Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Baignades : Evitez ces plages !


Rédigé par Hiba Chaker le Vendredi 18 Juin 2021

Le département de l’environnement du ministère de l’Energie, des mines et de l’environnement a présenté, ce vendredi 18 juin, les rapports annuels de la qualité des eaux de baignade et du sable des plages au Maroc. voici la liste des plages à éviter.



Baignades : Evitez ces plages !
Les eaux de baignade de 175 plages ont fait l’objet de surveillance du mois de mai au mois de septembre 2020, à raison de deux campagnes de prélèvements et d’analyse par mois. Les sites de surveillance sont choisis en fonction de l’importance de la fréquentation, de la nature des lieux (relief, forme du rivage…) et des risques potentiels de pollution (rejet d’eaux usées, embouchures de rivières, ports…).
La Liste des plages non-conformes à la baignade :
Les 55 stations de surveillance (soit 12,94%) déclarées non conformes pour la baignade subissent l’influence des rejets d’eaux usées et des apports des cours d’eau, conjugués à l’insuffisance des infrastructures d’hygiène et aux changements climatiques, particulièrement en ce qui concerne les apports en eaux pluviales parfois polluées.
Ces stations sont réparties sur 29 plages appartenant à cinq régions côtières. Il s’agit de:
– Tanger-Tétouan-Al Hoceima:
•             plages Sabadilla et Torres à Al Hoceima;
•             plage Ksar El Majaz (ex Ksar Sghir) à Fahs Anjra;
•             plages Tanger Municipale, Jbila II, Jbila III, Sidi Kacem, Assilah port, et Assilah Principale à Tanger-Assilah;
•             la petite plage et Miami à Larache.
– Rabat-Salé-Kénitra:
•             plage de Salé;
•             plage de Rabat;
•             plages de Témara, Sid El Abed, Val d’Or, et Ain Atiq à Skhirat-Témara.
– Casablanca-Settat:
•             plage Essanawbar (David) à Benslimane;
•             plages Grand Zenata, Petit Zenata, Nahla Sidi Bernoussi, Nahla Ain Sebaa, Chahdia et Saâda à Casablanca;
•             oued Merzeg à Nouaceur.
– Souss-Massa: plage Aghroud I, Anza, et plage d’Agadir, à Agadir Ida-Outanan.
– Dakhla-Oued Eddahab: plage Likheira à Oued Eddahab.
 
45% de plages marocaines sont d’excellentes qualités
Selon la même étude 370 stations (soit 87,06%) ont été déclarées de qualité microbiologique conforme aux exigences de la norme marocaine NM 03.7.199 relative à l’évaluation de la qualité des eaux. Les eaux de baignade de plus de 45% d’entre elles sont d’excellente qualité, et 25,18% sont de bonne qualité.
Certaines régions, telles que l’Oriental, Marrakech-Safi, Laâyoune-Sakia El Hamra et Guelmim Oued Noun, ont atteint un taux de conformité de 100%.
Le plastique, cause principale de pollution
En ce qui concerne le sable, la surveillance de la qualité hygiénique, y compris les déchets marins sur les plages, a concerné 60 plages, répartie sur les 9 régions côtières, dont 23 plages sur la façade Méditerranéenne et 37 plages sur la côte Atlantique.
L’exécution des opérations de surveillance de la qualité hygiénique du sable des plages concerne les analyses chimique et mycologique (susceptible d’avoir un effet pathologique et sanitaire sur les estivants), ainsi que la réalisation de campagnes de typologie des déchets marins des plages, et ce deux fois par an.
La répartition des déchets au niveau des plages surveillées pendant les deux campagnes indique que la catégorie de déchet prépondérante est le plastique-polystyrène avec un taux de 86,3% dont les sous-catégories dominantes sont:
•             les mégots et filtres de cigarettes, représentant 35,1%;
•             bouchons et couvercles en plastique représentant 17,9%;
•             Emballage de chips/ de friandises / baguettes de bonbons représentant 17,5%.
Au niveau national, ces trois sous-catégories représentent à elles seules plus de 60% de la totalité des déchets collectés.
La comparaison entre les pourcentages des différentes catégories de déchets marins collectés pendant les trois années consécutives 2018- 2019 et 2020 révèle que la catégorie plastique/polystyrène occupe la première position. Cependant le nombre de déchets collectés au niveau de chaque plage a diminué généralement en 2020 par rapport aux années 2019 et 2018 pour 90% des plages objets de la surveillance.
Comme pour les eaux de baignade, cette diminution peut être expliquée par les mesures restrictives prises par les autorités compétentes pendant la crise sanitaire, suite à la propagation du Covid, notamment la fermeture des plages.
Concernant les métaux lourds, des éléments ont été décelés, sans pour autant dépasser les seuils de référence. Pour les hydrocarbures, aucune contamination n’a été enregistrée.
Pour ce qui est de la qualité mycologique, les résultats durant les deux campagnes de surveillance ont permis de déceler la présence de dermatophytes au niveau de la plage Haouzia (en automne 2020) et de champignons au niveau de 52% des stations surveillées durant les deux campagnes. En général ils ne sont pas pathogènes, sauf pour les personnes ayant des problèmes allergiques.

"Iplages", l'application pour vous guider 
A noter que les autorités de tutelle ont créé l’application « Iplages » téléchargeable sur les téléphones et les tableaux intelligents, permettant au navigateur d'obtenir les informations nécessaires sur les plages, comme la qualité des eaux de baignade, le chemin à emprunter pour y accéder, ainsi que des informations sur les infrastructures et les services disponibles sur place.