Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Akhannouch se réjouit de la communion entre les partis de la majorité


Rédigé par Anass Machloukh le Dimanche 19 Décembre 2021

La majorité n'a jamais été aussi sereine depuis l'alternance du 8 septembre, le Chef du Gouvernement, Aziz Akhannouch, s'est félicité de la cohésion qui existe entre les trois partis de l'Exécutif qui partagent le même idéal : réussir l'expérience gouvernementale actuelle. Détails.




Après la signature de la Charte de la majorité, l'ambiance est chaleureuse au sein de la coalition gouvernementale. Tout semble se passer à merveille entre le RNI, l'Istiqlal et le PAM qui ont l'air s'accommoder à l'alternance. Ils partagent la même préoccupation de réussir un mandat gouvernemental, considéré comme une chance pour mettre le Royaume dans les rails du nouveau modèle de développement. Les échanges de courtoisie entre les formations de la majorité se multiplient et dénotent d'une certaine sérénité qui règne dans les coulisses.

C'est en tout cas ce que laissent entendre les propos du Chef du Gouvernement, Aziz Akhannouch, qui est parti à la rencontre des militants de son parti dans la région Marrakech-Safi. Lors d’un meeting, le patron du RNI s'est félicité de la communion qui existe entre les trois partis de la majorité. Si ces derniers entretiennent de si bonnes relations, c'est grâce à une communication permanente.

Aziz Akhannouch a fait part du souci du trio de la majorité de réussir l'expérience gouvernementale actuelle et d'œuvrer à honorer pleinement leurs engagements vis-à-vis des citoyens. Cet engagement a fait l'objet de la Charte de la majorité qui a mis l'accent sur la nécessité de rester à l'écoute des citoyens. Aussi les trois formations se sont-elles engagées à rester solidaires les unes vis-à-vis des autres, afin d'éviter les malentendus et les querelles inutiles qui rappellent ce qui s'est passé lors de la dernière législature où les grabuges intestins ont paralysé l'ex majorité.

En effet, le RNI n'est pas le seul à se féliciter de l'harmonie qui règne actuellement au sein de la majorité, l'Istiqlal et le PAM en sont tout aussi satisfaits. Le Secrétaire Général du Parti de la balance, Nizar Baraka, l'a souligné à maintes reprises lors de ses rencontres partisanes et notamment lors de la session ordinaire du Conseil national. Le leader de l'Istiqlal a indiqué que le gouvernement est dans le droit chemin.

Avec un maillage territorial aussi fort, la majorité, qui domine tous les Conseils régionaux, a une large marge de manoeuvre et mise sur la coordination permanente entre les régions et le gouvernement pour réussir les réformes. Pour sa part, Aziz Akhannouch s'est prononcé en faveur de la consécration de la majorité gouvernementale au niveau des régions, des provinces et des préfectures. 

En effet, le gouvernement est très attaché à renforcer la coopération avec les régions, ce qui rend plus facile la résolution des problèmes. Youness Sekkouri, ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, avait reconnu, au Parlement, que le travail avec les élus locaux permet de résoudre plus aisément les problématiques qui touchent directement les citoyens. Le ministre avait donné l'exemple d'un internat pour les filles qui a été mis en place dans un temps record lors de sa visite à Terfaya grâce à une action commune avec les élus locaux. Cette dimension régionale fait donc l'objet d'un consensus au sein de la majorité.

Dans leur volonté commune de réussir l'expérience gouvernementale, les trois partis ont convenu de mettre toute une structure institutionnelle pour organiser leur coordination. Les trois partis sont tenus de coordonner leur action législative et locale, tout en établissant un conseil d'experts chargé de fournir des recommandations au gouvernement. Rappelons que la majorité dispose de 270 sièges à la Chambre des représentants et de 63 à la Chambre des Conseillers. Tous les Conseils régionaux sont présidés par les élus de la majorité.