Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Association Internationale de la Presse Sportive: Le grand prix « AIPS » décerné à un journaliste sportif de 101 ans


Rédigé par Rachid MADANI le Mercredi 31 Mars 2021



Le journaliste sportif colombien de 101 ans, Chelo de Castro, a reçu le Lifetime Achievement Award, décerné par l'Association Internationale de la Presse Sportive (AIPS). 
Don Chelo est le seul journaliste, peut-être au monde, à pouvoir dire qu'il a survécu à deux pandémies, bien que la grippe espagnole ait pris fin un mois seulement après sa naissance. Avoir 101 ans est en soi un exploit,  mais avoir été en force en tant que journaliste sportif jusqu'à l'âge de 100 ans, c'est quelque chose d’incroyable. Il s'agit d’un journaliste sportif unique dans le monde. Aujourd'hui, ses paroles et sa voix se sont estompées, la fatigue de plus d'un siècle  s'est emparée de lui, il parle peu et ne bouge plus seul. 
Justement, la veille du Gala Virtuel de l’AIPS Sport Media Awards, où il a été décoré du prix All a Life, il a fait une rechute, mais il n'a pas hésité à être conduit dans le salon de la maison de Chelito, son plus jeune fils,  pour être présent, bien qu'un peu inconfortable, et recevoir la distinction de journaliste sportif le plus ancien connu sur la face de la terre. Parfois, il ouvrait les yeux et lorsque son fils José Víctor et sa femme lui disaient qu'on allait le récompenser dans le monde entier, il souriait en signe d'appréciation et de reconnaissance.                                                                                                                    
     
Votre Histoire dans le journalisme sportif toujours sur une machine à écrire 
                                        
José Víctor de Castro Carroll, mieux connu sous le nom de «Chelo de Castro», est né le 19 mars 1920, à peine un mois avant la fin de la pandémie de grippe espagnole. À l'âge de 25 ans, il a commencé sa carrière en tant que journaliste sportif dans sa ville natale de Barranquilla. Le premier moyen de communication qui lui a ouvert ses portes est l'hebdomadaire La Unidad; plus tard, de 1950 à 1960, il a travaillé au journal La Prensa puis au journal du soir El Nacional. En 1968, il faisait partie du Diario del Caribe et à partir de 1967, il a rejoint El Heraldo où il a été chroniqueur, tapant pendant 40 ans sans interruption, - sur une machine à écrire - du lundi au vendredi jusqu'en décembre 2016; après cette date, il l'a fait deux ou trois fois par semaine. Cependant, la Columna de Chelo de Castro a une histoire ayant traversé tous les moyens susmentionnés. Il faut noter que Don Chelo, qui a connu l'arrivée de toute technologie dans ce monde, a toujours refusé de quitter sa machine à écrire, n'a jamais écrit une seule chronique sur un ordinateur. 
Dans son bureau d'El Heraldo, il en gardait un pour son usage exclusif et à la maison il en avait d'autres: « J'ai écrit chez moi sur l'une des cinq machines à écrire que je possède. J'en ai eu beaucoup et maintenant elles ne me sont d'aucune utilité. J'ai des problèmes de vision et il m'est impossible d'écrire. Maintenant, je dicte à un petit-fils, Chelito de Castro, que nous sommes liés pour ne pas aller au-delà de l'espace dont je dispose », a-t-il déclaré à Estewil Quesada, président de l'Association colombienne des journalistes de l'Atlantique, il y a quelques années. 
                       
100 ans semblent peu, seule la pandémie l'abandonne                                                           
 
 Selon son épouse Judith Vásquez, "Chelo a toujours travaillé, tous les jours de la semaine, peu importe si c'était des week-ends ou des vacances, mais depuis le début de la pandémie, il a dû s'arrêter", et c'est parce que ses 75 ans en tant que Journaliste sportif, ils n'ont été tronqués que par Covid-19. Jusqu'en 2020, « Don Chelo » était toujours actif, et comme si les années ne passaient pas, bien qu'un peu plus lent, il descendait les escaliers de sa maison, aidé par l'un de ses sept enfants, pour aller à « Radio Aeropuerto », où il avait son programme « Sports Parade » et où il faisait ce qu'il aimait, en parlant de sport, en particulier de football, sport par excellence en Colombie et de boxe et de baseball, deux disciplines de la côte caraïbe colombienne qui ont été des foyers de grands athlètes de niveau mondial, ainsi que l'athlétisme, un sport qui le passionnait car il le pratiquait également dans la modalité du saut à la perche. Quand il avait 85 ans, il a parlé pour la première fois de la retraite, il a dit qu'il le ferait à l'âge de 90 ans, mais la vie lui a donné 10 ans de plus pour continuer à être un exemple vivant de ce qu'est vraiment la passion du métier.
 
« Il a eu 100 ans le 19 mars 2020, et la veille du 18 ou 17 mars,  il était à Radio Aeropuerto pour faire son dernier programme, de même, le 19 mars à El Heraldo, la dernière chronique est sortie, écrite par lui. Depuis, il n'est plus retourné à la gare et il n'a plus écrit de Chronique », raconte José María, son fils aîné. Et c'est que le même jour où la pandémie a commencé, tout était clos, même sa famille ne pouvait pas fêter son centenaire de vie, depuis, il est tombé dans une sorte de prostration, il n'a pas voulu bouger.
 
  Rachid MADANI