Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Avec le confinement, la vallée de Boufekrane respire

Meknès


le Mardi 21 Avril 2020

La vallée souffre d’une dégradation regrettable d’un havre de fraicheur. Dégradation qui menace la survie même de cet espace aussi beau que fragile.



Avec le confinement, la vallée de Boufekrane respire
Avec le confinement des Meknassis et la réduction drastique des transports, la crise sanitaire offre une pause à nos espaces verts. On entend à nouveau les chants des oiseaux qui ne sont plus perturbés par la pollution sonore habituelle. Mais ces effets conjoncturels ne peuvent occulter les interrogations des habitants sur la végétalisation urbaine, qui devrait constituer une priorité pour améliorer la qualité de vie et la santé des citoyens.

Et chaque fois que cette problématique est mise en avant, on repense à l’aménagement de la vallée de Boufekrane.

La vallée, poumon vert de la cité ismaïlienne s’étend sur une superficie de 900ha et représente une coulée verte marquant une coupure physique entre la ville nouvelle, dite « Hamrya » et la Médina constituée essentiellement d’un tissu ancien, certes authentique mais très vulnérable.

Le diagnostic est alarmant, une action destructrice et irréfléchie de l’Homme surtout que le statut du foncier dans cette zone a facilité l’installation de certaines activités (industrie et lotissements) qui ont aggravé la situation environnementale de cet espace, une croissance des risques d’inondations vu la prolifération de l’habitat dans la vallée, une pollution engendrée par le rejet des eaux industrielles et les déchets solides, une exploitation sauvage des carrières de pierres, bref une dégradation du milieu qui hypothèque l’avenir et le devenir de cette zone très symbolique qui pourrait, avec une exploitation intelligente, devenir un espace de sports et de loisirs incomparable.

Cet état de fait a poussé certains responsables à concevoir un plan d’aménagement de la vallée afin de la préserver et lui donner une fonctionnalité urbaine. L’étude du plan d’aménagement de la vallée d’oued Boufekrane, selon un document de l’Agence Urbaine, a pour principaux objectifs de valoriser le patrimoine naturel existant et le potentiel du site, de mettre en valeur le patrimoine historique et architectural, de contribuer à rehausser l’image de la ville, son rayonnement et son attractivité et surtout d’améliorer le cadre de vie des habitants de l’agglomération.

Redonner à la vallée son unicité environnementale et écologique garant de la pérennisation de son véritable rôle de coulée verte et de poumon providentiel au sein de l’agglomération demeure donc l’ambition affichée de ce plan d’aménagement qui attend une volonté politique réel et des res-ponsables conscients des enjeux de la vallée.

Ce plan d’aménagement, conçu comme une véritable stratégie de sauvegarde est basé, selon ses initiateurs, sur de grands principes d’aménagement visant la conservation des espaces naturels, la préservation du potentiel agricole lié au maraîchage, l’exclusion de toute construction en deçà de la cote centenaire de cru, la lutte contre la pollution des eaux et le dépôt de déchets solides, le renforcement des liaisons transversales entre les deux berges, le renforcement et l’aménagement des berges de l’oued en parcours de promenade, la réhabilitation de certains monuments et la création de zones de loisirs, d’animation et d’hébergement.