L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






International

Ségrégation : Des ONG dénoncent l’inégalité de traitement entre réfugiés ukrainiens et non européens


Rédigé par La rédaction le Mardi 8 Mars 2022

Des ONG dénoncent l’inégalité de traitement entre réfugiés ukrainiens et non européens.



Les médias français ont rapporté que plusieurs Organisations à but non lucratif qui travaillent avec les demandeurs d’asile ont dénoncé la discrimination raciale des autorités françaises à l’égard des réfugiés non européens et qui accueillent avec privilège les Ukrainiens fuyant la guerre russe.

L’ONG «Care4Calais» a déclaré, lundi, dans un post sur Twitter qu’« à l’heure où l’attention est recentrée sur les réfugiés ukrainiens, il est important de se rappeler... que plusieurs personnes de différents pays endurent ici les conflits les plus terribles ainsi que la peur de la persécution. Nous devrions tous les accueillir».

Une ONG qui oeuvre dans la région de Calais, dans le nord de la France, pour faciliter le passage frontalier des réfugiés vers le Royaume-Uni, a critiqué les autorités gouvernementales sur les réseaux sociaux pour le traitement inégal envers les réfugiés et les migrants d’Asie, d’Afrique et du Moyen-Orient. «A Calais, alors que les associations demandent depuis des années des logements pour les personnes bloquées à la frontière, des places ont été libérées en quelques jours pour les personnes arrivant d’Ukraine», a déclaré «Utopia56» dans un post publié le 04 mars courant sur Twitter.

L’ONG a précisé qu’une auberge a été spécialement ouverte pour les ressortissants ukrainiens arrivant à la gare de Calais qui ont été chaleureusement accueillis par les associations citoyennes.

Deux poids, deux mesures «Utopia56» a ajouté «pour tous ces gens réfugiés d’Ukraine ou autre part, d’Afghanistan, d’Erythrée, du Soudan, dormant sur les trottoirs et les camps de Calais, Grande-Synthe, Paris, Rennes... la situation ukrainienne l’a prouvé: il est possible de décider de les accueillir dignement».

Jean-Philippe Lannoy, conseiller municipal de Calais, s’est également opposé à la politique de deux poids, deux mesures. «A Calais, les Ukrainiens sont accueillis à l’auberge de jeunesse ouverte sur ordre du Maire. Génial ! Mais qu’en est-il des Afghans, des Érythréens qui sont déjà là ? Nous allons les laisser dans la boue ?», a-t-il demandé dans un post publié sur les réseaux sociaux.

Selon la Maire de Calais, Natacha Bouchart, qui aide à héberger les Ukrainiens rejetés par le gouvernement britannique, ayant tenté d’entrer au Royaume-Uni sans papiers ni visas valides, «le statut des réfugiés européens diffère de celui des non-Européens». «Les migrants qui sont à Calais ont le statut d’une personne en situation irrégulière, tandis que les Ukrainiens ont le statut de personnes en situation régulière» qui fuient la guerre, a-t-elle déclaré à BFMTV news.

Alors que le gouvernement français aidait activement les Ukrainiens fuyant la guerre, la police de Grand Synthe avait mené, la semaine dernière, des campagnes d’expulsion dans deux camps de réfugiés. «Les abris des réfugiés ont été complètement démolis. Au moins 181 tentes ont été détruites. C’est l’État qui organise la précarité des réfugiés», a souligné le groupe «Human Rights Observers».