Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Ces ingénieurs qui servent les citoyens et les professionnels


Rédigé par Safaa KSAANI le Vendredi 27 Mars 2020

Ces jeunes héros, ingénieurs et entrepreneurs se sont engagés dans la lutte contre le Coronavirus, avec leur savoir et leur sens de l’initiative.



Sur les réseaux sociaux, les appels à la solidarité, dans tous ses sens, se font entendre. Un groupe Facebook baptisé « collectif ingénierie Vs Covid19 maroc » a réuni de jeunes entrepreneurs, ingénieurs, freelancers ou membres de sociétés, de clubs ou d’associations, de différentes villes du Royaume. Leur but : fabriquer des masques anti-Coronavirus localement.

Plusieurs prototypes et un seul objectif
Khalid Ezzemani, ingénieur d’Etat en Arts et Métiers, et membre de ce collectif de bénévoles nous explique les motivations de la création de ce groupe de bénévoles. « Suite à la pénurie des masques dans plusieurs régions du Royaume, nous avons jugé nécessaire de supporter le corps médical, et aider notre pays à dépasser cette crise sanitaire, en activant notre réseau d’ingénieurs, tout en respectant les mesures du confinement obligatoire ».

En mode confinement, les jeunes de chaque antenne travaillent séparément et servent leur ville ou région et produisent des masques, en fonction des moyens de bord. « Nous nous sommes inspirés des modèles fait ici et ailleurs, pour produire un prototype 100 % marocain, développés dans différentes antennes à travers le Royaume, que nous avons pu monter, à Tanger, Fès, Rabat, Casablanca, Marrakech, Beni Mellal, Khouribga…. De plus, nous faisons du sourcing humain et matériel au niveau de chaque ville, les moyens de travail des bénévoles diffèrent d’une région à une autre, ce qui explique les petites différences qui existent entre chaque prototype des différentes régions », nous affirme le jeune de 27 ans.

Un projet prometteur  
Les bénévoles visent grand, et œuvrent pour en produire davantage.  Les premières productions ont été distribuées à des responsables, des médecins, des infirmiers, et à des citoyens.
« Actuellement, nous produisons de petites quantités de masques, en attendant pouvoir collaborer avec des industriels et les introduire au ministère de l’industrie, pour travailler à une grande cadence et livrer gratuitement un grand nombre, le plutôt possible ».  

Depuis le lancement de l’initiative, une centaine de masques a été produite et distribuée dans plusieurs villes. Ils comptent en produire manuellement entre 500 et 1000 la semaine prochaine.

Ce qui distingue ces masques
Facile à utiliser, plus efficace, rapides en fabrication, puisqu’ils sont faits entre 5 et 10 minutes, entre découpage et assemblage. Ce qui est plus rapide que l’imprimante 3d qui demande au moins 40 minutes pour imprimer une seule pièce, sans compter l’assemblage des pièces. Plus important, ces masques 100% en plastiques, bandes en PVC et screen en plastique transparent, sont réutilisables, lavables, et peuvent désinfectés sans être abîmés.

Pour plus de sécurité, les ingénieurs ont pensé à tout. Ils laissent les usagers assembler eux-mêmes les bandes, de leurs propres mains… bien lavées évidemment.
Un prototype des masques produits
Un prototype des masques produits