Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Une vidéo de Donald Trump sanctionnée sur Facebook et Twitter


Rédigé par le Vendredi 7 Août 2020

Dans la vidéo, Donald Trump affirme que les enfants sont "presque immunisés" contre la coronavirus. Des propos jugés mensongers par les deux réseaux sociaux.



Une vidéo de Donald Trump sanctionnée sur Facebook et Twitter
Facebook et Twitter durcissent le ton avec Donald Trump. Les deux réseaux sociaux ont supprimé, mercredi 5 août, ou fait retirer une vidéo qui enfreignait leurs règles sur la désinformation autour de la pandémie de Covid-19.

Le clip montrait le président américain expliquer dans un entretien à la chaîne Fox News que les enfants étaient "presque totalement" immunisés, de par leur âge, contre le virus. "Cette vidéo inclut de fausses affirmations selon lesquelles un certain groupe de personnes n'est pas susceptible d'attraper le Covid-19, ce qui enfreint notre règlement sur la désinformation dangereuse autour de la maladie", a expliqué un porte-parole de Facebook.

C'est la première fois que le réseau social censure directement le président américain. Mais Twitter est allé encore plus loin. La plateforme a interdit au compte de campagne du chef de l'État de continuer à tweeter, tant qu'il ne retirait pas l'extrait de l'interview. 

Le compte @TeamTrump semblait s'être conformé à la demande de la plateforme, car il était toujours actif mercredi soir et la vidéo était introuvable. "Le président énonçait juste un fait : les enfants sont moins susceptibles que les adultes d'attraper le coronavirus", a réagi Courtney Parella, une porte-parole de la campagne de Donald Trump.

Twitter va étiqueter les médias affiliés à des Etats et réduire leur portée

Il est important de mentionner que depuis le début de la crise Sanitaire les deux réseaux sociaux Twitter et Facebook suivent de près les communications des politiques et des gouvernements

San Francisco, 6 août 2020 (AFP) - Twitter va signaler et réduire la portée des comptes des médias contrôlés financièrement et de façon éditoriale par un Etat sur sa plateforme, dans un nouvel effort pour réduire les campagnes d'influence politique menées depuis l'étranger, a annoncé le groupe californien jeudi.

"Contrairement aux médias indépendants, les médias liés à un Etat utilisent fréquemment leur couverture de l'actualité à des fins politiques", explique le réseau social qui multiplie les mesures pour préserver sa réputation et l'authenticité des échanges, surtout à l'approche des élections américaines.

"Nous pensons que les gens ont le droit de savoir quand le compte d'un média est affilié directement ou indirectement à un acteur étatique", ajoute Twitter, qui inclura dans cette nouvelle règle les rédacteurs en chef et journalistes proéminents de ces médias.

Les comptes ainsi étiquetés ne seront plus mis en avant par ses algorithmes dans les fenêtres de recommandation des utilisateurs.

Les médias financés par les institutions étatiques mais jouissant d'une "indépendance éditoriale", comme la BBC ou NPR (National Public Radio, un média américain), ne seront pas concernés.

Facebook a pris des mesures similaires début juin en marquant comme tels les comptes des médias contrôlés par des Etats et en leur interdisant de poster des publicités.

Après les opérations de manipulation lors des élections de 2016, principalement orchestrées depuis la Russie, les réseaux sociaux ont réagi avec un arsenal de mesures déployées graduellement depuis 2018 pour lutter contre les faux comptes et la désinformation, notamment répandus par des entités étrangères.

A l'automne dernier Twitter a ainsi totalement banni les publicités à caractère politique.

Le réseau des gazouillis va aussi désormais labelliser les comptes officiels des gouvernements et de leurs hauts responsables, en commençant par ceux des cinq membres du conseil de sécurité de l'ONU (Chine, France, Russie, Royaume-Uni et Etats-Unis), mais sans restreindre leur portée.

Les comptes personnels des chefs d'Etat ne seront pas concernés, car ils sont clairement identifiés par le public comme étant des comptes de personnalités ayant un agenda politique.

  


Dans la même rubrique :
< >