Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Baccalauréat 2020 : L’année des changements et des exceptions


Rédigé par Safaa KSAANI le Lundi 22 Juin 2020

Le Covid-19 perturbe tous les examens, du baccalauréat notamment. De nouvelles modalités
sont mises en place par le ministère de l’Education nationale.



Moins de deux semaines séparent les candidats du baccalauréat de l’examen national unifié, sujet d’inquiétude pour de nombreux lycéens. La session ordinaire de l’examen du baccalauréat, prévue du 3 au 9 juillet, se tiendra dans des conditions particulières. A ce titre, le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Saïd Amzazi, avait fait réaliser quelques ajustements.

A situation particulière, mesures particulières

Afin d’organiser l’examen dans les meilleures conditions, le ministère a mobilisé des ressources supplémentaires pour la préparation des épreuves. 178 commissions ont été formées, comprenant 1.040 membres chargés de rédiger 534 sujets, 228 personnes pour l’équipe technique chargée de l’impression et de la reproduction des épreuves, 107 membres de l’équipe de réserve, 91.143 personnes chargées de la surveillance et 31.281 des corrections. Au niveau des centres d’examen 2.155 ont été mobilisés, contre 1500 en 2019, répartis en 100 salles couvertes, 145 amphis et 1.910 établissements scolaires, avec une limite de 10 candidats par salle.

“Au niveau des établissements scolaires, le nombre de 10 candidats ne peut pas être dépassé, contrairement à certaines salles couvertes, où nous pouvons dépasser 80 candidats par salle pour accueillir jusqu’à 120”, nous a affirmé M. Mohamed Aderdour, directeur de l’Académie Régionale de l’Education et de la Formation de la région Rabat-Salé-Kénitra.

De plus, 371 centres seront mobilisés pour la correction des épreuves dans les différentes directions provinciales et 46 centres d’examen dans les établissements pénitentiaires, répartis en 107 salles pour les quelque 856 candidats.

D’autres mesures préventives nécessaires seront prises, notamment la désinfection des couloirs, bureaux, installations sanitaires et autres espaces de travail, équipements et espaces destinés au stockage et à la sécurisation des épreuves, en vue de garantir la sécurité sanitaire des candidats, cadres éducatifs et administratifs, et de toutes les parties prenantes.

La prise de température des candidats, le respect de la distanciation sociale et la mise en place de mécanismes organisationnels sont de mise cette année. Des gels désinfectants seront à disposition des candidats, avec obligation de se désinfecter les mains et de porter un masque de protection et l’interdiction de tout échange de fourniture entre candidats.

L’acquisition de tous ces produits est assurée par les Académies régionales. “ Chaque Académie est censée avoir en nombres suffisants ces produits spécifiques. Les étudiants et le corps administratif devront porter deux masques de protection par jour, des thermomètres doivent être disponibles, des gants, des visières et des blouses jetables pour appelés à être conscients de la gravité de cette pandémie et à respecter les mesures préventives mises en place pour garantir leur sécurité sanitaire et celle des citoyens.

Légère hausse du nombre des candidats

Un total de 441.238 candidats passera la session normale du baccalauréat au titre de l’année 2020, soit une augmentation de 0,04%, comparé à la session de 2019.

Le nombre de candidats scolarisés est de 318.917, dont 282.048 inscrits dans le secteur public (une diminution de 5,3% par rapport à l’année précédente) et 36.869 dans le secteur privé (+7%), tandis que 49% des candidats sont de sexe féminin. De même, 72% des candidats au baccalauréat sont scolarisés et 28% sont libres, soit 122.321 candidats.

In fine, les résultats de la session normale seront affichés le 15 juillet prochain pour donner lieu ensuite à la préparation de la session de rattrapage, dont les résultats seront affichés le 29 juillet.

Chez certains élèves, le doute plane sur les résultats qu’ils obtiendront à la fin des examens. En revanche, ce qui est sûr est que le bac 2020 mérite la mention “très exceptionnel”. 

Safaa KSAANI

3 questions à Mohamed Adardour, Directeur de l’AREF de la région Rabat-Salé-Kénitra.

M. Mohamed Adardour
M. Mohamed Adardour
“L’aspect organisationnel des épreuves ne changera pas”

Certains élèves et parents se demandent si des changements sur l’aspect organisationnel des épreuves du baccalauréat 2020 auront lieu. M. Aderdour nous éclaire sur ce point et sur d’autres.

- Une grande partie des cours du deuxième semestre a été enseignée à distance exceptionnellement cette année, comment sera calculée la note finale ?
- Aucun changement n’atteindra le calcul ordinaire de la note finale. La formule du calcul restera la même, à savoir, 25% de la note est réservée à l’examen régional, idem pour le contrôle continu, et la moitié de la note est celle de l’examen national. Au niveau du contrôle continu, les notes des examens obtenus par les élèves en présentiel seront pris en compte, et ce, jusqu’à fin mars dernier.

 Avec l’assouplissement du confinement, prévu dans la majorité des régions du royaume, le retour aux mesures normales de l’organisation de ces examens est-il envisageable?
- Quoi qu’il en soit, l’aspect organisationnel des épreuves ne changera pas. Les salles couvertes et autres dédiées à ces examens, et le nombre fixé aux élèves dans les classes ainsi que toutes les mesures préventives ne subiront aucun changement.

- La prochaine année scolaire 2020/2021, risque-t-elle d’être chamboulée par la suspension des cours en présentiel ?
- Malgré la suspension des cours en présentiel depuis le 16 mars dernier, confinement oblige, les cours ont été diffusés sur de nombreuses chaînes nationales et sur la plate-forme Telmidtice. Actuellement, tous les niveaux scolaires sont en phase de préparatifs aux examens. En plus de ces cours assurés à distance, tout le mois de septembre sera dédié à la révision et au renforcement des acquis des élèves, avant le début des cours de la prochaine année scolaire, qui aura lieu en octobre dans de bonnes conditions.

Recueillis par S. K.

Encadré

La langue de Molière vs la langue de Shakespeare  
Les sections internationales du baccalauréat marocain - option français ou anglais - compteront 43.781 candidats, soit une hausse de 75.27% comparée à l’année dernière. Les candidats de ces deux options auront les mêmes épreuves que celles des autres candidats du baccalauréat national, puisque le programme est le même, à la seule différence de la langue d’apprentissage. La mise en place de la section internationale du baccalauréat, lancée, à titre expérimental, au titre de la rentrée scolaire 2013-2014 par l’ex-ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, Rachid Belmokhtar, a atteint une vitesse de croisière. Dans le public, l’enseignement du bac international est passé de six établissements au titre de la première année, à 58 établissements au cours de l’année 2014-2015. Ce chiffre a atteint 673 établissements au titre de l’année scolaire 2017-2018.

Ces sections attirent de plus en plus les étudiants marocains. Dans un article titré “Au Maroc, l’anglais s’affirme face à l’enseignement en français”, publié fin 2019, le journal “Le Monde” a indiqué que l’anglais s’impose à petits pas sur la langue de Molière et attire de plus en plus de lycéens, malgré le fait que leurs parents étaient tous dans le système français.

Alors que la France était la destination n°1 des étudiants marocains pour poursuivre leurs études, la même source a affirmé que les parents préfèrent envoyer leurs enfants dans des pays anglophones, où ils espèrent les diriger vers un métier de prestige.

Repères

Les branches scientifiques attirent plus de candidats
En termes de branches, 249.338 élèves (57%) passeront un baccalauréat scientifique ou technique lors de la session normale (soit une évolution de 1,9% comparé à l’année dernière). Les branches littéraires et l’enseignement originel, viennent en deuxième position, avec un taux de 41%, soit 181.234 candidats, suivies des branches professionnelles, avec 10.666 candidats, qui étaient au nombre de 8.906 en 2019, (soit une évolution de 19,8% comparé à l’année dernière) répartis en 19 filières.
Fin des cours en présentiel de l’année scolaire 2020/2019 
Le ministère de l’Education nationale a annoncé le 13 mars dernier, la suspension des cours dans toutes les classes depuis le 16 mars, y compris dans les établissements de l’Education nationale, de la Formation professionnelle et l’Enseignement supérieur, privés et publics, ainsi que dans tous les établissements de formation des cadres et les centres de langues étrangères ou de soutien scolaire. La poursuite des cours a été assurée à travers les moyens numériques, audiovisuels et valises pédagogiques.