Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Ces secteurs mobilisés malgré la crise


Rédigé par Saad Jafri le Mardi 14 Avril 2020

Depuis le début de la crise sanitaire, plusieurs entreprises ont été contraintes de mettre leurs employés au chômage technique. Celles qui opèrent dans la désinfection échappent-elles à la règle ?



Amine Kabbaj, Président-Directeur Général du Groupe Jamain Baco
Amine Kabbaj, Président-Directeur Général du Groupe Jamain Baco
Dans le cadre de notre série sur les métiers mobilisés face aux effets ravageurs du coronavirus, M. Amine Kabbaj, Président-Directeur Général du Groupe Jamain Baco, spécialisé dans la fourniture de services aux entreprises et comptant parmi les leaders des secteurs de la propreté et de la sécurité au Maroc, nous a reçu en exclusivité. Au moment où la propagation du Covid-19 continue de menacer la majorité des entreprises du royaume, celles opérant dans le secteur du nettoyage et de la désinfection se retrouvent face à un double dilemme : répondre à l’urgence sanitaire et faire face à l’arrêt soudain de très nombreux chantiers. Entretien.
 
Les sociétés de nettoyage sont fortement impliquées dans la lutte contre la propagation du coronavirus. Avez-vous constaté une hausse de la demande, principalement pour les services de désinfection ? 
 
Depuis l’annonce du premier cas au Maroc, nous avons en effet reçu une forte demande pour des opérations de désinfections exigeant un nettoyage en profondeur et une désinfection appliquée afin de limiter la prolifération du virus. Nos opérateurs maitrisant parfaitement les protocoles de désinfection virucide, nous sommes au plus près de nos clients afin de les accompagner dans leurs demandes. Ces opérations de désinfection ne sont néanmoins nécessaires que dans des cas très précis et ne permettent pas de se substituer aux gestes barrières et aux règles d’hygiène recommandés par l’OMS.   
 
A l’heure où plusieurs entreprises, opérant dans diverses industries, ont été contraintes de baisser le rideau, quel est le réel impact de cette crise sur votre secteur d’activité ?
 
En effet, les mesures drastiques et salutaires que notre gouvernement a dû prendre, ne sont pas sans conséquences sur notre activité. Nous sommes confrontés d’un côté à des demandes clients très spécifiques principalement en termes de désinfection, et d’un autre côté à la fermeture de nombreux sites clients où nous opérions. Ces fermetures, notamment dans les secteurs de l’industrie et des services, impliquent un arrêt d’activité et des répercussions importantes sur notre chiffre d’affaire, notre trésorerie et l’emploi de nos salariés. Nous sommes pleinement mobilisés et travaillons sans relâche afin de nous adapter et préserver au maximum nos collaborateurs. Nous comptons sur la mobilisation de nos clients en activité, de nos partenaires financiers et administratifs, avec la conviction que c’est main dans la main que nous dépasserons cette crise. Plus que jamais, notre responsabilité est de tenir ensemble, pour notre futur à tous, et celui de notre pays.

Quelles sont les mesures préventives mises en place par votre entreprise pour endiguer les risques de contamination de ses collaborateurs ?
 
Conformément aux règles de prévention édictées au niveau national et international, nous avons mis en place des mesures strictes pour permettre de freiner les risques de contamination. Ainsi, nous avons lancé, dès le début de l’épidémie et plusieurs semaines avant le confinement, des formations sur l’ensemble des gestes barrières à adopter auprès de nos différents collaborateurs à travers l’ensemble du territoire. Nous avons également limité l’accès à notre siège, en le réservant uniquement au personnel y travaillant et aux prestataires indispensables. Nous y avons aussi institué des règles strictes d’hygiène et de prévention, notamment en désinfectant en continue tous les points contact et en installant des distributeurs de solutions hydro alcooliques. Par ailleurs, nous subventionnons pour nos 7000 collaborateurs, l’achat de masques de protection. Sur le plan opérationnel, nous avons procédé au partage des équipes administratives en 2 équipes distinctes, l’une travaillant en présentiel dans nos bureaux, l’autre en télétravail, par rotation. Nous avons également arrêté les réunions clients en présentiel, en favorisation les canaux de communication digitaux, ainsi que les canaux de télécommunication habituels.
 
À l’instar des opérateurs économiques du royaume, vous avez lancé une initiative pour contribuer à la lutte contre la propagation du virus, en quoi consiste votre contribution ?
 
En effet, malgré ce contexte difficile, il nous paraissait indispensable d’aller plus loin, de nous engager et de contribuer à l’effort national. Nous avons ainsi créé l’opération JAMAIN BACO CH-Unis, à travers notre filiale BACONET, fabricant de produits de nettoyage professionnels. Nous avons ainsi décidé de mettre à la disposition des établissements de santé CHU et CHR, qui se trouvent en première ligne face à l’afflux de personnes malades du Covid-19, une dotation mensuelle en eau de javel et en produits de nettoyage, afin de les aider à faire face aux besoins sanitaires les plus urgents.