Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Canaries/violence policière : Rabat préoccupée du sort des migrants


Rédigé par La rédaction le Mercredi 3 Février 2021

Les images de violences policières à l’encontre de jeunes migrants retenus dans un centre pour migrants de Las Palmas ont poussé le ministère des affaires étrangères à demander des explications à l’ambassadeur espagnol à Rabat.



Canaries/violence policière : Rabat préoccupée du sort des migrants
Le ministère des Affaires étrangères aurait selon l’agence Efe « convoqué » Ricardo Diez-Hochleitner, ambassadeur d’Espagne au Maroc, pour lui exprimer sa préoccupation suite à une vidéo montrant une intervention musclée des forces de l’ordre dans un centre de rétention de mineurs aux Canaries.

Selon la dépêche, cette convocation n’aurait pas pris la forme conventionnelle d’une « convocation diplomatique », mais ferait partie de « réunions habituelles » fixées à l’avance entre le ministère et l’ambassade d’Espagne. Il n’en demeure pas moins que cette convocation qui ne dit pas son nom et qui intervient quelques semaines après la récente convocation de l’ambassadrice du Royaume à  Madrid suite aux propos légitimes du chef du gouvernement marocain Sâadeddine El Othmani sur Sebta et Melilia, est la suite logique  d’une vidéo où l’on voit des policiers espagnols molester  des jeunes migrants marocains.

La vidéo aurait été prise à la suite d’une tentative de mutinerie dans le centre de rétention de Tindaya pour mineurs dans la localité de Tafira dans l’île de Las Palmas. Elle met en scène des violences policières qui semblent gratuites  à l’encontre de mineurs marocains qui n’opposent aucune résistance.

Cet incident ravive le douloureux souvenir de l'affreuse affaire du jeune marocain, Iliass Tahiri, mort le 1er juillet 2019 dans le centre de Tierras de Oria, en Andalousie et baptisé par les médias le George Floyd marocain en raison des fortes similitudes entre les circonstances de son décès et celles du célèbre martyre noir américain devenu le symbole du mouvement de contestation “Black lives matter” qui avait émaillé le mandat de Donald Trump. 

Pour rappel, le jeune  Tahiri avait perdu la vie suite à un «protocole de contention physique» musclé. La mort de ce jeune d’origine marocaine de 18 ans sera dans un premier temps classée sans suite et ses bourreaux blanchis et relaxés par la justice espagnole, avant qu’une vidéo de son calvaire ne filtre dévoilant les conditions réelles ayant entraîné son décès. 

Sur un autre registre, ces violences surviennent dans un contexte de forte prévalence des incidents à caractère xénophobe dans l’archipel canarien soumis à une forte pression migratoire, ainsi que quelques jours seulement après la suspension du compte twitter du parti espagnol d’extrême droite Vox pour ses prises de position franchement islamophobes, xénophobes et racistes. 

C’est dire l’ambiance délétère et irrespirable qui règne actuellement dans cette Espagne toujours en proie aux effets économiques dévastateurs de la crise du Covid et qui rappelle à plusieurs égards, celle tout aussi délétère qui avait précédé les événements de triste mémoire d’El Ejido, en février 2000, lorsque de paisibles ouvriers maghrébins avaient été soumis aux ratonnades et au lynchage de foules haineuses dans cette localité agricole de l’Andalousie.