pour la santé, notamment les compléments de types vitamines A, E, K… pour ne pas risquer une hypervitaminose, c'est-à-dire un excès de vitamines dans notre corps”, relève-t-il.

“L’hypervitaminose et la toxicité de certaines vitamines qui ont été prises en grande quantité, ou bien d’une façon continue et assez longue, peuvent perturber notre organisme, nous mettre dans une situation de stress et même provoquer certaines maladies”, avertit M. Aouad. Un constat confirmé par Meryem qui relève que la consommation prolongée des compléments alimentaires sans avis médical a affecté largement son corps comme son mental et a été également à l’origine de troubles de santé dont elle ne s’est pas encore remise. Aujourd’hui, de plus en plus de Marocains prennent des vitamines ou des minéraux, en complément de leur régime. Pourtant, une alimentation équilibrée devrait pouvoir vous dispenser de la prise de ces substances. “Il faut bien souligner que les compléments ne remplacent jamais un régime sain et équilibré”, dit Meryem, ajoutant que le fait de manger et mastiquer est “un réel plaisir dont on ne doit pas se priver”.

Même son de cloche chez docteur Aouad qui souligne que rien ne peut remplacer une alimentation saine. “Il faut savoir bien manger pour préserver sa santé. Prendre des compléments avec une alimentation déséquilibrée ne sert absolument à rien”, insiste le nutritionniste.

Il souligne de même l’impératif de prendre des produits estampillés par le ministère de la Santé avec une date de validité en cours et d’éviter les compléments vendus chez les herboristes dont on ignore l’origine, le dosage, la date de péremption, etc. Depuis le déclenchement de la pandémie, la demande en vitamine C et en zinc a explosé. Fortement consommés en ces temps de crise sanitaire liée au Covid-19 pour renforcer l’immunité et lutter contre le virus, ces compléments alimentaires sont souvent en rupture de stock dans les pharmacies en raison d’une demande croissante.

Utilisés dans le cadre du protocole thérapeutique pour la prise en charge des patients Covid-19, ces deux compléments ont enregistré une véritable pénurie qui s’explique notamment par la surconsommation et même le stockage à domicile auquel recourent bon nombre de citoyens.

“Dans ces circonstances difficiles et exceptionnelles, il y a eu une très grande demande sur les compléments alimentaires, notamment la vitamine C et le zinc. Les réserves sont au plus bas, il faut penser aux autres et ne pas être égoïste”, fait observer Dr. Aouad.

Rien ne sert de prendre ces compléments si la personne n’a pas de soucis de santé, ne souffre pas vraiment de carences et n’est pas atteinte du Covid-19, fait-il savoir.

“Renforcer son système immunitaire ne se fait pas sur une semaine mais sur toute une vie. C’est le patrimoine qu’on a à préserver”, souligne-t-il.

Pour consolider son système immunitaire, il conseille d’adopter une alimentation équilibrée, de consommer des aliments riches en vitamine C (tomate, poivron, orange, citron, persil, etc.), de s’exposer au soleil, de faire une activité physique régulière et de prendre soin de son microbiote, car “c’est la raison pour laquelle certaines personnes peuvent résister à certaines maladies alors que d’autres tombent facilement malades”, dit-il.

  


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Janvier 2021 - 18:11 L’émission «Ahssan Pâtissier» débarque sur 2M

Mercredi 20 Janvier 2021 - 18:04 France : un «food Truck» à la marocaine