Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Agriculture : Des mesures salvatrices pour une campagne impactée


Rédigé par Wolondouka SIDIBE le Jeudi 7 Mai 2020

De la sécurité alimentaire des produits agricoles à l’approvisionnement correct des marchés en passant par le plan de sécheresse, aucun pan du secteur de l’agriculture n’est en rade dans le programme d’assainissement, d’aide et de soutien aux agriculteurs par le ministère de tutelle en cette période de pandémie du Coronavirus.



Agriculture : Des mesures salvatrices pour une campagne impactée
Il s’agit en clair de mesures visant une meilleure protection de cette activité. En tête de ces initiatives, on trouve la mise en place d’un régime de commercialisation incitatif afin de favoriser la collecte de la production nationale à des prix rémunérateurs au profit des producteurs de blé tendre, au titre de la campagne agricole 2019-2020.

Ce qui permettra de réduire drastiquement les effets pervers des intermédiaires qui, bon an, mal an, s’enrichissent sur le dos des producteurs. Pour ce faire, le ministère propose un prix référentiel cible de 280 dirhams/quintal rendu moulin, pour une qualité standard ; une subvention forfaitaire de 5,00 dirhams/quintal, pour les quantités de blé tendre de production nationale, acquises durant la période primable allant du 1er juin au 31 juillet 2020.

Droit de douane

Dans le même cadre, une prime de magasinage de 2,00 dirhams/quintal par quinzaine sera octroyée aux organismes stockeurs pour les quantités de blé tendre national collecté du 1er juin au 31 juillet 2020. Cette prime sera en vigueur pendant la période de stockage fixée jusqu’au 31 décembre 2020, avec l’option de dégressif à hauteur de 7 % à partir de fin de septembre. Quant au système d’appels d’offres pour l’approvisionnement des minoteries industrielles en blé tendre destiné à la fabrication des farines subventionnées, il sera reconduit au grand bonheur des industriels. Les premiers appels d’offres de l’année seront réservés exclusivement à la récolte nationale.

Par ailleurs, la suspension des droits de douane sera reconduite au-delà du 15 juin 2020, afin de maintenir le prix de revient d’importation à un niveau accessible et permettre aux importateurs d’exploiter les opportunités du marché mondial. Il sera garanti aussi le renouvellement en permanence du stock pour au moins 4,5 mois des besoins de consommation, étant entendu que les prévisions mondiales de production de céréales au titre de l’exercice 2020-2021 s’annoncent très prometteuses.

Pour ce qui est de la sécurité sanitaire des produits agricoles, l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA) est à l’œuvre quant à l’éventualité de l’utilisation de la matière active « Chlorpyriphos », et qui sera assorti de l’approbation de la commission nationale des pesticides à usage agricole. Fautil rappeler que ce réexamen fait suite aux nouvelles données scientifiques sur cette substance ayant abouti récemment à son interdiction par l’Union Européenne.

Prévention

A ce sujet, bien que l’UE ait maintenu les limites maximales des résidus (LMR) prédéfinies de cette matière active sur les denrées alimentaires à leurs niveaux actuels, explique l’ONSSA, elles passeront à la limite de quantification pour tous les produits alimentaires dès octobre 2020. A en croire l’ONSSA, le réexamen du « Chlorpyriphos » au Maroc conduira soit au retrait définitif de l’homologation des pesticides contenant cette substance ou, le cas échéant, à la restriction à des usages très limités et règlementés.

Pour la campagne agricole actuelle, il faut dire qu’elle connaît un déficit pluviométrique très important, ce qui risque de réduire l’apport des parcours de jachère et des cultures fourragères pour couvrir les besoins alimentaires du cheptel national. Pour faire face à cette situation, le ministère de l’Agriculture a mis en place un programme de sauvegarde du cheptel consistant en la distribution de 2,5 millions de quintaux d’orge subventionnée au profit des éleveurs, pour un prix fixe de 2DH/kg. D’ailleurs, l’opération bénéficie d’un encadrement rapproché sur le terrain par les services régionaux du ministère, ceux de l’Office national du conseil agricole (ONCA) et ceux de l’Office national interprofessionnel des céréales et légumineuses (ONICL). D’autres mesures ciblées sont à prévoir au fur et à mesure que progresse la campagne agricole. Et au ministère on reste confiant quant à la bonne tenue de cette saison 2019-2020. 

Les récoltes saisonnières servent déjà de baromètre pour cette embellie agricole, comme le montre la production de légumes au Nord du pays.

Wolondouka SIDIBE

  


Dans la même rubrique :
< >