Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Ryad Mezzour présente le bilan des accords de libre-échange


Rédigé par Safaa KSAANI le Lundi 22 Novembre 2021

Lors de la séance plénière hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants, tenue ce lundi, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour a dressé un bilan positif des accords de libre-échange contractés par le Maroc.



Ryad Mezzour présente le bilan des accords de libre-échange
Intervenant ce lundi lors de la séance plénière hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a rappelé d’emblée la teneur des accords de libre-échange conclus par le Maroc avec différents partenaires internationaux.

"Ces accords entrent dans le cadre de la politique d'ouverture commerciale du Maroc instaurée depuis les années 80 en faveur de l’ouverture sur la compétitivité des exportations marocaines, conformément aux Hautes Orientations Royales”, a-t-il noté.

Néanmoins, les accords de libre échange, aux nombreux avantages, n’échappent pas à des contraintes d’évolution. Parmi ces avantages, le ministre cite : “l'augmentation des investissements extérieurs, qui s'est multipliée par cinq, en passant de 97 milliards dans les années 90 à 350 milliards entre 2011 et 2020. Deuxièmement, l'augmentation des fréquences des exports avec un taux de croissance annuel de 16% avec les USA, et dans le cadre de l'accord d'Agadir, 12% avec les Emirats arabes unis, 30% avec la Turquie et 6% avec l'Union européenne”, a-t-il détaillé.

En termes de contraintes, les raisons en sont nombreuses. En effet, l'augmentation du déficit commercial n'est pas intrinsèquement liée uniquement à ces accords. “L'augmentation des importations de matériaux de transformation et de matière première nécessaires pour notre industrie nationale, la demande croissante de certains intrants qui sont fabriqués et recyclés, et les factures croissantes de certains matériaux de base, entrent en jeu également”, a-t-il nuancé.

Répondant à une question du Groupe Istiqlalien de l'Unité et de l'Égalitarisme, qui consiste à connaître les tenants et aboutissants de la stratégie adoptée par le ministère pour élargir les zones industrielles, les réhabiliter et les développer afin de stimuler l'investissement et créer la richesse et des offres d'emploi, le ministre a fait savoir que "depuis le lancement du plan d'accélération industrielle, le ministère de tutelle a proposé une offre de zones industrielles équipées ou en cours d'équipement dans différentes régions du royaume, sur une superficie de 2.100 hectares et la réhabilitation de plus de 480 hectares et le développement de nombreuses infrastructures industrielles”.

  


Dans la même rubrique :
< >