Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Bouchra Achemlal : « Le défi est de développer des contenus de qualité au service de l’enseignement »

Entretien


Rédigé par Safaa KSAANI le Dimanche 7 Février 2021

Depuis son lancement, la première web radio communautaire « Radio Manarat », destinée à la famille de l’Enseignement, cumule 1.400.000 écoutes.



Bouchra Achemlal
Bouchra Achemlal
La directrice du pôle Education-Formation et Culture à la Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l’Education nous a fait un tour d’horizon sur une web Radio communautaire qui monte en popularité auprès de son public.

- La Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l’Education a été créée pour améliorer les conditions sociales des enseignants. Comment « Radio Manarat » participe à cette amélioration ?
- La loi 73.00 qui fixe les axes d’intervention de la Fondation Mohammed VI intègre l’action culturelle comme étant une prestation sociale pouvant contribuer à l’amélioration des conditions de la famille de l’Enseignement. La culture joue un rôle essentiel dans le développement des sociétés via l’accès aux savoirs, le renforcement des valeurs humaines et la construction de la conscience collective. La Radio Manarat vise aussi à appuyer la communauté éducative à travers l’enrichissement de ses connaissances intellectuelles, scientifiques et culturelles et l’acquisition de nouvelles compétences liées notamment à la critique constructive et à l’art du débat.

- Est-ce que cela suppose un investissement technologique de votre part ?
- Les nouvelles technologies de l’information et de la communication ont révolutionné tous les domaines et permettent un meilleur rendement avec un minimum de matériel technique. C’est le cas de la Radio Manarat, qui dispose d’un studio, aménagé dans les locaux de la Fondation à Rabat. 

- Quelle est votre stratégie en matière de marketing actuellement ?
- La Fondation veille à la promotion de sa Radio Manarat via divers canaux, notamment l’Internet et les réseaux sociaux qui connaissent une bonne présence du personnel de l’Education-Formation. Elle veille à développer, progressivement, la visibilité de ce nouveau média grâce à des partenariats culturels et artistiques. Dans ce contexte, plusieurs conventions de coopération ont été conclues, notamment avec :

- L’Académie du Royaume, pour accéder à son Fonds scientifique multidisciplinaire et permettre son partage et sa diffusion à grande échelle;

- Des festivals culturels, notamment le Festival de Fès de la Culture Soufie dont la Radio Manarat est un partenaire média et assure la couverture et la diffusion des programmes de ce festival.

Les Editions « Marsam » et « La Croisée des chemins » ont elles aussi accompagné la Radio pour des compétitions culturelles organisées au profit des auditeurs. La Radio encourage la créativité de son public pour développer des émissions collaboratives à intérêt informatif ou contribuer significativement dans des émissions déjà existantes. Elle accompagne toute personne intéressée par un appui technique et une assistance artistique.

- Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées lors du lancement de votre radio ?
- La mise en place d’une radio web a été une expérience nouvelle pour la Fondation. Les difficultés du début étaient liées essentiellement à la méconnaissance du domaine et des prérequis pour le montage d’un tel projet. La Fondation a pu surpasser cet obstacle grâce à la consultation de divers acteurs dans le domaine audiovisuel, qu’ils soient des intervenants au niveau technique ou des créateurs de contenu. La délégation totale, dans un premier temps, de la production des émissions a permis également de mieux comprendre le processus de production et de diffusion des émissions radiophoniques. Cela a encouragé la Fondation à la mise en place d’une équipe de production interne pour enrichir, régulièrement, la grille des programmes.

- En plus de la radio, pourraiton imaginer d’autres projets médiatiques, sur le papier notamment ?
- La Fondation adapte sa stratégie de communication pour être toujours aux côtés de ses adhérents. Elle exploite fortement les possibilités offertes par les technologies de l’information, dont principalement Internet, qui reste un outil d’information privilégié pour notre population. Il me semble que le défi serait plutôt de construire et de développer des contenus de qualité au service de l’enseignement, de la culture et du patrimoine national.

Recueillis par Safaa KSAANI

Statistiques

« Radio Manarat » compte 480.000 auditeurs
La radio web « Radio Manarat » a vu le jour en novembre 2019 pour offrir à la famille de l’Enseignement et au grand public des contenus culturels et éducatifs à forte valeur ajoutée. Il s’agit de la première web radio communautaire destinée à la famille de l’Enseignement. 

La plateforme communautaire se veut un média fédérateur et un espace de partage et de débat sur des thématiques à caractère culturel et éducatif. Pour ce faire, la grille des programmes est diversifiée.

« La grille s’articule autour de cinq grands axes, à savoir : les œuvres sociales destinées à la famille de l’Education-Formation, l’enseignement et la recherche scientifique, l’Histoire et le patrimoine, particulièrement nationaux, la littérature, les arts et la musique », déclare Bouchra Achemlal, directrice du pôle EducationFormation et Culture à la Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l’Education. Elle ajoute que « chaque axe thématique est décliné en une variété d’émissions, en arabe et en français, sous forme de débats, de portraits, de reportages, etc. Elles sont diffusées, en différé, via un site web dédié : www.fm6- radiomanarat.ma.

« Depuis son lancement, la radio Manarat a cumulé plus de 1.400.000 écoutes pour un temps moyen de 8 minutes. Elle compte plus de 480.000 auditeurs fidèles », expliquet-elle.

S. K.

Repères

21 ans d’existence
La Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres sociales de l’Education-Formation est un établissement public stratégique à but non lucratif, qui a vu le jour à l’initiative de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Il avait annoncé sa création, lors du discours du trône en juillet 2000, pour améliorer les conditions sociales des enseignants et, par conséquent, les aider à mieux accomplir leurs missions professionnelles. La Fondation compte actuellement environ un million et demi de personnes. Les recettes de la Fondation émanent des cotisations de ses adhérents et des subventions annuelles de l’État à hauteur de 2% de la masse salariale de l’effectif du secteur de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur. 
L’amélioration des prestations est prévue
« Le grand chantier de la Fondation est son projet de loi 79.19 portant modification de la loi 73.00 portant création et organisation de la Fondation », avait précisé Sidi Youssef El Bakkali, président de la Fondation Mohammed VI de Promotion des œuvres sociales de l’Education-Formation à nos confrères du journal « Le Matin ». Ce projet de loi, qui est déjà soumis au secrétariat général du gouvernement, apportera de nouvelles attributions à la Fondation, en lui accordant la possibilité de mettre en place des structures de santé. « Avec l’adoption de cette nouvelle loi, la Fondation entamera un nouvel aspect de son action sociale en devenant un acteur dans l’accès aux soins pour la famille de l’Enseignement », avait-il souligné.

  


Dans la même rubrique :
< >