Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Conso & Bien-Être

Sensibiliser les patients sur la rétinopathie diabétique


Rédigé par AB le Vendredi 2 Août 2019




Entretien avec Dr Fellahi Omar, ophtalmologue Propos recueillis par Abdellah Echakhs

Le diabète est une maladie très répandue au Maroc. Selon l’Organisation mondiale de la santé OMS, on estime à 422 millions le nombre d’adultes vivant avec cette maladie dans le monde. Au Maroc, la prévalence du diabète dans la population adulte est de 5 %, soit 2 millions de Marocains. Cette maladie est grave, elle cause, à peu près, 24000 décès par an.Le diabète affecte aussi la vue des patients. Dr Fellahi Omar, Ophtalmologue, aborde les moyens de prévention dans cet entretien.
 

L’Opinion : Dr Fellahi Omar, vous êtes ophtalmologue à Rabat et vous exercez depuis une dizaine d’années. On entend souvent dire qu’il existe une relation entre le diabète et les yeux, que pouvez-vous nous dire d’abord sur le diabète ? 
 

Dr Fellahi Omar : Effectivement, il existe un lien entre le diabète et les yeux. Comme vous le savez, le diabète est une maladie chronique qui est la conséquence d’un déséquilibre du taux de sucre dans le sang, qu’on appelle la glycémie. Il existe plusieurs types de diabètes en fonction des différents mécanismes. Les plus connus sont : le diabète type 1,qui est secondaire à une anomalie liée à un fonctionnement anormal du système immunitaire et détruit les cellules du pancréas chargées de produire l’insuline, qui est l’hormone régulateur de la glycémie dans le corps. Et le diabète type 2. Il est secondaire non seulement à un déficit de production de l’insuline par le pancréas, mais aussi à une résistance accrue des tissus périphériques (foie, muscles) à l’action de l’insuline. Ce dernier est le plus fréquent et représente 80 % de diabétiques. Les autres types de diabètes sont plus rares, à savoir le diabète secondaire à des prises médicamenteuses,comme les corticoïdes, et le diabète gestationnel, lors des grossesses. 
 

L’Opinion : Qu’en est-il du diabète au Maroc ? 
 

Dr Fellahi Omar : Comme dans tous les pays, on remarque une augmentation de la prévalence du diabète, ceci étant dû à la modification des habitudes alimentaires et au mode de vie de plus en plus sédentaire. Il faut d’abord savoir que selon l’Organisation mondiale de la santé OMS, on estime à 422 millions le nombre d’adultes vivant avec cette maladie. Au Maroc, la prévalence du diabète dans la population adulte est de 5 %, soit 2 millions de Marocains. Cette maladie est grave, elle cause à peu près 24000 décès par an dû aux différentes complications directes et indirectes liées au diabète. D’ailleurs le diabète deviendra, la principale cause de mortalité d’ici 2030. Ceci a poussé le ministère de la Santé, depuis une dizaine d’années, à lancer plusieurs campagnes de dépistage au niveau des différents centres de santé pour un diagnostic précoce qui permettra de diminuer l’impact de cette maladie et sa mortalité. 
 

Malgré ces campagnes de dépistage des mesures plus globales doivent être entreprises afin de réduire la prévalence du diabète et maitriser ses effets. La lutte contre certaines maladies chroniques dont la prévalence va en augmentation incessante et doit être une priorité pour les différents intervenants que ce soit le ministère de la Santé, l’Agence nationale de l’assurance maladie ANAM ou encore la Caisse Nationale de organismes de prévoyance sociale CNOPS. 
 

L’Opinion : Docteur, on sait que vous gérez beaucoup de patients souffrant de diabète et qui subissent aussi de problèmes de vision. Expliquez-nous quels sont les effets du diabète sur l’œil ? 
 

Dr Fellahi Omar : Le diabète entraine une augmentation du taux de glucose dans le sang ce qui entraine des effets néfastes sur la qualité des vaisseaux du corps entier, que ce soit les gros vaisseaux des organes comme le cœur (cardiopathie ischémique), le cerveau (accidents vasculaires cérébraux AVC) et les petits vaisseaux notamment ceux du rein (néphropathie avec insuffisance rénale chronique entrainant une dialyse à vie) des extrémités des membres (neuropathie périphérique entrainant des amputations des membres) et des yeux. Un seul examen en médecine nous permet de visualiser directement les petits vaisseaux du cops et d’apprécier leur degré d’atteinte : c’est l’examen ophtalmologique avec le fond d’œil, c’est à dire l’examen de la rétine.  L’examen ophtalmologique est fondamental dans le suivi de tout diabétique. Lorsque le diabète est mal équilibré des lésions vasculaires rétiniennes apparaissent, ce qui peut entrainer une baisse de l’acuité visuelle voire une cécité. C’est la rétinopathie diabétique. Cette atteinte rétinienne touche 50 % des diabétique de type 2. Sa prévalence globale est de 39 %, elle est responsable d’un taux de cécité de 12 %.
 

L’Opinion : Autrement, il faut un diagnostic précoce pour se prémunir contre cette baisse de la vision ? 
 

Dr Fellahi Omar : Le diagnostic précoce est d'une importance capitale, puisqu’environ le tiers des patients présente déjà̀ des complications au moment du diagnostic et présente donc potentiellement des atteintes au niveau des organes cibles que sont le cœur, le cerveau et le rein, conduisant à une morbidité et mortalité importantes. Il faut aussi souligner que l’association fréquente du diabète à des maladies comme l’hypertension artérielle et l’obésité entraine des co-morbidités avec une aggravation des lésions de rétinopathie diabétique, en sachant que 65% des diabétiques sont hypertendus.
 

L’Opinion : Quels sont les signes des atteintes oculaires du diabète ? 
 

Dr Fellahi Omar : Pendant longtemps, la rétinopathie diabétique va évoluer à bas bruit sans aucun signe clinique ou baisse de l’acuité visuelle ressentie par les patients. Ceci explique que beaucoup de diabétiques ne se rendent pas compte de leur atteinte durant les premières années après la découverte du diabète, d’où la nécessité d’un dépistage systématique avec un examen du fond d’œil dès la découverte du diabète. Il faut expliquer au patient qu’il s’agit d’une maladie silencieuse oùles symptômes apparaissent à un stade tardif de la maladie (atteinte de la rétine centrale). Les différents symptômes sont à type de baisse de l’acuité visuelle, un flou, un brouillard visuel que ce soit de loin ou de près, une déformation d’image, parfois même des baisses brutales d’acuité visuelle en rapport avec un saignement intra oculaire. Un examen ophtalmologique complet doit être réalisé, il peut retrouver des hémorragies retiennes ou intra-vitréennes, des œdèmes rétiniens maculaires, des exsudats rétiniens et même des zones d’ischémie rétiniennes. Pour compléter l’examen clinique, des examens para-cliniques peuvent être réalisées notamment une angiographie à la fluorescéine qui consiste à injecter un produit de contraste et à photographier la rétine pour déceler les lésions vasculaires rétiniennes, ainsi qu’un OCT maculairequi analyse les couches rétiniennes et déceler un éventuel œdème maculaire.

L’angiographie rétinienne et l’OCT maculairedoivent être réalisés après 5 ans d’évolution du diabète en cas d’absence de lésions rétiniennes et à chaque fois que le suivi l’impose. 
 

L’Opinion : Quels sont, Docteur, les traitements disponibles pour traiter cette rétinopathiediabétique ?
 

Les traitements dépendent du stade de la rétinopathie diabétique. A un stade avancé, lorsqu’elle devientproliférante, c’est-à-dire que des vaisseaux de mauvaise qualité se développent, le traitement est basé sur la photo coagulation au laser Argon. Il s’agit de séances de laser dont le but est de traiter la périphérie rétinienne pour préserver le centre qui est responsable de la vue et éviter des complications qui pourrait entrainer la baisse de vue. Lorsque le centre de la rétine à savoir la macula est atteint, on peut réaliser des injections intra-vitréennes pour assécher l’œdème et améliorer la vue des patients. Cependant,lorsque les lésions sont trop importantes la chirurgievitréorétinienne est alors indiquée. 
 

L’Opinion : Quel est le rythme de consultation ophtalmologique pour les diabétiques ?
 

Dr Fellahi Omar : Le rythme de consultations ophtalmologiques pour les diabétiques équilibrés est annuel, pour les patients ayant des lésions rétiniennes, ils doivent consulter chaque 3 à 6 mois en fonction du degré des atteintes et des thérapeutiques engagées.