Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

BAM : Nouvelle Baisse du taux directeur à 1,5%


Rédigé par La rédaction le Mardi 16 Juin 2020

Le Conseil de Bank Al-Maghrib (BAM), réuni ce mardi 16 juin, a décidé de réduire de 50 points de base le taux directeur qui passe à 1,5%. Il s’agit de la deuxième baisse après celle de 25 points annoncé mars dernier.



BAM : Nouvelle Baisse du taux directeur à 1,5%
Lors de sa deuxième réunion trimestrielle de l’année 2020, le Conseil de Bank Al-Maghrib a décidé de procéder à une deuxième réduction du taux directeur de 50 points de base, le ramenant ainsi  à 1,5%, et ce parallèlement à la décision  de libérer intégralement le compte de réserve au profit des banques et à la mise en place  d’un certain nombre de dispositions spécifiques à même de  fournir un appui au refinancement des banques participatives et aux associations de microcrédit, ce qui joue significativement sur les marges des crédits.

Ces mesures émanent d’un certain nombre de considérations dont le fait que les projections macroéconomiques de la Banque établies dans le contexte actuel restent entourées d’un degré exceptionnellement élevé d’incertitude et font clairement ressortir une forte contraction de l’économie nationale cette année suivie d’un certain rebond en 2021.

Le Conseil de Bank Al-Maghrib affiche une certaine conviction selon laquelle « ces nouvelles décisions, conjuguées aux différentes mesures d’assouplissement déjà mises en œuvre, notamment l’élargissement du collatéral éligible à ses opérations de refinancement, le renforcement de ses programmes non conventionnels, ainsi que l’allègement temporaire des règles prudentielles, devraient contribuer, avec celles prises par le Comité de Veille Economique, à atténuer l’impact de la pandémie et à soutenir la relance de l’économie et de l’emploi ».

De son coté, la Banque centrale affiche plus que jamais une certaine volonté de veiller à ce que ces décisions soient transmises à l’économie réelle et promet à cet effet à faire régulièrement le point à ce sujet avec le plus haut management du système bancaire.

 Parallèlement et au vu aussi des fortes incertitudes qui entourent l’évolution de la conjoncture économique tant nationale qu’internationale, Bank Al-Maghrib promet d’assurer  un suivi plus  étroit de la situation et  parera à toute éventualité dont  l’actualisation régulière de ses projections et l’identification des scénarios d’évolution probables. Quitte à appeler, si les circonstances l’exigent, à une réunion exceptionnelle de son Conseil avant celle prévue le 22 septembre prochain.

Des scénarios d’évolution qui ne prête pas à l’optimisme

L’économie accuserait, selon les projections de Bank Al-Maghrib, une contraction de 5,2% en 2020, la plus forte depuis 1996. Pour ce qui est de la valeur ajoutée agricole, elle connaîtrait un recul de 4,6%, avec une récolte céréalière estimée par le Département de l’Agriculture à 30 millions de quintaux, et celle des activités non agricoles diminuerait de 5,3%.
 
En 2021, la croissance marquerait un rebond à 4,2%, avec une augmentation de la valeur ajoutée agricole de 12,4%, sous l’hypothèse d’une production céréalière de 75 millions de quintaux, et une amélioration du rythme des activités non agricoles à 3,1%. Au regard de l’évolution rapide et incertaine de la situation, ces prévisions restent entourées de fortes incertitudes, avec une balance des risques orientée à la baisse.     

Ainsi, selon les scénarios d’une reprise plus lente de l’activité ou de la persistance de la faiblesse de la demande étrangère et des perturbations des chaînes d’approvisionnement, la récession serait beaucoup plus profonde.
 
Par ailleurs, la BAM indique, qu’après s’être établie à 1,4% en moyenne au premier trimestre 2020, l’inflation, mesurée par la variation du nouvel indice des prix à la consommation base 100 en 2017 mis en place par le HCP en mai dernier, est revenue à 0,9% en avril en lien essentiellement avec le repli des prix des carburants et lubrifiants.