L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   



Actu Maroc

Année scolaire 2020-2021 : La tutelle dresse un bilan mitigé


Rédigé par Kawtar CHAAT le Mercredi 16 Février 2022

Dressant le bilan de son département, le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports pointe du doigt la hausse du taux de redoublement, du décrochage scolaire, mais aussi des réussites au baccalauréat, de l’enseignement préscolaire public, et de la scolarisation des filles.



Année scolaire 2020-2021 : La tutelle dresse un bilan mitigé
Comme dans le monde entier, la Covid-19 a bousculé l’école marocaine, 2020-2021 fut la deuxième année scolaire sous pandémie, avec ses universités, ses classes et ses écoles fermées, ses demi-effectifs, ses cours en distanciel, ses contrôles continus, ses vaccins,… Donner la priorité à la réforme du système d’éducation, de formation et de recherche scientifique via la Loi- Cadre 51.17, ou à l’atténuation des préjudices subis par le secteur durant la pandémie, tel est le défi auquel a fait face la tutelle. Les acteurs éducatifs aux niveaux central, régional, provincial et local, ainsi que les partenaires du secteur se sont mobilisés pour atteindre les objectifs assignés aux projets de mise en oeuvre des dispositions de ladite loi, malgré les circonstances épidémiologiques.

Concrètement, comment se sont traduits ces efforts ?

Le secteur de l’éducation au Maroc est diversifié, au même titre que les défis qui le caractérisent. L’enseignement préscolaire est confronté à divers défis, notamment la généralisation et la qualité. Des aspects qui relèvent de la vision stratégique 2015-2030, dont les objectifs sont encore loin d’être atteints.

Le nombre total d’élèves du préscolaire au cours de l’année scolaire 2020-2021 était de 875.313 élèves, dont 425.148 filles (48,6%), indique le ministère, notant que ce nombre a connu une légère baisse de 2,1% par rapport à 2019-2020. Cette régression s’explique en grande partie par les conséquences de la crise sanitaire.

Toutefois, l’enseignement préscolaire public a joué un rôle important dans l’atténuation de cette situation, passant de 209.111 en 2019-2020 à 290.334 en 2020-2021, soit une augmentation de 39%. L’enseignement préscolaire « non-structuré » a affiché une baisse d’environ 30%, tandis que l’enseignement préscolaire privé a enregistré une baisse d’environ 15% pour atteindre 181.639 en 2020-2021, contre 212.773 en 2019-2020. Des chiffres qui mettent en avant les effets financiers significatifs du confinement, notamment les pertes de revenus par les ménages.

Quid des trois cycles de l’enseignement ?

Le nombre total d’élèves dans l’enseignement public et privé dans les trois cycles d’enseignement en 2020-2021 a atteint 7.502.229 élèves, dont 3.622.688 filles (48,3 % du total). Il s’agit d’une augmentation de 1,9 % par rapport à l’année scolaire 2019-2020.

L’enseignement public a affiché une hausse de 3,3%. La répartition des effectifs des élèves de l’enseignement public selon les cycles d’enseignement en 2020- 202l se décline comme suit : 3.814.438 élèves scolarisés au cycle primaire, dont 1.829.117 filles, 1.600.454 au cycle secondaire collégial, dont 748.042 filles, et 1.052.774 au cycle secondaire qualifiant, dont 546.094 filles.

En revanche, le nombre d’élèves poursuivant leurs études dans le système d’enseignement privé a enregistré une baisse d’environ 6,4% dans l’ensemble, et de 6,1% pour les filles. En raison de l’impact négatif de la pandémie, de nombreux élèves scolarisés dans le système éducatif privé ont migré vers l’enseignement public.

Concernant la répartition par cycle pour l’enseignement privé, le cycle primaire a connu une baisse de 8,7%, passant de 808.648 en 2019-2020 à 738.314 en 2020-2021, au même titre que l’enseignement secondaire collégial qui a enregistré une baisse de 2,5% passant de 185.335 en 2019- 2020 à 180.663 en 2020-2021.

Contrairement aux deux premiers cycles, le secondaire qualifiant a enregistré une augmentation de 3,9% avec un nombre d’élèves atteignant 115.586 en 2020-2021 contre 111.199 en 2019-2020, précise le ministère, notant que la proportion des élèves du privé a connu une baisse passant de 15% en 2019- 2020 à 13,8% en 2020-2021.

Porté par les objectifs de réforme, le nombre d’écoles se développe à un rythme soutenu

Le Maroc oeuvre à accélérer la cadence pour atteindre le tournant décisif d’un enseignement, non seulement généralisé, mais de qualité. Le nombre total des établissements scolaires au cours de l’année scolaire 2020-2021 a atteint 11.472 écoles, dont 6304 établissements en milieu rural, répartis entre 8.022 établissements au cycle primaire (dont 187 écoles communautaires), 2.102 au cycle secondaire collégial et 1.348 au cycle secondaire qualifiant.

Avec une augmentation de 2,3% par rapport à 2019-2020, le Maroc compte désormais 259 établissements supplémentaires sur l’ensemble du territoire national, répartis entre 132 établissements au primaire (35 écoles communautaires), 60 établissements au secondaire collégial et 67 au secondaire qualifiant.

Que ce soit avant ou durant la pandémie, la généralisation et l’amélioration de la qualité de l’enseignement dans le monde rural a toujours figuré parmi les grands défis à relever par les responsables du ministère de l’Education. Malgré que la tutelle a multiplié les efforts pour augmenter le nombre des écoles satellites, qui sont principalement situées dans le milieu rural, ce nombre est passé de 13.153 en 2019-2020 à 13.132 en 2020- 2021, soit une baisse de 0,2%.

Dans ces zones marginalisées, la scolarité des enfants - notamment des filles - pose un sérieux problème eu égard à plusieurs facteurs. Au total, 1.013.705 élèves poursuivent leur scolarité dans ces unités scolaires, soit 48,7 % de l’ensemble des élèves du milieu rural.

Enseignants : le système éducatif continue de souffrir du déficit

En 2020-2021, le nombre total d’enseignants a atteint 256.493, soit une augmentation de 1,7 % par rapport à l’année précédente. Ils sont répartis entre 140.126 enseignants au cycle primaire, 60.917 au secondaire collégial et 55.450 au secondaire qualifiant, révèle le département de Benmoussa, ajoutant qu’environ 47,9% du personnel enseignant exerce en milieu rural.

Cependant, malgré les efforts du département, le besoin en corps professoral demeure important afin d’améliorer certains indicateurs, notamment ceux liés à l’encombrement et aux classes à cours multiples qui nuisent à la qualité des apprentissages.

Appui social contre la déperdition scolaire : où en est-il ?

Les principales conclusions qui découlent de ce bilan ont montré qu’au cours de l’année scolaire 2020-2021, un total de 1.233.248 élèves a bénéficié de la restauration scolaire, dont 1.161.270 en milieu rural, soit une hausse de 7,6% par rapport à l’année scolaire 2019-2020.

S’inscrivant dans le contexte des réformes actuelles du système éducatif de notre pays, des dispositifs sociaux d’appui à la scolarisation ont été mis en place, à savoir le transfert direct « Tayssir », l’initiative «Un million de cartables », le transport, les cantines scolaires et l’hébergement « Dar Talib (a) et internats ». Ces mécanismes mis en place améliorent significativement la scolarisation en milieu rural.



Kawtar CHAAT








🔴 Top News











 
Other