Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Affaire Ghali : le Club des avocats marocains doute de l’impartialité du Juge d’instruction


Rédigé par Anass Machloukh le Mardi 1 Juin 2021

Alors que le chef des séparatistes Brahim Ghali s’apprête à comparaître devant l’Audience nationale, le Juge d’instruction Santiago Pedraz refuse d’enquêter sur l’entrée frauduleuse de leader du Polisario sur le territoire espagnol, en renvoyant la balle aux autres tribunaux ordinaires. Un laxisme qui agite le Club des avocats marocains, qui n'a manqué de monter au créneau.



Dans un communiqué, le club présidé par l’avocat marocain Mouad El Ajouti a fustigé le refus de l’Audience nationale de recevoir sa plainte déposée au début du mois de mai, auprès du procureur du Roi de la région de « La Rioja ». Le club a également dénoncé l’attitude évasive de la Justice espagnole dans cette affaire sachant que les juges tendent à éviter d’enquêter sur les circonstances de l’entrée de Ghali en Espagne, en se renvoyant la plainte du club marocain. « Ceci démontre qu’aucun des juges ne veut enquêter sur cette affaire et utilisent les règles de compétence judiciaire pour se débarrasser de ce dossier », a précisé la même source.

Le Club s’est interrogé sur le timing de la décision de Santiago Pedraz, la veille de la comparution de Brahim Ghali devant la Justice, ce qui laisse entendre, selon le communiqué, que le juge tente d’éluder une enquête sur l’entrée illégale du chef du Polisario. Cet acte est pourtant sanctionné par l’article 451 du Code pénal espagnol.

En effet, bien que plusieurs supports médiatiques espagnols aient révélé les documents falsifiés qui ont servi à l’infiltration de Ghali en Espagne et à l’hôpital où il est admis, le juge Santiago Pedraz remet en cause ces documents. Outre cela, le Club des avocats fait état d’un laxisme du juge qui refuse également de recevoir des plaintes de quelques associations comme ACAVITE qui concerne des centaines de victimes espagnoles, tout en refusant la demande d’arrestation de Brahim Ghali.

Par conséquent, le Club des avocats doute de la partialité du juge de l’Audience nationale qui est en train de « détruire juridiquement toutes les plaintes à l’encontre de Ghali » afin d’éviter de le mettre en détention.

Rappelons que le Club des avocats marocains a saisi la Justice espagnole pour demander une enquête sur l’entrée de Brahim Ghali sur le territoire espagnol. Le club des avocats marocains a déposé une plainte à l’encontre du leader séparatiste pour falsification et utilisation d'un faux document d'identité.