Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Afrique / Rapport sur les innovations agro-technologiques : Dynamiser le secteur pour offrir des opportunités aux jeunes


Rédigé par Wolondouka SIDIBE le Lundi 16 Août 2021

Les jeunes passionnés par la technologie agricole doivent travailler en collaboration avec les petits agriculteurs pour obtenir une meilleure compréhension des défis et fournir des solutions durables et abordables. C’est la quintessence de la nouvelle enquête de l’ONG Heifer International sous le thème « L’avenir de l’agriculture africaine : une évaluation du rôle des jeunes et de la technologie ». Explications.



Nous écrivions la semaine dernière qu’en cette période de Covid-19 où l’économie africaine est durement frappée, le regard est tourné vers le secteur agricole. Et toute étude, toute piste ou tout autre rapport pouvant permettre de renouer avec la croissance, donc favoriser la relance, sont scrutés dans le moindre détail. Après le dernier rapport de la Banque Africaine de Développement (BAD) sur l’agro-industrie, voilà celui de l’ONG Heifer International (lire l’encadré).

Ce nouveau document s’intéresse aux jeunes et les innovations technologiques dans le secteur agricole. Intitulé : « L’avenir de l’agriculture africaine : une évaluation du rôle des jeunes et de la technologie », ce rapport vient à point nommé pour jeter un regard nouveau dans l’employabilité des jeunes sur le continent. D’autant plus que le Coronavirus a aggravé le chômage des jeunes. Il donne des pistes de réflexion afin que les jeunes s’approprient les nouvelles technologies agricoles. D’autant plus que seuls 23% des jeunes, travaillant dans l’agriculture, utilisent une forme quelconque de technologie agricole.

Publié à l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse, le document souligne la nécessité de nouveaux investissements afin de promouvoir l’accès à des innovations susceptibles d’encourager les jeunes africains désintéressés aujourd’hui par l’agriculture. Il invite à reconsidérer les opportunités offertes par la filière - compte tenu notamment de la nécessité de générer des emplois et de réparer les systèmes alimentaires mis à mal par la pandémie.

Système agroalimentaire

Ce nouveau document se démarque des précédents car il identifie les points faibles et les besoins critiques pour aider les jeunes à adopter des technologies de pointe et bâtir des entreprises qui soutiennent l’agenda de la sécurité alimentaire et les systèmes agroalimentaires en Afrique. Pour ce faire, l’étude révèle que l’accès au capital financier, le renforcement des capacités et l’accès à la terre renforceront l’intérêt des jeunes pour l’agriculture.

Dans le même sillage, les chercheurs de l’ONG Heifer International soulignent que les petits exploitants agricoles adopteront des technologies de pointe si les outils sont abordables et s’ils peuvent recevoir une formation sur leur utilisation.

Enfin, pour les rédacteurs du rapport, les innovations agricoles ont un pouvoir d’attraction pour tous les acteurs de la filière. Elles peuvent créer des opportunités pour des jeunes qui se désintéressent de l’agriculture, tout en augmentant durablement la productivité des petits exploitants, améliorant ainsi leurs moyens de subsistance et stimulant la croissance de l’économie en général.

En effet, plus de la moitié de la population rurale africaine travaille dans le secteur agricole. Les jeunes de moins de 25 ans représentent environ 60% de la population du continent, et une grande proportion des 1,8 milliard de jeunes dans le monde âgés de 10 à 24 ans vit en Afrique, d’après l’Organisation des Nations Unies. Malgré la migration des jeunes vers les régions urbaines, le rapport constate qu’ils souhaitent toujours intégrer le secteur agricole. Mais ils n’ont pas accès au financement ou à la formation nécessaires pour créer des entreprises capables de fournir des revenus stables et des carrières gratifiantes.

Cependant, des exemples font naître de l’espoir comme cette société au Ghana qui fournit des drones offrant des applications de précision pour les pesticides et les engrais - en servant notamment de « drones épouvantails ». Idem pour cette autre entreprise au Kenya qui permet de se procurer un tracteur aussi facilement que de réserver un Uber. Ces projets ainsi que d’autres explorés dans le rapport illustrent le potentiel de mise à profit de l’innovation « maison » pour accélérer une transition stratégique vers une agriculture durable et rentable en Afrique.

Plateforme d’innovation

Pour mener à bien l’enquête, les rédacteurs du rapport ont sondé près de 29 900 jeunes, 299 petits exploitants agricoles et 110 jeunes pousses de technologie agricole, plateformes d’innovation et organisations technologiques. Les sondés sont issus d’Éthiopie, du Ghana, du Kenya, du Malawi, du Nigeria, du Rwanda, du Sénégal, de la Tanzanie, d’Ouganda, de la Zambie et du Zimbabwe. Les interrogés ont permis d’identifier les difficultés des communautés de petits exploitants et les domaines offrant un potentiel d’innovation et de croissance.
 
L’enquête fournit également des informations sur la façon dont la pandémie affecte les agriculteurs africains. Environ 40% des organisations agricoles interrogées déclarent avoir été contraintes de fermer au moins temporairement en raison de la pandémie ; 38% ont enregistré une réduction du panier moyen par client ; et 36% ne disposent pas encore du capital financier nécessaire pour relancer la croissance de leurs entreprises.

Wolondouka SIDIBE
 


À propos de Heifer International
 
Depuis 77 ans, Heifer International a travaillé avec plus de 36 millions de personnes dans le monde pour mettre fin à la faim et à la pauvreté de manière durable. Travaillant avec les communautés rurales à travers l’Afrique depuis 47 ans, Heifer International aide les agriculteurs et les producteurs alimentaires locaux à renforcer les économies locales et à créer des moyens de subsistance sûrs qui fournissent un revenu vital. Pour plus d’informations, visitez www.Heifer.org.

L’ONG a pour mission de mettre un terme à la faim et à la pauvreté de manière durable en soutenant et en investissant aux côtés des agriculteurs locaux et de leurs communautés. Dans cette optique, elle connecte les agriculteurs aux technologies pour améliorer la production et les aider à gérer et développer leurs entreprises. Elle fournit également un soutien financier ciblé qui propulse les agriculteurs vers l›autosuffisance. Ses partenariats fondés sur des valeurs se concentrent sur les rendements sociaux, environnementaux et financiers.