Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Rapport d’activité : La DEPF livre son bilan au titre de l’année 2019


Rédigé par N. BATIJE le Mercredi 1 Juillet 2020

La Direction des Etudes et des Prévisions Financières (DEPF) vient de communiquer à « L’Opinion » son rapport d’activité au titre de l’année 2019. Un rapport qui, entre autres, énumère les travaux d’études et d’analyses opérées durant la même année.



Rapport d’activité : La DEPF livre son bilan au titre de l’année 2019
Ce document retrace les principaux travaux réalisés par ladite Direction en matière de réflexion et d’analyse économique, financière, sociale et environnementale, et ce, conformément aux attributions qui lui sont assignées au sein du département des Finances.

A ce titre, la DEPF précise que, parallèlement aux travaux à caractère régulier, dont le suivi conjoncturel, le cadrage macroéconomique et la simulation d’impacts des politiques publiques, une attention particulière a été accordée à certaines dimensions clés devant servir au nouveau modèle de développement. Et ce, dans la perspective de mettre à contribution l’ expertise de la DEPF en matière d’analyse des politiques publiques pour enrichir le débat et approfondir la réflexion sur les principales questions qui interpellent les choix de développement tant actuels que futurs. 

Et c’est justement en ce sens que des questions d’ordre macroéconomique, social et territorial ont fait l’objet d’analyses approfondies à même de livrer un diagnostic fiable relevant les avancées réalisées et identifiant les insuffisances à résorber pour permettre au pays d’élargir ses perspectives de développement et de mieux réussir sa transition vers de meilleurs standards.

Sur ce registre, le document en question consacre une large partie aux principales conclusions qui se dégagent des travaux d’études et d’analyse réalisés par la Direction dont, entre autres, sa contribution au processus d’élaboration du Projet de loi de Finances 2020 , par le biais des prévisions macroéconomiques qui lui sont sous-jacentes et à travers les rapports y afférens, en l’occurrence le Rapport Economique et Financier et le Rapport sur le budget axé sur les résultats tenant compte de l’aspect genre.

Une force d’analyse et de proposition 

Dans la partie de son rapport consacrée aux questions liées à la dynamique de la croissance économique et à la compétitivité de l’économie nationale ainsi qu’aux enjeux et défis de l’intégration régionale, la DEPF affirme avoir jugé utile « d’examiner de manière approfondie le processus de transformation structurelle de l’économie marocaine à l’aune du concept de complexité économique ». Et précise, à cet effet, que « l’analyse s’est attelée à cerner les contours du concept de complexité économique et à son application dans le contexte marocain dont le but est de déceler les facteurs qui empêchent l’économie marocaine d’opérer un saut qualitatif lui permettant de propulser son rythme de convergence ». 

Pour « faire face aux contraintes relevées en la matière, quelques leviers pertinents ont été identifiés et dont le déploiement pourrait s’avérer opportun pour inscrire l’économie marocaine sur un sentier de croissance forte et soutenue », précise-ton de même source en ajoutant que « le Maroc est positionné sur la quasi-totalité des produits de l’habillement et exporte en plus certains produits naturels ou agricoles. Il a réussi, toutefois, grâce à l’industrie automobile, à acquérir un avantage comparatif sur certains produits industriels qui peuvent constituer des leviers pour une plus grande diversification de son économie ». 

Parallèlement, « l’exploration de l’espace produit a permis d’identifier 209 produits dont le Maroc pourrait acquérir les capacités productives afin d’accélérer son processus de développement. Ces produits sont pour la plupart concentrés dans la manufacture, le textile ainsi que dans la partie la moins complexe de l’industrie ».

Un potentiel d’exportation identifié

Pour ce qui est de l’intégration régionale, ledit rapport traite du potentiel commercial du Maroc avec les principales économies africaines et précise à ce titre que les résultats d’un travail d’estimation du potentiel à l’exportation du Maroc vis-à-vis des pays africains et vice versa, montrent que « le Maroc dispose d’un potentiel à l’export avec des pays africains, tels que l’Algérie, l’Afrique du Sud, la Tanzanie, la Zambie, le Botswana, l’Ouganda, le Zimbabwe, le Rwanda et le Kenya, qui, pris ensemble, représentent plus de 30% du PIB africain ». Et que dans le cas d’autres pays africains comme le Nigeria, le Ghana et le Soudan, les exportations concernent un nombre limité de produits (engrais naturels et chimiques, conserves de poissons et acide phosphorique et un énorme potentiel d’exportation existe pour le Maroc sur ces marchés.

N. BATIJE 

Repères


  


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 21:09 PLF 2021 : les cinq piliers recommandés par la CGEM

Vendredi 25 Septembre 2020 - 19:02 Les R’batis s’indignent des grèves des "mo9ata3a"