Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Azrou / Maison de la cédraie: Un microcosme écologique au coeur du Moyen-Atlas


Rédigé par la rédaction le Mercredi 25 Août 2021

Au pied des majestueuses montagnes de l’Atlas, la Maison de la cédraie s’érige en un microcosme écologique à part entière. Elle se présente comme un centre d’interprétation qui aide à percer les secrets d’un écosystème forestier riche et singulier.



Azrou / Maison de la cédraie: Un microcosme écologique au coeur du Moyen-Atlas
Niché dans une vaste forêt où arbres centenaires côtoient de jeunes plants, cet écomusée de 1.200 m2 fournit, de manière didactique, ludique et scientifique, les clés de compréhension et de découverte du patrimoine naturel, culturel et historique de toute la région.

Peu connue du grand public, la Maison de la Cédraie a été inaugurée en 2018, grâce à un partenariat entre le département des Eaux et Forêts et la délégation Wallonie Bruxelles à Rabat. Elle est gérée par la Fondation Couleurs pour la préservation et la promotion du patrimoine et de la culture du Maroc. C’est celle-là même qui assure la gestion déléguée du somptueux Musée Mohammed VI pour la Civilisation de l’Eau, à Marrakech. ‘’La Maison de la Cédraie est un véritable joyau, conçu comme un centre de découverte des écosystèmes de la cédraie, de sensibilisation et d’éducation des touristes et des habitants au rôle vital que représente la forêt de cèdre pour l’équilibre écologique et pour l’avenir du Maroc’’, a indiqué son directeur, Amine Mouhyi.

Idéalement située en plein coeur de la forêt d’Azrou, elle est pensée autour de six thématiques complémentaires : espaces écologique, économique et social du cèdre, vie du forestier, éducation à l’environnement et gestion durable.

Pour refléter toute cette richesse, la Maison de la Cédraie met en valeur, dans une scénographie harmonieuse, la cédraie du Moyen Atlas, ses paysages contrastés entre montagnes, falaises et lacs d’altitude, ses activités agro-pastorales à fort enjeu environnemental et sa nature hors du commun héritée des forêts montagnardes.

Ses concepteurs ont pensé à tout, ou presque. L’ambition était d’en faire un centre didactique et pédagogique d’interprétation de la cédraie, d’animation scolaire, de documentation et de formation, d’expositions, d’attraction touristique, de loisirs, de découvertes et de détente, mais aussi une vitrine territoriale et culturelle et un fairevaloir des spécificités de la région.

Des parcours spécifiques de découvertes des lieux de la région, du singe magot et des plantes aromatiques et médicinales sont aussi proposés lors des visites, qui se clôturent par la plantation de cèdres dans le jardin de la Maison de la cédraie.

Selon le département des Eaux et Forêts, cet écosystème a également une vocation internationale plus large en raison de sa grande valeur comme patrimoine de l’humanité. La réserve de biosphère de la cédraie a en effet été reconnue en 2016 par l’UNESCO, comme patrimoine mondial pour l’humanité. Cet espace abrite le majestueux cèdre de l’Atlas et concentre près de 75% de la population mondiale de cet arbre.

Couvrant une grande partie des montagnes de l’Atlas, la cédraie offre à la région des ressources en eau d’une importance vitale, mais aussi des espaces de parcours et d’agriculture, des potentialités pour des activités touristiques, qui succèdent à une tradition pastorale semi-nomade exclusive, exerçant une forte pression sur les ressources naturelles.

Les forêts de cèdre occupent au Maroc 134.000 ha répartis entre le Moyen Atlas, le Haut Atlas, le massif de Bouiblane et le Rif. Ce qui fait du Maroc le ‘’vrai pays du cèdre’’.